Tv On The Radio – Dear Science



Science killed the radio star







Certains groupes muent d’une façon assez impressionnante, passant de bizarreries claudicantes à véritables machines de guerres. Tv On The Radio (TOTR) fait clairement parti de ces derniers. Le crade, grouillant, minimaliste mais céleste Desperate Youth, Blood Thirsty Babes reste pour moi un chef d’oeuvre parmi les chef d’oeuvres. Une oeuvre trop grande, que je continue d’aborder petit à petit, un disque télescopant les grondements d’un rock expé avec le miracle de deux voix sur-aigues, celles de Tunde et Malone, s’envolant sur des refrains qui pouvaient, dans le meilleur des mondes, tuer le top 50 en un passage. Genre Jackson 5 dépressifs chantant sur une guitare mal branchée avec un sample de réacteur d’avion pour métronome.
En écoutant pour la première fois ce disque à sa sortie, au hasard, sur une borne Fnac, je m’étais pris un Tgv dans le bide. Le morceau d’ouverture était incroyable. Ca grondait, ça tremblait, espèce de matelas drone percuté par des samples malades, saisissant contraste avec les voix angéliques des deux chanteurs. Le morceau King Eternal reste aussi pour moi le diamant parmi les diamants, un truc te balançant la tête hors de la stratosphère, tout en se permettant de pouvoir être chanté sous la douche, (en passant obligatoirement pour un con si l’on ne possède pas une voix de castra)
Return To Cookie Mountain opta presque pour la voie opposée, tout en gardant cette magie experimentalotubesque, délaissant le minimalisme cradingue pour des morceaux avec trois mille couches de son, genre immeuble de guitares couplé à un camion de percus. Même résultat, réussite totale, album de folie.

Impossible de croire au fait que TOTR allait faire aussi bien pour un 3eme album. Cela serait presque inhumain. Il faut savoir lever le pied. Mais évidemment, quand on est presque groupie d’un groupe qui vous flingue encore la gueule à chaque écoute, on espère dur.

















Ce nouveau disque, Dear Science, c’est d’abord deux “singles” potentiels, Dancing Choose et Golden Age, dévoilés avant la sortie de l’album, et laissant penser que ce nouveau disque allait changer pas mal de choses. Beaucoup plus funky, très énergiques, avec un Tunde Abimpe au chant plus saccadé, presque expulsé. Pourtant ces deux titres sont assez trompeurs. Tubes imparables et indéniables, ces derniers se révèlent être au final les seuls vrais ressortissants d’un son plus Funk, la nouvelle galette étant au final très TOTR dans l’âme. Pas de révolution donc. Ce qui évidemment, n’altère en rien à la qualité des (désormais) 5 illuminés.

Dancing Choose est affolant, démarre sur les chapeaux de roue, vitesse maximale, Tunde, seul, déballe son texte comme un dingue sur une rythmique épileptique. On gigote immédiatement du cul, on plie les bras et on danse le Jerk en se déshabillant. Vlan, le refrain en est le contraire, super soyeux, super aérien, sublime, tout en choeur. Il coupe tout, donne le temps de respirer, avant que la cavale folle revienne, hystérique.
On pense immédiatement à Subtle. D’ailleurs le titre aurait très bien pu faire parti du dernier disque de la bande à DoseOne sans problème. Pas étonnant quand on sait que Tunde a passé un an à poser sur les disques de la sphère Anticon et consorts, des précités Subtle à Odd Nosdam, en passant par Atmosphère.

Golden Age étonnera encore plus dans la direction prise. Base bien funky, dans le rythme comme dans le chant, handclaps bien cheaps, le morceau bascule dans un refrain encore superbe, encore aérien, qui fait intervenir une masse d’instruments (grosse liste dans les crédits) débarquant en paquet, tous ensemble. Ca s’envole, ça s’illumine, pour revenir aux fondations plus vicieuses des couplets. Tunde & Malone ont le feu au corps, ça susurre un énorme Oh Here it comes like a natural disaster / Ah blowin’ up like a ghetto blaster / Here it comes bring it faster / ah here it comes bring it faster ! avant que le morceau prenne definitivement son envol. L’arrivé du violon, sur la dernière exaction du chanteur, est sublime, et le tout hésite constamment entre gros tube et truc larmoyant.










Pour les sceptiques, Dear Science contient évidemment des brûlot à la TOTR. Red Dress en est sûrement le meilleur représentant, reprenant les bases du groupe, là où ce dernier sait se mouvoir à la perfection : La mandale gratuite, sans sommation, et distribuée avec un grand sourire. Le métronome, constamment percuté par une note cristalline un peu dub, permet au vocaliste d’être méchamment vindicatif. Bam le refrain débarque avec un rythme pachydermique ahurissant, les chanteurs hurlent à la lune et des cuivres impériaux renforcent la puissance du tout. Les couplets ne sont au final que de simples préparations à l’orgasme, pistes d’atterrissages pour ce Boeing majestueux qui déboule sur notre tronche.

