Apparat – Walls



2LDK








Apparat est peut être une grande figure de la musique électronique Européenne, mais il n’a jamais néanmoins sorti un grand album, le genre de disque qui rayonne sur l’ensemble d’une carrière, qui se pose comme pierre angulaire d’une année donnée ou en référence d’un mouvement plus ou moins éphémère. Tout en étant tenancier du label Shitkatapult, arroseur de sorties en or, il nous pond des disques plutôt electronica et tortueux. Le disque qui fera vraiment parler de lui dans les oreilles du plus grand nombre, c’est son Orchestra Of Bubbles avec l’incontournable Ellen Allien. Manque de pot, même si ce dernier fera son petit effet, grâce à quelques bijoux de chansons, le tout se révèle presque bancal, pas assez fini.
Mais après une prestation plus qu’enthousiasmante aux Nuits sonores, donnant un avant goût de son Walls, qui s’annonçait plus calme, plus travaillé, plus accessible, ou tout simplement plus « beau », parlant plus à votre coeur que vos pieds comme dirait l’autre.












Ce n’est pas du coté de la cover que l’on aura quelque chose d’inédit. Simple pochette cartonnée à deux volets, elle est assez avare en information, laissant toute la place à la peinture psychédélique ornant le disque. C’est du coté de la musique que l’on va devoir chercher sa baffe.






Et cela débute d’une façon absolument ravissante, où ces petites percussions presque enfantines se mêlent à des synthés fantomatiques et vagues de grésillements. Mais Not A Number va prendre corps des l’apparitions de ses cordes, lancinantes mais lumineuses. Les cordes, le violon, ce sera de toute façon une dominante de ce disque. Et de la plus belle des façon. Il suffit d’écouter l’estomaquant Useless Informations pour s’en convaincre. A vous envoyer directement dans les nuages, avec sa double montée de synthés entremêlés à un violon déprimé. Tout est distillé à la perfection, sans se dépareiller d’une simplicité certaine, mais élégante au possible. La deuxième phase ascendante, prenant clairement le temps de prendre son envol, est à vous glacer le sang.

D’une façon moins précieuse, mais peut être encore plus marquante, Limelight ravira tout les amateurs de musique électronique progressive planante mais martelée par un rythme bien appuyé. Les bouts de samples vocaux donnent un coté presque mystique au tout, et les Handclaps massifs donnent le ton, pour un tourbillon de claviers vaporeux, à faire pâlir Plaid ou Boards Of Canada. Indescriptible.









L’un des passages les plus grands de l’album sera sans conteste le double titre Fractales. Fractales Part I part directement dans un tourbillon de synthés presque liquides, parcourus de minimes oscillations, et des percussions hypnotiques, noyant un piano presque trop seul. Une vraie tuerie électronique, tout en progression elle aussi, à vous clouer sur place. Mais là où Apparat va faire fort, c’est en basculant, évidemment sans interruption, dans l’émotion, la beauté pure, avec Fractales part II. Un violon et un accordéon ( ?) remplacent la chape de claviers pour accompagner les notes de piano cristallines. Le tout va, petit à petit, se faire happer par des grésillements et saturations, pour disparaître, laissant nos oreilles abasourdies par ce double titre à vous clouer sur place. Ou comment conjuguer la complexité et la beauté de l’Electronica / IDM, avec l’immédiateté de la Pop.

Sans oublier le brillant You don’t Know Me, tout en cordes et en nappes, qui me fait bizarrement penser au titre Les passagers d’Etienne Daho, sur son petit album chef d’oeuvre Eden. (L’un des meilleurs albums de pop électronique à la française, que cela soit dit.)









Mais « Walls » n’est pas construit que de briques instrumentales, Apparat prenant le risque de prendre le micro lui-même sur quelques chansons (Action extrêmement rare dans le monde des producteurs de musique electro) et invitant le Danois Raz Ohara pousser la chansonnette sur quelques autres titres.
Holdon casse la baraque des son entame avec son instrue de Hiphop concassé et mécanique, avant de basculer dans un refrain lunaire de toute beauté. Comme précédemment, le titre oscille entre une electro exigeante et une pop jouissant d’un sublime écrin. Chaque Refrain est encore plus poignant que son précédant, se voyant greffer à chaque fois une nouvelle sonorité pour l’enrichir. A tomber. Tout comme Hailing From the Edge, dans une veine plus blues.









Donnée importante, Apparat a du prendre goût à la tentative du morceau chanté sur Orchestra Of Bubbles, et pose sur 3 de ses morceaux. Et quels morceaux ! Le mec arrive à foutre Thom Yorke à l’amende sur son propre terrain. Je ne parle pas de la voix, certes plus habitée chez ce dernier, mais du tout, qui semble tout droit sortir d’une déjection divine. Arcadia est absolument gigantesque, et ridiculiserai presque le The Eraser du chanteur de Radiohead. Le style est similaire, sorte de Pop sur un lit de machine, avec un rythme sourd et des nappes à faire frémir votre colonne vertébrale. Mais le tout prend une autre dimension chez Apparat, étant bien plus lumineux, bien moins neurasthénique, tout en gardant exacerbé le coté intimiste de sa musique. Le morceau échoue sur une guitare acoustique, avant de repartir plus haut que jamais. Et cette voix… qui pouvait se douter qu’un malingre machiniste technophile pouvait avoir un organe vocal aussi pur, autant dénué d’infractuosité ? Une question se pose : Pourquoi n’a-t-il pas chanté avant ? Pourquoi s’être interdit de pousser la voix sur ses disques précédents ? Est-ce à cause du vieux complexe des producteurs de musiques électroniques qui doivent seulement se la fermer et tripoter leurs machines ?


