Yoann l’Agence – Gasoline (a journey into abstract hip-hop)


Plus de scratchs que de balles qui fusent dans un film de John Wayne




Yoann fait parti du label La fondation, groupe regroupant pas mal de DJ, turntabilistes et autres MCs. (A voir l’album “Battle Weapons Vol.1″ de la fondation, regroupant les tripoteurs de platine du crew avec quelques invités pour un festival de Beat Juggling)

A dire vrai, en achetant à sa sortie il y a quelques années ce Gasoline, sous titré d’un présomptueux “A journey into Abstract Hiphop”, je ne connaissait rien de cette organisation, et encore moins du Yoann à la tête de cette galette. Pourtant se fut une grosse claque à l’époque, avec une joue toujours rouge aujourd’hui…







Le packaging est franchement classe dans son style “vieille affiche” de film avec son “directed by” Yoann et sa pléiade de noms prenant part à la production avec un “Co-starring” du plus bel effet distillant quelques inconnus et figures incontournables ( Dj Troubl, Dj Vadim, Time Bomb…)
Le titre ne va pas nous tromper, la galette est remplie de ce sous genre du Hiphop, où se côtoient instrues épurées et scratchs acérés. Apres une explosion de “l’abstract hiphop” dans la deuxième partie des années 90, le genre tourne franchement bien plus en rond depuis quelques temps, et il ne suffit plus de se baisser pour ramasser un bijou dans le genre.

Gasoline donc? Je radote, mais grosse baffe en ce début des années 2000.




Introduction of a Jedi ne va pas nous tromper sur la came qui va être servie dans ce disque : Un Beat qui tape, un sample clamant “Return of a Jedi” rapidement dérangé par un scratch maîtrisé. Point barre.
Mais le choc fut, sans rémission possible, l’écoute du titre The Hardest. La recette n’est pourtant pas époustouflante d’originalité. Un rythme Hiphop appuyé, un sample de piano, et une session de scratch courant sur tout le morceau. Mais quelle alchimie. Quel grâce sortant de ce putain de vinyle. Yoann fait pleurer ses platines pendant 4 minutes, en les triturant comme un maître. L’un des meilleurs morceau du genre, tout simplement. Impossible de me défaire de ce titre depuis la première écoute, qui remonte pourtant à un bail.





Et Yoann se permet d’enchaîner sur un autre diamant, radicalement différent (le changement en est presque trop étonnant), Geisya avec la japonaise Maki en featuring. Sorte de Triphop chanté en japonais, le morceau est l’incarnation de la finesse avec une instrue ou les cordes sublimes d’un Koto japonais se mêlant à un sourd beat hiphop et un discret violon. Plus que la voix fragile, c’est l’habillage de l’instrue qui vous arrache la colonne vertébrale sans sommation, avec sa mélodie cristalline, son dosage parfait entre le violon, koto et boite à rythme et sa mélancolie prenant littéralement à la gorge.





Pour continuer dans les vrais bijoux on peut chercher plus loin dans l’album le Downtown Beirut ou un violon grave tente de se mouvoir au milieu d’un rythme appuyé. Mais c’est en son milieu que le morceau acquière ses lettres de noblesse, le violon se faisant plus léger, virevoltant, soutenue par des percussions que l’on croirait craché par un Dj shadow en grande forme. Avec son final magnifique, le morceau n’aurait pas fait tache dans les premières production du maître de l’ombre.





En marge de la pondaison de ses petits chefs d’oeuvres, Yoann aime triturer les Samples de films, et le fait savoir sur une petite ribambelle de titres dans Gasoline, comme sur le terrible Dragun’Z Invasion, nous servant un sample d’anime (DBZ ?) assiégé par des Scratchs taillés aux barbelés.
48heures se barde d’un sample tout droit sorti d’un vieux film noir, où deux pontes de la pègre local règlent leur compte verbalement sur fond de gimmicks joyeux. Chicago’s Nites en sera son pendant sombre, le rythme enjoué faisant place à une atmosphère à couper au couteau, parsemé de discrets triturages de vinyles et d’un sample de piano, toujours pour habiller les deux parrains du coin.
Yoann scratch la Prohibition et la remix façon Hiphop.






Mais Gasoline n’est pas fait que de morceaux instrumentaux et outre le japonisant Geisya feat Maki, ceux qui se plairaient à entendre des MC se promener sur des productions de Yoann devraient être servis sur une poignée de titre, à commencer par le brillant Same people, ou l’américaine Marrissa Knight pose avec une classe sans pareil un flow soutenu sur une instrue traversée par une flûte asiatique. Le morceau impressionne par sa clarté et sa retenue, sans esbroufe, avec un refrain s’imprimant directement dans votre cortex. On se croirait dans le Disque de One Self, ne serait-ce que pour sa tenue, son style et son raffinement.
Plus remué, le We Don’t Play invite trois MCs francais, le tranquille “Kara”, l’âpre « Joe l’affront » et le très jeune (me semble t’il) Akela sur une instrue bien Old School. Enfin El Rasla propose un Rap bien enlevé pilonné par des scratchs de folie exécutés par Dj Troubl, entre les couplets de Rachid et Abdel Krim, le tout chapeauté par le violon d’un certain francisco Rios.