Autre claque, encore plus pernicieuse, DLZ se la joue plus malsain, plus sombre, tout en restant imparable. La totalité du morceau est plongée dans un écrin intemporel, donnant un “espace” saisissant à la chanson. Au fur et à mesure que cette derniere avance, au grès des lalalalaaaalala du Tunde, l’apocalypse est doucement invoquée, provoquée, invitée par la grande porte. Les rythmes de Sitek (moins distinguables que sur les précédents disques, vu la foisonnance de ce dernier) s’emballent, crissent, implosent. Le chant devient dingue, balançant des Never you mind, death professor, my love is better ! completement possédés, pour une fin affolé et affolante, mourrant sur le sifflotement de la litanie candide du départ.

On pourra aussi compter sur le gros alien Shout Me Out pour se la jouer napalm sonore. L’amorce est pourtant très calme, petite pop song apaisée, sans grande dimension. Mais très rapidement, une grosse Drum & bass s’écroule sur vos oreilles, dynamitant les prémices du morceau, même si Tunde tente de suivre le coup en continuant de chanter comme si de rien n’était. C’est la grosse folie, ça pête de partout, on a même des Wouhou pleins d’échos genre free party au fond d’un garage. Break, les beats électro sont crades, la guitare se la joue fils barbelés, avant de repartir dans une course folle. La gratte fulmine, le rythme s’est oublié, et l’on fini dans un gros trip completement encrassé. Gros bonheur.









Mais beaucoup soutiendront, à raison, que TOTR, c’est aussi des morceaux qui font faire des noeuds à votre colonne vertébrale. Rassurons nous, il y en a pléthore dans ce Dear Science. A dire, vrai, c’est une tradition, tous les disques de la formation ont, en leur milieu, un petit chef d’oeuvre de dépouillement, une chanson qui ne se base sur rien ou presque, mettant en exergue les voix de Tunde Adebimpe et Kyp Malone, qui semblent nées pour être mêlées l’une à l’autre. Sur le premier disque, c’était carrément un acapela à arracher le coeur tellement c’était beau, et sur le suivant, une superbe chanson habitées de cliquetis métallico-tribaux. Dans la logique, Family Tree aurait du prendre facilement l’écharpe de miss alien beauté 2008. Manque de pot, cette jolie pièce est bien loin de ses anciennes camarades, n’apportant pas le surplus d’émotion légitimement demandé. Attention, c’est très joli, bien qu’un peu plan-plan, mais il n’y a pas cette alchimie sublime qui prenait automatiquement auparavant.

Pour les frissons, on ira plutôt s’adresser à Stork & Owl, sublime piste, hantée par des choeurs graves et un violon à tuer sur place n’importe quel sentimental. Le rythme rampe au milieu de tout cela, s’immisce en vrillant sur quelques secondes avant de repartir dans le néant.
Halfway Home, en plus énergique, ouverture du disque, offrira un magnifique shoegaze, avec les murs de guitares réglementaires et atmosphères diffuses. Mais là où le morceau tue, c’est dans ce refrain, lumineux, qui décolle en même temps que les guitares, histoire de planer au maximum en regardant la lune. Des à-coups genre marteau-sur-plaque-de-fer entérinent l’envie de survoler le monde, avant la déflagration finale, filant un coup de pied au cul, partant dans une conclusion rageuse.
Mais pour moi, l’Everest du disque, en terme d’émotion, est bien Love Dog. Difficile de réellement étayer le propos, tout est parfait, entre les hululements des deux zozos, le rythme rond mais bien présent, cette mélopée lâchée entre deux échos, taillée à la serpe. Tunde Adebimpe se fait poignant, ne forçant jamais, se laissant aller sur un morceau qui s’intensifie graduellement, avec un violon qui me broie les viscères dès son arrivée. Le moment où le titre laisse seul le duo cordes / voix pour quelques notes me fout la chair de poule, avant que le tout parte sur un manteau de reverbs sublime, qui s’amplifie, enveloppe tout votre être, pour se nécroser sur ce putain de violon, un peu salopé par une griffure indus.

Le disque se terminera sur un Lover’s Day, qui, comme le veut l’habitude chez TOTR, se prévaut d’être le titre le plus long du disque, partant bien en couille, dans un délire rock-free-psyché aux lyrics pour le coup bien salaces, relatant une partie de baise qui finira en Have the neighbors call the cops. La fin du morceau laissera un saxo se débattre pendant presque 3 minutes sur une marche militaire un peu droguée, avant que le groupe entonne un dernière bronca en coeur, renvoyant presque à certains essais d’Arcade Fire.











