Warp Records – Warp20 (Recreated)



L’heure de la re-création






Je n’aime pas les anniversaires. Les guirlandes moches, les cadeaux pourris, les sourires jaunes et les bougies qui se rallument alors que tu viens de cracher tes trippes pour en faire vaciller leur flamme. Ceci étant surement inhérent à mon problème de mémoire concernant les dates. Les chiffres volent, me narguent, mais ne se fixent jamais. Ce qui reste gravé dans le marbre, ce sont reproches et remontrances du père, d’une demoiselle ou d’un collègue de travail que l’on a laissé sur le parvis de son cortex, alors que lui/elle, avait fait l’effort de vous offrir un chat en peluche merdique pour votre fête. Mais en fait, c’est surtout grâce à l’alarme Facebook/blackberry qu’ils s’en souviennent.


Je suis médisant, il y a bien une fête qui m’avait clairement marqué il y a un bon bout de temps : Le Warp10+3. Il faut dire que le label avait mis les petits plats dans les grands, non pas en sortant une compile best-of à l’utilité discutable, mais en conviant artistes de Warp et potes de toujours à remixer des grands titre du catalogue. Ou l’on croisait Four Tet remixer Aphex Twin, Bogdan Raczynski dérouiller Autechre, planer sur Surgeon transformant LFO ou écouter la superbe refonte de Wilmot des Sabres Of Paradise par Red Snapper. Du tout bon, on s’était bien marré.

2009, Warp records s’est repris dix piges dans les dents. Auréolé d’une image plus ouverte et de ventes non négligeable (le dernier Grizzly Bear dans le Top 10 Billboard, le Jamie Lidell écouté en boucle à la radio, Maximo Park en référence, Hudson Mowhawk bien parti pour les têtes de gondoles et Clark qui démonte tout le reste), le label veut faire les choses bien : Concerts évènements aux 5 coins (littéralement) de la planète, et un superbe coffret, avec artbook, compiles, mixes, et surtout une dizaine d’inédits, que out le monde veut écouter, mais que peu de gens auront, vu que ces petits trésors ne sont pas vendus indépendamment de l’élégant coffret. Cette gaterie d’anniversaire étant un peu chere, et uniquement disponible à la pré-commande, je me suis rabattu sur l’allechant cd Warp20 (recreated), poussant le concept du Warp10+3 encore plus loin : fini les remix, passons carrément aux covers.
Ca ouvre déjà plus la participation aux groupes un peu étrangers aux machines, et cela permet surtout de changer parfois radicalement la donne d’un morceau. Tracklisting affriolant, mariages improbables, on ne pouvait que succombé à l’invitation.















Difficile de prendre Warp à défaut sur le design de ses disques. Livret de grande classe avec photos bizarres et nouveau logo du label un peu partout. On aurait aimé un peu plus de détail sur les morceaux présentés dans cette double-compile, mais c’est vraiment histoire de pinailler.

Cet anniversaire se déroule en deux section, bien distinctes. Par le style de musique proposé comme par les deux galettes. On est confiant, on plonge dans le premier Cd, des cadeaux pleins les bras, près à en découdre avec les bières, les serrages de mains et les invités bourrés. Justement, l’alcool a du en ravager plus d’un, et les Born Ruffians semble avoir tisé dur dans la voiture, avant de venir : Ce sont les premiers à nous offrir leur cover, en s’attaquant carrément à Aphex Twin (qui a préféré décliné l’invitation et rester en Cornouailles). Ben c’est ignoble.
A dire vrai, heureusement que l’appartement est grand et cool, car cette première partie du Recreated n’est pas affolante. C’est le bordel, les invités, trop content de se revoir, sautent dans tous les coins, cassent le mobilier, parlent très fort et semblent ne pas vraiment se soucier de la musique qui passe en fond sonore. Comme d’hab, l’anniversaire se passe mal, et même si tout le monde semble se bidonner, on se fait chier. Alors on se calle dans un coin de sofa, une bière à la main, et on regarde le tout défiler d’un oeil torve. Rustie et Jimi Tenor tour à tour utilisent les mystérieux Elecktroids comme base, mais on s’emmerde quand même un peu. Heureusement, les Boards Of Canada, posés à coté de moi, me disent que plus tard, il devrait il avoir quelque chose de bien les concernant.

