Out One – Vitamin house

Come On My Selector



Institubes. On peut, c’est tendance parait-il, cracher rageusement sur toutes leurs sorties, brocardant le label et sa politique. Mais attendez, le pire dans leur politique, c’est qu’ils essaient de vendre des disques ! Aberrant.


Institubes. On peut, c’est tendance parait-il, se masturber religieusement sur toutes leurs sorties, adoubant les sorties du label avant même qu’elles aient distillé une seconde de son. Ah.



Institubes. On peut surtout, et comme tout les grands labels digne de ce nom, montrer un réel intérêt pour certaines sorties, et profiter d’un catalogue comportant de vrais diamants comme d’objets bien plus dispensables…


Le Vitamin house d’Out One, fait parti des disques que le label devrait mettre bien en avant. Pourquoi ? Car, et désolé pour le suspense, cette galette est une vraie tuerie.


Out One ? A vrai dire je n’en sais pas trop sur lui. A part ses sets destructeurs, son morceau “Meet the new boss” avec Fuckaloop sur Batards sensibles de TTC, rien.






Le concept de cette Mixtape, presque étonnant pour un label indé, est de nous offrir un mix ravageur nous offrant une orgie (presque 40) de titres house tirant parfois sur l’electro ou l’acid. Titres allant de la production la plus commerciale aux bombes les plus obscures, le Tracklisting filerait presque le vertige.

Mais ce qui fait passer le projet d’intriguant à particulièrement alléchant, c’est que le maître des lieux passe et mixe la quasi totalité des titres présent en “Pitched Up”. (En gros accélérer méchamment le morceau de base, pour le transformer en une tornade sonore.)


Bref pour le moment, on a une description papier, reste à écouter la galette, avec un mélange d’appréhension (Tracklisting mutant et presque effrayant sur certains titres) et d’impatience palpable (le gros bordel bien attirant, plus le pitched up).

BOUM. Explosion. Le disque est un peu comme un démarrage du Space Mountain que l’on se prendrait pendant 7O minutes.

Vous voulez des détails?

A vrai dire, On retrouve déjà certains gros gros morceaux avec plaisir.
Le “Zdarlight” de Digitalisme, le culte “French Kiss” de Lil Louis and the world, l’enormissime Dj godfather, le rouleau compresseur “Out run” de Bangalter, Mirwais, Miss Kittin and the hacker, Les Daft Punk, Maurice Joshua et j’en passe…

On peut découvrir aussi des titres énormes, qui m’étaient totalement inconnus comme “Do it” des trouble men, “Pick’em up” de Griff & Booman, le très Acid “King Of king” de Dj nasty…



Oula j’en vois des sceptiques arriver. “Ouai mais c’est quoi ce tracklisting de daube, il y a David Guetta, les Daft Punk, Morales, Mylo et même Eric Pridz dedans, la compile pourrie trop pas crédible”


Oui. Mais non.





Déjà il ne faut pas oublier le coup du Pitched Up. Car on peut crier toute son énergie contre les titres de base, Out One transforme le tout avec une telle maîtrise que même le Dieu vous balançant sur la gueule vos Ferrero rochers passe pour une merde.

Certains morceaux sont littéralement métamorphosés. Et le meilleur exemple, débouchant sur l’un des moments de grâce du disque, c’est ce In My Eyes de Sinema. Le titre, bien mou du genou dans sa version commerciale, est muté, accéléré en une véritable bombe sonore, une déflagration qui fout tout amateur de House sur les rotules.