La réaction immédiate, et j’imagine presque naturelle, que j’ai eu en écoutant pour la première fois ce Dear Science, fut de me dire Merde, il n’y a (presque) plus le son bien cradingue qui faisait le charme de Totr. Autre grosse révolution, Kyp Malone a perdu la moitié de ses cheveux et de sa barbe (Ce qui représente environ l’ensemble de la chevelure des habitants de la ville de Paris) et chante un peu moins qu’avant, ou pas en meme temps que son compere, laissant donc Tunde Adebimpe gazouiller sur pas mal de couplets. Moins d’envolées lyriques donc, plus de textes balancés et scandés.
Mais on est forcé de se dire que les mecs se sont encore arrachés pour nous façonner un album grandiose.
Si l’on excepte l’assez morne Family Tree, le disque s’avère flamboyant, sublime, affolant, enlevé en diable. Le travail de production est énorme. Le son de TOTR est plus ouvert, plus clair aussi, moins expérimental, mais joue dans la continuité sans perdre de sa superbe. Peut être plus difficile d’accès car plus accessible (on se comprend), on vit la première écoute d’une façon un peu hésitante, avant de frôler la dépendance totale sur les écoutes suivantes : Les tubes barges sont toujours là, les cathédrales d’émotions aussi. Pire, cela dépasse même les espérances sur certains morceaux. (Les diamants Love Dog, Dlz, Red Dress, Stork & Owl, Golden age…)


Je m’y risque, Desperate Youth, Blood Thirsty Babes reste l’oeuvre majeure du groupe, et il est encore difficile de savoir si Dear Science aura la même aura que ces prédécesseurs. Ce qui est par contre évident, c’est que pour la troisième fois, les Tv On The Radio nous ont balancé un grand disque. Tout en confirmant désormais qu’ils ont la stature pour se placer tranquillement à coté des grands du rock indé actuel.



2008 est décidemment une belle année.











Tv On the Radio – Golden Age
Le réal a du prendre quelque chose de bien violent avant de faire clip







MP3 :


Tv On The Radio – DLZ clic droit / enregistrer sous

Tv On the Radio – Golden Age clic droit / enregistrer sous









11 Titres – Touch & Go / 4AD Records
Dat’










  • Share/Bookmark
  1. El_pingouino Says:

    Pour moi leur plus beau disque à ce jour et surtout le plus accessible.

    Merci Tv On The Radio!

    J’avoue avoir un faible pour Shout me out pour son côté reggae au début surtout puis ensuite son accélération de fou à la prodigy. Ce morceau me rappel avec plaisir certaine chansons de l’album de The Good, The Bad And The Queen.

    Autrement, tout le reste de l’album est magnifique, je n’arrive pas encore à voir un moment faible, à voir avec le temps :p

  2. HOD Says:

    Hail to TVOTR! :fou:

    La grande qualité de cet album est sûrement (à mon avis) de ne pas s’affadir avec le temps. Depuis les deux semaines où j’ai récupéré cette sainte galette, elle tourne au minimum deux fois par jour dans ma platine, avec un plaisir renouvelé à chaque fois. :love: Les tornades que sont Red Dress et DLZ me filent une mandale atomique à chaque écoute, le tubesque Dancing Choose et cet air que l’on entonne toute la journée, les beautés dépouillées de Stork & Owl, Love Dog et Family Tree (même si en effet cette dernière tape vraiment dans le plan-plan, elle n’en reste pas moins très efficace), et surtout le déchaînement final sur Shout Me Out, piqué aux Chemical Brothers (période Surrender) véritablement exténuant.

    Par contre tu n’as pas parlé de Crying, pourtant je trouve qu’elle a parfaitement sa place sur cet album, entre la voix éraillée de Tunde sur le refrain et la rythmique two-step ravageuse, façon Hot Chip, c’est certes un trip moins marquant que d’autres mais qui se laisse écouter sans complexe.

    Sincèrement, s’ils arrivent encore à se renouveler pour leur quatrième album, et qu’ils nous sortent un cd aussi monstrueux, on tient là le groupe de la décennie (et les Radiohead et consorts pourront aller se rhabiller).

  3. Aeneman Says:

    Mais???
    Comment un morceau comme DLZ et Golden Age peuvent coexister sur le même disque? Gros mystère personnel…

    Alors ouais ce DLZ est vraiment vraiment pas mal du tout. Production bien foutue, arrangements au poil et voix qui passe nickel chrome 😎

    Mais sinon Golden Age me fait l’effet d’un glaçon froid, c’est à dire rien. Zarb.
    Enfin…euh je sais pas trop quoi en penser. Si les morceaus étaient tous du calibre de ce DLZ pourquoi pas…mais là en l’état comme ça bof :/

    Sinon bon ceci dit c’est pas mon truc dans l’absolu mais à voir à la longue.