Un tour dans la cuisine, alors qu’une nana s’escrime à peindre les murs de l’entrée de la baraque avec du Nutella, où le terroriste Russell Haswell nous offre une refonte d’un groupe que je ne connaissais pas, Wild Planet. Complètement cramé, l’anglais tape sur des casseroles un rythme house bien cool, avant de tenter de nous violer les oreilles avec un final noise-minimal étrange, en faisant crisser les râpes à fromage sur le carrelage. Dans le jardin, Maximo Park reprend Vincent Gallo en mode new-wave fantôme sans passionner grand monde. Un bonhomme est courbé sur la glacière, le nez en sang, car venant de trébucher sur un robinet.

Tout vrombit, déferlante de basses, rythmes drum & bass, dubstep déchiré, c’est Chris Clark qui balance sa cover bourrine de Milanese, avant de se barrer. Il a d’autres engagements, on ne le reverra plus de la soirée, et c’est bien dommage. Warp Record ne sait plus où donner de la tête, la réception part en couille, au milieu, seul les parrains Autechre livrent un superbe morceau, reprenant le “What Is House” de LFO. Claviers lunaires, rythme qui part en vrille, on avant pas entendu les deux scientifiques aussi joyeux et énervés depuis un bail, on prend son pied sur un vrai petit tube réactualisé, les anglais transcendant le matériel original.
Luke Vibert, visiblement arrosé à la vodka, semble ne pas avoir pigé les règles de la soirée, et nous refile qu’un (bon) remix de LFO par… LFO.

Toujours pas une seule fille de croisée pour le moment, une musique trop forte et parfois presque de mauvais gout, je commence sérieusement à revoir mes préjugés sur les anniversaires refaire surface. Voyant ma mine déconfite, le trublion Jamie Lidell, que je cherchais désespérément (on est toujours sur de se fendre la gueule avec ce mec) depuis les prémices de ce bordel, me tape sur l’épaule, et me confie avec grand sourire qu’il a confié son excellent “Little Bit More” au barré Tim Exile. En grand fan, la confiance aveugle, j’accepte sa bière et tend l’oreille. La claque. Rythme énorme, rampant, bien crade et fracturé. Superbes nappes, voix parfaitement placée, petits effets de partout. Le refrain s’envole dans un paradis où nuages copulent avec les robots. J’ai gardé ça pour moi, et ça m’a fait mal de l’admettre, mais Tim Exile a carrément sublimé l’original. Il a réussi à s’affranchir du coté minimaliste sexy de l’instrue de base pour la porter dans un écrin electronica sublime, tout en construisant une vraie progression. Meilleur moment de cette première moitié du Recreated, et de loin.










La bonne nouvelle, c’est qu’une fête d’anniversaire qui démarre d’une façon chaotique et incohérente ne le reste pas indéfiniment. Les futs se vident, les estomacs aussi. Les âmes rongées se dirigent peu à peu vers la pelouse maculée de déjections, ou se replient vers les chambres à coucher. Les toilettes restent fermées pendant des heures, certaines têtes disparaissent, d’autres tentent d’escroquer la descente en avalant des downers. Alors on navigue dans l’appartement, épaisse fumée de clope pour seule balise, trébuchant sur une paire de jambes, les cernes se creusant au grès des tours de cadrans.
L’ambiance se pose, les gens ne crient plus, chuchotent, s’enlacent, se perdent. Les caboches à crack se fondent dans le jardin. Alors la musique se fait plus douce. Deuxième partie, on ramasse les instruments jonchant la place, on se met à tripoter guitares et piano du salon, pour un boeuf improvisé. Au milieu de tout ça, le grand Mark Pritchard nous offre une relecture quasi-acoustique d’un des premiers titres de Plaid, sous le sceau Black Dog Production : “¾ Heart”. Instruments a vent qui caressent, piano qui chiale la mélodie, semblant d’accordéon dépressif, anges qui chantent et petites clochettes pour un résultât superbe, très Ez3kiel le tout sur plus de 7 minutes. Et quand les nappes électro débarquent avant que le piano, seul, s’occupe de la conclusion, c’est pour mieux nous arracher le coeur.