On The Run étonnera grandement les fan du dieu Dj Krush, tant le mimétisme est flagrant avec ce morceau, semblant sortir tout droit d’un Zen ou d’un Kakusei. Même rythmes soutenus parsemés de mélodies discrètes et petites sonorités cinglant de toute part. Etonnant.


Gasoline se permettra même quelques petites incartades expérimentales en fin d’album avec l’excellent Neighbours In My Room, sorte de Dub hip-Hop enfumé, invitant dés les deux tiers du morceau un rythme crade, concassé et bien massif. Sans omettre le très sombre Shadows conviant bruits métalliques presque tétanisants sur fond de boite à rythme.




L’album va se clore sur une vraie partouze de turntabilisme, All Tek avec le Géant DJ Vadim qui produit la structure principale du morceau. Scratchs, changements de rythmes toutes les 30 secondes, samples sortis tout droit d’un vieux Hiphop oldschool, de bobines décrépies et d’un bon Street Fighter II des familles, ce dernier annonçant les “rounds” successifs entre les différents flingueurs de platines. Gros bordel, jouissif.







On récapitule. On a donc ici un album de HipHop à 80% instrumental, de grande classe, transpirant l’humilité et évitant toute démonstration de style vaine et inutile.


Les beats claquent, les scratchs tuent, le Crossfader saigne.






A ranger entre vos disques d’ATK et Dj Krush.






17 titres




  • Share/Bookmark
  1. kermalex Says:

    J’aurai bien voulu tester ce “HipHop à 80% instrumental, de grande classe”, mais impossible de trouver ne serait-ce qu’un extrait, même sur le net…c’est con ça me faisait bien envie ton article!

    Tu l’as acheté dans un endroit spécifique? Parce que à la fnac de la Défense ils ne l’ont pas… :/

  2. Dat' Says:

    Tu fais bien d’essayer de l’acheter il est vraiment tres bon… (et plutot dans tes cordes si je me souviens bien..)

    Pas de chance, ils avaient un site ou l’on pouvait ecouter en integralité, mais le site à disparu…
    Je l’avai choppé dans une fnac à sa sortie, à mon avis cela peut etre un peu difficile de tomber dessus directement meme si je le croise parfois…

    à la rigueur le commander directement à la fnac?

  3. Aeneman Says:

    Cette pochette…la grande classe :love:

  4. Dat' Says:

    Yep la pochette est classe…. et j’aime bien la façon d’anoncer le “staff” comme sur une affiche…

  5. Aedan Says:

    Encore un très bon article. A chaque fois que l’on lit un article sur ce site,on a qu’une envie à la fin c’est d’écouter le morceau que tu critiques.

  6. niavlys82, visiteur Says:

    Excellent album (encore merci pour cette decouverte datura).
    Coup de coeur pour la chanson qui commence avec une intro de “capitaine flam” et qui enchaine avec des pures scrachs.

  7. Gwench Says:

    Ah, ça fait un an que je l’ai acheté après l’avoir cherché sur le net pendant…. 4 ans au moins ! Merci Leoth qui m’a trouvé l’an dernier le nom de l’album et le nom d’artiste de ce Yoann Letard (j’avais découvert Downtown Beirut sur un vidéoclip de GameOne avec Halo). Cet album est très très bon, et son second est aussi bien, je trouve. Il s’intitule : Snap Your Neck Back, sorti en 2005).

    Perso je les ai cherchés à ma FNAC habituelle toulousaine et finalement je les ai trouvés presque par hasard au Virgin d’à côté !

    Bonne chance à ceux qui cherchent à mettre une oreille dessus 😉

  8. Dat' Says:

    Ah c’est rare que quelqu’un le possede, ^^ par rapport au second un peu plus “repandu”… Il est effectivement plutot bon aussi, mais je trouve qu’il n’a pas le charme du premier.

    Mais c’est sur que pour le retrouver maintenant, cela doit etre assez dur, meme si l’ecoute vaut le coup d’une longue et harassante recherche XD

  9. GASOLINE.., visiteur Says:

    ..TOUT D’ABORD, UN GRAND MERCI A TOUS POUR VOTRE SOUTIENT ..ET MERCI ENCORE DE CONSIDéRER CE PREMIER ALBUM COMME …”UNE GROSSE BAFFE…”..J’ESPERE POUVOIR VOUS RETROUVER NOMBREUX SUR NOTRE PROCHAIN SITE ACTUELLEMENT EN CONSTRUCTION…A BIENTOT…GASOLINE/AERODRINK/LA FONDATION
    (MERCI A DATURA333 POUR CET ARTICLE HORS DU COMMUN..!!)