Birds sera tout aussi marquant, en étant beaucoup moins expansif, beaucoup plus mélancolique. Une sorte de sonorité bondissante, comme une vibration sur une planche de bois, donne le ton a des claviers fantomatiques, débouchant sur un refrain à pleurer, avec ce violon sorti de nul part, et cette voix d’Apparat toujours touchée par la grâce.










Je fatigue, et je tourne en rond. Le reste des pistes de l’album sont toutes aussi réussies, même si un Over and Over pourrait s’avérer quelque peu monotone à la longue.

Je tourne en rond donc, car Walls d’Apparat est juste un album extraordinaire, à ranger entre ses disques de Board Of Canada, Plaid, Sebastien Schuller et Thom Yorke. (Ceci est un message pour les déçus de The Eraser, Achetez le disque d’Apparat.) Pas la peine de s’étendre sur 8 pages pour tenter de convaincre : ce disque est indispensable.





Mais au diable les superlatifs, trop peu nombreux dans ma caboche pour résumer la beauté et l’importance d’un album comme celui-ci.



Walls est tout simplement une succession de perles qui confinent au sublime.









13 Titres – Discograph
Dat’







  • Share/Bookmark
  1. Hesperus, visiteur Says:

    Il m’a un peu déçu ce walls. Tttrial and eror et Duplex étaient quand même excellents.

    Et puis The Eraser est plus qu’excellent.

  2. Dat' Says:

    Il est clair qu’entre ses précedents, vachement electronica, et celui ci, il y a un énorme fossé.

    Reste que “Walls” m’a profondement touché par sa simplicité et son coté lumineux. Et puis ces claviers quoi…

    quand à the Eraser, je l’ai adoré aussi (pour preuve mon article que j’ai fais dessus) mais il a été trop souvent etiquetté album fait par et pour les Neurastheniques. C’est un compliment pour moi, pas un defaut, mais je comprends que cela puisse gener… Mais ce “Walls” à une dimension un peu plus ouverte que le Eraser de Mr York.

  3. LordMarth Says:

    nouveau Apparat !!!! faut que j’écoute ça au plus vite :p
    Mon meilleur trip sur Apparat reste “Berlin, Montreal, Tel Aviv”

  4. Addicted, visiteur Says:

    je viens de découvrir l’album en tappant au hasard the apparat ce blog , suite à la decouverte + qu’improbable de Walls.
    Je connais pas du tout la discographie, et à la base c’est orchestra of bubbles qui m’a amené là.

    J’avoue je suis renversé par cet album. J’ai horreur de la musique festive, “joyeuse”.. c’est con hein pourtant je suis pas sinistre, mais faut que ca touche la corde sensible et elle se trouve pas dans le positivisme pour moi. PeuTimporte.
    cet album est génial , et je suis encore dans le plaisir de la découverte ^^ enjoy !
    et merci pour cette chronique détaillées.

  5. electron 808, visiteur Says:

    Apparat a pris une piqure en intraveineuse de SIGUR ROS. L’inspiration semble en être directement issue. Tant mieux pour le résultat. Mais il ne faut pas être dépressif suicidaire en écoutant “walls”, ça pourrait jouer de vilains tours.

  6. Dat' Says:

    Il reste assez lumineux et positif quand même.

  7. bomsky, visiteur Says:

    oui c bien continue comme ça Apparat.

  8. boom beach hack tool free download no survey,boom beach hack gratuit android,boom beach ios hack ifunbox,boom beach hack tool for android/ios,boom beach triche diamant,boom beach hack iphone,Boom Beach Free Hack,boom beach hack apk 22.70,boom beach ios ha Says:

    Vos ne vos Amis vont pouvoir tandis profiter para generer kklk boom beachfront diamants,
    dieses pieces d’or, mais moi aussi du bosquet!

  9. boom beach hack iphone cydia,boom beach ios hack download,boom beach hack tool ios,boom beach diamants illimités cydia,boom beach hack apk gratuit,boom beach triche apk,boom beach triche astuce,telecharger boom beach hack gratuit,boom beach diamond hac Says:

    Nous avons récemment fait algun sondage ora montre os quais 53% kklk joueurs sobre Boom Seaside
    on vraiment acheter kklk diamants.

  10. boom beach hack iphone cydia,boom beach ios hack download,boom beach hack tool ios,boom beach diamants illimités cydia,boom beach hack apk gratuit,boom beach triche apk,boom beach triche astuce,telecharger boom beach hack gratuit,boom beach diamond hac Says:

    Ils sont utilisés pour vous-même donner entrée à tant de choses dans the
    jeu, os quais celui quel professionne an un grand gemmes — est sûr
    de sauver le match up.

  11. boom beach ios hack file,telecharger boom beach hack gratuit,Boom Beach Android Hack,boom beach triche android gratuit,boom beach ios hack jailbreak,boom beach ios hack,boom beach diamants illimités gratuits,boom beach hack pirater android ios,boom bea Says:

    En inscrivant notre MovieStarPlanet Triche instrument vous saurez ajouter starcoins illimité à votre plan.

  12. boom beach hack tool free download no survey,boom beach hack gratuit android,boom beach ios hack ifunbox,boom beach hack tool for android/ios,boom beach triche diamant,boom beach hack iphone,Boom Beach Free Hack,boom beach hack apk 22.70,boom beach ios ha Says:

    Rate of growth beach se révèle être le troisième jeu donne par Supercell après le
    triomphe de clash of clans.

Leave a Reply