Premiere demoiselle croisée, Mira Calix veut nous arracher la colonne vertébrale en nous offrant une relecture complètement résignée, spectrale, hyptnotique de In a Beautiful Place Out in the Country de Boards Of Canada. Exit les synthés gazeux et les rythmes hiphop. Ici, des violons, que des violons. Des cordent qui pleurent, qui rampent, qui soupirent, expirent, abandonnent. Une voix désincarnée égrène quelques mots, des enfants aux teintes sépias sourient. Mira Calix l’a compris, les BOC, c’est souvent une mélodie divine. Alors on prend cette dernière, on la pose, et on l’étire à jamais. Quelques bugs informatiques pour seules aspérités, on se laisse bouffer par cette complainte de fin de vie, et l’on se perd, enfoncé dans un canapé qui semble voyager aux grés des pensées.
Bibio au même groupe en tentant le pari de reprendre un interlude (et dieu sait si ce genre de vignettes parsèment les albums de BOC) en mettant lui aussi en exergue la litanie, déroulant cette dernière à l’aide d’une guitare acoustique cristalline. On pense un peu à Daywan Cowboy, mais on lâche le fil quand les couches se font plus persistantes, quand le piano chevauche le tout. La mélodie est évidente, angélique, indiscutable. Moment de légèreté. On lui pardonnera le final un peu hors sujet, pas vraiment indispensable, brisant un fondu pour une fois bien senti.

Les rois Plaid s’amusent avec tout plein d’objets trouvés ici et là pour nous faire du Plone en mode Tekkonkinkreet, la belle ligne mélodique étant perdu dans un bric à brac étonnant et hypnotique, et Seefeel va joliment transformer Maximo Park en électro noyée dans les parasites. John Callaghan, lui, va carrément changer Autechre en groupe pop avec une très belle et dérangée reprise de “Phylactery” (que je ne connaissais pas du tout), avec refrains et choeurs à la fin.
En bonus, on a même le droit à une surprise, en faisant copuler deux des toutes premières sorties historiques du label, avec un Nightmares On Wax qui remixe joyeusement le “Hey ! Hey ! Can U relate ?” de Dj Mink. Les plus vieux, au fond de la salle, versent une larme pleine de houblon en tapant des mains.




Mais des relents de drogues se font sentir, et quelques allumés ne sont pas encore raide morts. Un peu de psychédélisme ne fait de mal à personne, et Pivot vont s’occuper de faire remonter la sauce avec une reprise hallucinée de “Colorado” des Grizzly Bear, entre fausse grandiloquence et vraie perte de neurone, ascension assez belle finissant sur un délire électro tarré.
Jamie Lidell va lui aussi s’attaquer aux Grizzly, dans un registre plus posé, intimiste mais tout aussi noyé dans les psychotropes : Field-recordings de partout, couches sonores en tartines, échos et bleeps pour un résultât se rapprochant presque d’un Animal Collective apres une nuit blanche. C’est le bordel, mais un bordel calme, controlé, serein. Ca part dans tout les sens tout en restant confiné dans une bulle opaque. Ca te fait visiter l’Amérique, l’inde, l’asie, tu nages au milieu des océans avec les sirènes, Jamie Lidell te tenant la main pendant que tu voles à travers les nuages, en frôlant les clochers, en léchant les étoiles. Sans déconner, ce morceau, c’est une visite à Disney Land, mais complètement camé, rongé par la dope. Oh le beau bateau, oh le joli volcan, un canard me parle, Daisy semble plutôt bien roulée, je tombe.