  4. wony, visiteur Says:

    Je ne me suis jamais trop penché sur ce groupe. Quand je vois la réaction des gens et ta kro je me dis que je suis peut etre passé a coté de qqc.

    Ceci dit, je suis plutot de l’avis d Aeneman : autant DLZ et vraiment pas mal foutue, mais ke Golden Age me fait ni chaud ni froid.

    Peut etre devrais je me procurer l album pour voir ce que ca donne avec une vrai écoute

  5. Dat' Says:

    Wony & aeneman ==} Je pense sincerement que le premier de leur disque vous conviendrait surement mieux, si vous preferez le coté DLZ du groupe.
    Plus crade, plus minimaliste, plus expé, un peu plus electronique aussi, album gigantesque (qui doit se trouver à que dalle en magasin maintenant j’imagine…)

    HOD ==} ah oui tiens, marrant, elle est passé à la trappe, j’aime beaucoup ce titre aussi. Mais tu retablis bien l’affront avec ta description !

  6. MarcdcoreGamer Says:

    Enorme album, celui de l’année, une certitude, d’ailleurs il tourne actuellement dans mes enceintes.
    Et je tiens à saluer la qualité de ta critique qui me fait honte par rapport à celle que j’ai faite. Tu as presque réussi à rendre toutes les couches que l’album contient.

    Bravo. : D

  7. Meri Says:

    I think everything said made a ton of sense. But, what
    about this? what if you were to write a killer post title?
    I mean, I don’t wish to tell you how to run your blog, but what if you added
    a post title to maybe grab folk’s attention? I mean Tv On The Radio – Dear Science
    Blog Archive Les Chroniques Automatiques is a little boring.
    You should glance at Yahoo’s home page and watch how they create news headlines to grab people interested.

    You might add a related video or a pic or two to get people interested about everything’ve written. In my opinion, it
    would make your website a little livelier.

    Review my weblog free steam keys

  8. Margarette Says:

    This piece of writing will assist the internet visitors for creating new website or even a blog
    from start to end.

    My blog – streaming gratuit

  9. Cathleen Says:

    I know this site provides quality dependent posts and additional information,
    is there any other website which offers such
    data in quality?

    my web blog android apk

  10. www.americangolf.com Says:

    I know this web site presents quality dependent content and additional data, is
    there any other web page which provides these data in quality?

    My site … electrician toronto nsw; http://www.americangolf.com,

  11. reverse phone number lookup Says:

    The Bend in Touch also features a pop-out camera and
    flash. You can make beautiful memories by clicking as many pictures you want as you will get
    enough space in your reverse phone number lookup.
    Respect goes a long way in catching a listener’s interest.

  12. the-matrix-tm.eu Says:

    Heⅼlo There. I discovered yοur blog usig msn. This iis a ѵery weⅼl wrіtten article.

    I’ll mɑke sure too bookmark іt and return tօ learn more oof ʏoᥙr helpful info.
    Thwnks fοr tһe post. I’ll cedtainly comeback.

    Feel free tօ surf tօ mʏ weeb blog; villa koplam renang batu (the-matrix-tm.eu)

  13. anti rayap jakarta Says:

    Howdy! Thiѕ is my firѕt visit to yoսr blog!
    Ꮃe arе a collection of volunteers аnd starting a new project
    іn a communoty in the ѕame niche. Your blog proνided ᥙs
    valluable іnformation to wⲟrk on. Yoou have done a extraordinary job!

    Silahkan Kunjungi halaman weeb Saya demi dapatkan Info lebih keren tentang anti rayap jakarta .
    Suwun

  14. биполярно разстройство Says:

    I am regular visitor, how are you everybody? This paragraph posted at
    this web site is really nice.

  15. king of thieves hack gold Says:

    Robin Hood I and II – Get Payback 5 and 25 times while in Last Stand.
    The series consisted king of thieves hack gold
    thirteen episodes, each of which was forty five minutes in length.
    They were the first lender in the market who was lending customers up to 85% loan to value on homes with
    credit scores as low as 400.

  16. emjoi micro pedi review Says:

    Great items from you, man. I’ve understand your stuff prior to and you’re
    just extremely great. I really like what you have got right here, really like
    what you are stating and the best way wherein you say it.
    You are making it enjoyable and you continue to take care of to stay it smart.

    I can not wait to learn far more from you. This is really a
    great web site.

    my homepage emjoi micro pedi review

  17. AgenCasino SBOBET Says:

    Pretty! Thhis wаs aan incredibly wonderful article.
    Ꮇany thanks for providing thhis info.

    my web site AgenCasino SBOBET

  18. copmymusic.com Says:

    Ilove this post I read your blog fairly often and you’re lways coming out
    with some great stuff. I share this on my Facebook annd my followers loved
    it. Keep uup the good work.

Leave a Reply