  10. LordMarth Says:

    idem que Kermalex je cherche desesperement des extraits sans succès :/

  11. Downtown Beirut, visiteur Says:

    Salut

    C’est en regardant des videos sur Gameone tard dans la nuit (ya 2 ou 3ans de cela) que je suis tombé sur la video de Halo 1. Et la musique qui accompagnait les images n’etait que le titre 10 de l’ablum : Downtown Beirut. J’ai essayé de la telecharger à l’epoque.Rien.
    Puis je me suis resolu à l’acheter à la fnac. Sans regrets.
    J’adore la 10 et tout l’ablum.
    Etant un grand fan des Incorruptibles, inutile de dire que les samples de la série sont parfaits et bien agencés dans cette belle recette musicale.

    A ACHETER ABSOLUMENT :o)))

  12. julien, visiteur Says:

    Bonjour à tous !

    Assister gratuitement aux lives du Festival Electro-Alternativ de Toulouse?
    Rendez-vous sur futurlive.com à partir du samedi 7 juillet 2007 !

    Tous les jours dès midi !

    A l’affiche Agoria, Teenage bad girl, Sebastian, Busy P, Ezekiel, Clark aka Chris Clark, Chris de luca vs Phon.o, Kap Bambino, Alec Empire vs Nic Endo, DJ Vadim, Audionunit aka Le Lutin, DJ Brooks, DJ Youthman, Interlope, Electrobugz aka Beuns…
    A très bientôt sur futurlive.com !

    julien

  13. Yoguur, visiteur Says:

    Il peut se trouver sur:
    http://www.fnacmusic.com/album/721420ad-152e-41f3-a7fe-c16397e3b667.aspx

  14. Lilloo, visiteur Says:

    Salut !
    Si t’es toujours à la recherche de petites perles d’abstract HipHop, je t’invite (ainsi que vous autres lecteurs de ce blog) à découvrir “Small City Music” by Sly du label marseillais Chinese Man records (le label qui a sorti cette année l’énoooorme Groove Sessions Vol.1).
    Un excellent vynil que les non possesseurs de platines peuvent aller goûter numériquement sur son myspace http://www.myspace.com/smallcityrecords

    A+ et dites moi ske vous en pensez !!
    Lilloo xxx

  15. kentinduch, visiteur Says:

    cet album est vraiment trop énorme y a rien a redire la dessus c’est de la bombe j’écoute sa tous les soirs dans mon apart et je par en vrille a chaque fois mais grace a Deezer je ne l’ai toujours pas acheter mais il faut vite que je cours a la Fnac comme tous le monde a l’air de dire TCHo!!!

  16. Tosmaniac, visiteur Says:

    Sur Dragun’s il s’agit de Goldorak…ARctarus, Golgo 13 peut etre un petit coup d’oeil a Iam au passage.

    Snap your neck back dechire tout autant…a voir suivant l’humeur.

    Cheers

  17. AKELA, visiteur Says:

    Salaam!
    C’est AKELA, elle-même figurant sur We Don’t Play.
    Je tenais à dire que “le très jeune” vous semble t-il est en réalité une jeune femme. Lol.
    Mais merci pour la chronique très bien faite à part ça!

    http://www.myspace.com/akelabattleangelakela

  18. Dat' Says:

    effectivement tout s’explique ! ^^

    Merci en tout cas…

  19. pandi, visiteur Says:

    Terrible. Grosse claque en achetant cet album en 2002. Plutot gros rock meme si ecclectique, je cherchais un album de turntablism/scratch vraiment bien et construit, je l’ai trouvé du premier cup a l’epoque, quasi par hasard (totu comme Snap your head back).
    Ressortie cet hiver apres deux trois ans sans l’avoir ecouté, j’ai a nouveau ete conquis, cet album est une bombe hip-hop haut de gamme.
    48 heures et on the run (enfin je crois, la 14 ou 16eme, le morceau avec le sample de “Nautilus” de Bob James) sont mes preferées. Rare qu’on en parle, plus rare encore d’en trouver (comme les Battle weapons…) et c’est bien dommage.
    Sinon, je ferais un peu plus le tour au reveil mais de ce que j’en ai vu, blog de grande qualité, des critiques comme ça me change des blasés habituels. Un grand bravo pour cet enthousiasme.

  20. Dat' Says:

    Merci pour ton commentaire…

    Ouai je crois que le disque est quasiment impossible à trouver en magasin maintenant, c’est bien dommage. A moins d’avoir une chance de folie en arpentant les disquaires d’occaz.
    Et malgré le fait que le groupe soit quasimment inconnu, et sa musique sans prétention, le disque reste un de mes préférés, dans le genre…

    Sinon n’hesite pas à participer sur d’autres articles !

    yop

  21. JordanKBuike Says:

    I needed to be grateful for this fantastic read!! I definitely loved every amount of it.
    I actually have got you saved like a favorite to think about new stuff you post

    Feel free to surf to my weblog … JordanKBuike

  22. Rebecca Bextel Mountain Business Center Says:

    nationalyouthprideservices org 2015 05 19 its time to riseup
    Rebecca Bextel Mountain Business Center https://goo.gl/h4qkT8

  23. Downtown beirut fan Says:

    11 ans apres mon premier post, c’est un plaisir de revenir sur ces pages :o))

    Une petite précision, dans “draguns invazion”, ce sont des samples du dessin animé Goldorak
    peace !

Leave a Reply