Trop de Pluto et Mickey devant mes yeux, putain quelqu’un vient de foutre du Lsd dans mon verre, c’est pas possible, se faire vomir avant de perdre connaissance. Les murs veulent nous écraser, on trébuche, on gerbe, on se débarbouille, et l’on tombe sur l’Iraniene Leila, qui doit faire une cover du mirifique, culte, que dis-je, intouchable Vordhosbn d’Aphex Twin, mais elle me confie avoir oublié toutes ses machines en partant de chez elle. Pas de bol que je lui dis, j’aurai bien aimé entendre ça. Pas de problème me repond elle, “il me suffit d’un piano, je vais essayer de sauver la baraque”. Je me fous de sa gueule, me disant que l’on va encore nous massacrer un titre d’Aphex Twin ce soir et que c’est vraiment pas ma veine, non mais sans blague. Sauf que Leila, comme Mira Calix, a tout compris : Sous le déluge de rythmes, de fractures, de break, se trouve une mélodie. Parfaite, divine, à pleurer. Ouai, j’aurai bien envie de vous parler du morceau Vordhosbn dans un article, mais il ferait 20 pages. Car ce morceau, c’est pour moi la perfection de la musique électronique. La violence, la beauté, le chaos, la naïveté. La mélodie qui se fait littéralement lacérer par les rythmes. En faire une relecture electro n’aurait pas été possible. Et c’est justement ça que la demoiselle à du comprendre. Elle prend la reine litanie, joue tout ça au piano, dans un espace rongé par les échos lugubres, par le néant. Il n’y a rien d’autre dans tes oreilles : Un piano, un espace. Un espace qui change la donne, qui change les notes, qui s’imprime dans chaque mouvement. Un piano qui vibre, qui vit. On perçoit les craquements, les frottements d’un bois trop vieux. A la fin, on l’entend se fermer avec un claquement dur, définitif, impassible. Car il n’y a plus rien à entendre, plus rien à dire.
Le soleil s’est levé et tout le monde se casse, à moitié déchiré, en oubliant même le pourquoi de ce squat.










Et si l’on peut faire la gueule sur la première partie de ce Recreated, bourrine et bordelique, qui frôle l’occasion manquée vu les artistes conviés, on ne peut que se réjouir de la deuxième galette, superbe, beaucoup plus belle et posée, fortement conseillée pour les fans du label Warp. Les covers enlacent et ne lâchent plus. Elles extraient bien souvent, et intelligemment, l’essence même des compos, foutent les mélodies au premiers plans (on se surprend à chanter du Aphex Twin ou du Boards Of Canada dans sa douche ! )


Profitons du cadeau, et surtout de ce deuxieme disque. Dans 10 ans, les anniversaires se fêteront avec des compiles mp3.












Tracklisting :

Warp20 (Recreated)

Disc 1

01 – Born Ruffians – Milkman/To Cure A Weakling Child (Originals by Aphex Twin)
02 – Jimi Tenor – Japanese Electronics (Original by Elecktroids)
03 – Maximo Park – When (Original by Vincent Gallo)
04 – Tim Exile – A Little Bit More (Original by Jamie Lidell)
05 – Rustie – Midnight Drive (Original by Elecktroids)
06 – Luke Vibert – LFO (Original by LFO)
07 – Autechre – What Is House? (LFO Remix) (Original by LFO)
08 – Russell Haswell – Cabasa Cabasa (Original by Wild Planet)
09 – Clark – So Malleable (Original by Milanese)
10 – Diamond Watch Wrists – Fool In Rain (Original by Pivot)
11 – Hudson Mohawke ft. Wednesday Nite – Paint The Stars (Original by Jimi Tenor)

Disc 2

01 – Mark Pritchard – 3/4 Heart (Original by Balil – Black Dog Productions)
02 – Mira Calix with Oliver Coates – In A Beautiful Place Out In The Country (Original by Boards Of Canada)
03 – Pivot – Colorado (Original by Grizzly Bear)
04 – Bibio – Kaini Industries (Original by Boards of Canada)
05 – Jamie Lidell – Little Brother (Original by Grizzly Bear)
06 – Leila – Vordhosbn (Original by Aphex Twin)
07 – John Callaghan – Phylactery (Based on Tilapia by Autechre)
08 – Gravenhurst – I Found The F (Original by Broadcast)
09 – Plaid – On My Bus (Original by Plone)
10 – Seefeel – Acrobat (Original by Maximo Park)
11 – Nightmares On Wax – Hey ! Hey !Can U relate ? (Original by Dj Mink – Bonus Track)

























11 Titres + 11 Titres – Warp Records
Dat’













  • Share/Bookmark
  1. Syl20, visiteur Says:

    Bon ,j’avais déjà acheté le Chosen (l’autre album pour les 20 ans de Warp) mais là, tu m’as grave donné encvie d’acheter celui là!!