On pourrait même prendre appuie sur le flippant Love don’t let me go de David Guetta, représentant l’axe du mal musical dans toute sa splendeur pour tout bon amateur d’electro. Le titre, survitaminé ici, jouie d’une montée en puissance qui m’a laissé sur le cul à la première écoute. Alors certes, les voix nauséeuses de la piste restent. Mais le morceau dégage une puissance insoupçonnée dans son habillage d’origine. On se surprend même à apprécier le tout avec un sourire aux lèvres. Comment? Oui oui vous etes toujours bien sur “Les CDs de la chronique automatique”…


Bon on ne va pas nous la faire, s’il suffisait de passer en 45 tours tout les titres dégueux pour qu’ils deviennent de vraies bombes, cela se saurait.
Car je n’en ai pas parlé pour le moment. Mais ce qui participe et sublime cette galette, c’est les incroyables transitions que nous sert Out One.
On revient sur la chanson de Sinema. La transition, le passage entre ce titre et celui de Mirwais Naive song est l’une des meilleure entendue sur une galette ces derniers temps. Alors que les deux morceaux n’ont strictement rien avoir dans leur écrin naturel. On a juste envie de devenir fou pile à ce moment. Et c’est pareil pour tout le reste. Impeccable de maîtrise, impressionnant même.

Celui qui ne se jette pas contre les murs en entendant le glissement parfait entre Griff & Booman et le U know what’s up aille directement brûler dans les limbes de l’enfer. De même pour le pont entre Dance forever et King of Kings ou le fameux Perculator et Love don’t let me go.

On crois même reconnaître deux trois titres présent dans la dernière production d’Orgasmic, Eurogirls. (Éminent membre de TTC, 3615 TTC arrivant à la fin décembre d’ailleurs.)


Celui qui fera la fine bouche ne la fera jamais longtemps. A dire vrai, les titres oscillent entre 1 et 2 minutes 30 au grand maximum.


Enfin, et c’est bien la chose la plus importante, il faut savoir que…



[ Main processor : Intel Pentium 4 ]
[ Memory Testing : 01584618 OK ]
[ Memory Information : Failed ]
[ Award Plug and Play BIOS extension V1.5A ]
[ Copyright (C) 2003 Swindle doesn’t-exist Software inc ]
[ Detecting IDE primary slave… IBM Data- 351010- T51433842 Press F4 to Skip ]
[ Initialize Fuck and Play Cards ]
[ PNP init completed ]
[ Open Windows XP professional edition. ]

[ Press F1 to Continue, DEL to enter setup ]




… Bug. Car en fait tout le texte précèdent ne sert strictement à rien, et ne rend pas vraiment service au disque. Certes, il était pourtant obligatoire d’en parler et de tenter de décortiquer un peu ce disque. Histoire de rassurer peut être. De faire comprendre sûrement.

Et pourtant ce Cd se doit d’être tout sauf éparpillé, fractionné, démembré.



Bref tout ce qui est écrit avant est pile ce qu’il ne faut pas faire pour aborder ce disque. Pile le comportement à éviter.



On se doit de l’écouter sans faire attention aux noms du tracklisting. L’écouter comme un tout, comme une tornade de 75minutes.
Ce serait pêcher de sauter une piste au cours de l’écoute. Déjà car une coupure dans un mix aussi maîtrisé, aussi bien cadré, tue tout le travail de l’artiste. De plus, les morceaux ne durant que très peu de temps, il est franchement dommageable de faire un trou. Il ne faut pas retirer un morceau de ce magnifique contenu, pour faire la moue et le laisser de coté.

Parce que bon, je me répète, mais la cohérence du tout est juste impressionnante. Et que le Pitched Up transforme le tout en une vraie bourrasque, ultra dynamique et dansante.

A vrai dire le tout coule avec tant de naturel qu’on se demande si les morceaux n’existaient pas comme ça à la base, accélérés, sublimés et attachés les uns aux autres.


Le genre de (très rares) CDs qui vous donne envie de le placer dans une platine Cd au lieu de se faire chier à mixer pendant une heure. Pour en plus avoir au final la majorité de l’audience qui viendra vous lécher la face en reconnaissance de les avoirs fait danser comme des dingues pendant une heure et quart, sans temps mort.
Un peu comme les « Has heard on… » des 2 many Dj’s de la grande époque.
Out One mène tout de main de maître, sans un seul coup de mou. Est ça c’est un exploit que peu de disques de ce genre peuvent nous proposer. Tout ceux qui connaissent, même de très loin, l’art de caller des morceaux salueraient le travail juste nickel sur la totalité du disque.


Ce qui m’emmène à une question. Pourquoi des disques pareils ne se vendent que d’une façon presque anonyme, sous le manteau, alors que nous sommes littéralement inondés de compilation insipides, aux transitions et au contenu inexistant sur le marché de la « House » et electro populaire ?

C’est cet album qui méritera de tourner dans toutes les voitures voulant faire cracher littéralement leurs enceintes, à fond sur la route. Dans le meilleur des mondes, c’est des pubs sur ce genre d’album qui passeraient à la TV, sur les radios grand public et dans les mains des Dj en rut.

De plus, vu son prix presque risible, de 9 euros, il serait criminel de se le procurer d’une autre manière qu’en l’achetant sur Arcade Mode. Pour déjà en garder toute la cohérence, éviter l’heresie la plus totale qui serait de separer les pistes entre elles, mais aussi pour rendre honneur à un skeud d’une qualité déraisonnable comparée à son prix de vente.





Bref on tient là un des meilleurs mix house / electro etc qui m’ai été donné d’entendre depuis longtemps. Destructeur, ébouriffant par sa vitesse et son dynamisme, impressionnant par sa maîtrise et sa suprématie totale sur le reste des galettes du genre…




  • Share/Bookmark
  1. marinu, visiteur Says:

    salut! suite a ton chronik sur ce skeud, je l’ai écouté et t’as tt a fait raison, il déchire!!!

  2. Hoger_24, visiteur Says:

    Pareil que marinu, en plus ils le vendaient direct au disquaire à coté, alors pourquoi se priver ^^.
    Titre très bien choisi, c’est exactement ca…”Vitamin House”
    J’ai l’impression que tu aimes les transitions, tu dois surement l’avoir déja écouté, mais cute & cult d’agoria est aussi une vraie jouissance de ce point de vue la x) (je me suis étonné que tu n’en fasses pas mention, toi avide de références diverses ).
    Voila c’était tout, merci pour ces critiques et écoute toujours du bon son :)

  3. Dat' Says:

    Yep effectivement le Cut &Culte est plutot bien foutu, mais je crois avoir posé mes oreilles sur le Out One avant (donc des sa sortie) la commercialisation du mix d’Agoria…

    donc…

  4. Wilton Says:

    This Chichi appearance of Michael Kors Outlet
    watches that we get to see today. michael kors outlet has often been praised for his ability to turn what can be termed as
    staple in to something that is completely timeless.
    16% fiscal first-quarter earnings slipped a surprise 1.

    Fast Fashion Eric Wilson’s posts on the runway and interpreted for the wrist in a fun new watch. After the First Lady Michelle Obama was dressed in a pair of J. 2 million weighted average shares outstanding and a 36% increase in same store sales.

    my homepage … Michael Kors Bags

  5. Marinu Says:

    Punaise, merci Google… 8 ans apres, je retombe pile sur ce mix, je savais que y avais du institubes, le mot vitamin.
    Je vais me le réécouter car il tabassait dans mes souvenirs…

    Ravie de voir que tu tiens tjr tes chroniques, j ai des années à rattraper. Tu as d excellents goûts, et donc, d excellentes chroniques.
    :)

  6. PingJVerlato Says:

    I needed to be grateful for this great read!!
    I absolutely enjoyed every bit of it. I’ve got you book-marked to check out
    new stuff you post

    Here is my website PingJVerlato

  7. GaleHIorio Says:

    Hello, i feel that i saw you visited my site thus i arrived at return the
    favor.I am just attempting to find items to improve my site!I suppose its ok to
    work with some of your thoughts!!

    My web blog … GaleHIorio

Leave a Reply