    Je te remercie pas :-)

  2. janvier18 Says:

    j’avoue je ferai l’impasse, même en étant fan de quelques artistes du label (pas tous evidemment). En fait je crois que je suis pas du tout compil en fait lol.
    “Trop de Pluto et Mickey devant mes yeux” mdr

  3. Dat' Says:

    janvier ==> Je ne suis vraiment pas fan des compiles aussi, par pour le son en lui même, mais parceque cela me fait irrémédiablement dépenser plus, en achetant l’album d’un type que j’ai bien aimé sur une compil…

    Pour la Warp, je peux comprendre que l’on fasse l’impasse, même si le deuxieme cd est bien cool… Le tout est un peu frustrant, j’en attendais peut etre trop…

  4. 偽物ブランドコピー専売店ルイヴィトン 財布 長財布バッグ スーパーコピーブランド激安ショッピングサイトです。サポート体制も万全です。スタイルが豊富で。最新作も随時入荷いたして Says:

    [url=http://www.bagkakaku.com/vuitton_wallet/wallet/145.html]偽物ブランドコピー専売店ルイヴィトン 財布 長財布バッグ スーパーコピーブランド激安ショッピングサイトです。サポート体制も万全です。スタイルが豊富で。最新作も随時入荷いたしております。[/url]

  5. このため、アカザのコーニングは連覇国際自動車連盟2007年世界選手権で、彼は装着新型の豪雅グランCarrera RS17機械クロノ腕時計を組み合わせてタグホイヤーのCurve(曲面)サングラス、その Says:

    このため、アカザのコーニングは連覇国際自動車連盟2007年世界選手権で、彼は装着新型の豪雅グランCarrera RS17機械クロノ腕時計を組み合わせてタグホイヤーのCurve(曲面)サングラス、その設計スタイルは唯靑春、新潮などと形容でき、これもアカザのコーニングとタグホイヤー協力の設計製品。新車を運転するフェラーリ2008、アカザのコーニングすこぶる受け艦隊の強気のため、冬の試運転に彼とこの車のフェラーリ慣らしてとても理想は、高速で安定性に優れ、カーコースシミュレーション。コピーブランド3月12日は水曜日、アカザのコーニングはメルボルンの一回の豪雅は大きなイベントに顔を出して、200数名の貴賓とメディアに現れた自分を紹介するとどうタグホイヤー時計やサングラスシリーズ開発で提携。

  6. 百年の輝かしい歴史を持つのHamiltonとリーヴァを独木格の設計、無類の品質、完璧な味わいと究極の手芸表現で有名に世を一緻を欧米スターやハリウッド映画界の長年の支持と歓迎。Hamilton Says:

    百年の輝かしい歴史を持つのHamiltonとリーヴァを独木格の設計、無類の品質、完璧な味わいと究極の手芸表現で有名に世を一緻を欧米スターやハリウッド映画界の長年の支持と歓迎。Hamiltonとリーヴァの起源は19世紀、リーヴァ創立は西暦1842年イタリア北Iseo湖畔の1家のボートドック内ながら、若い労働者は数隻の修理Pietroリーヴァ暴風雨に壊れて、他の労働者も放棄して整備された漁船の修復、彼は優れた木工技術すぐ名高い、リーヴァ造船事業から正式に始動。Hamiltonもあって似た起源を背景に、西暦1892年Hamilton元アメリカペニスランカスター市にある小さな工場。ブルガリスーパーコピーその正確で、信頼できる技術を獲得しアメリカのタブで当時の鉄道会社や軍の採用、後により解決列車衝突やパイロットよく軌道からそれる飛行の安全問題。それぞれ時計業やヨット業発光して発熱のHamiltonとリーヴァし世界合作と相まって、成熟した技術は、優雅に挑戦し続ける革新を続け、ブランドの承諾。

  7. 万表網の創始者まで肖晓谈創立万表網の初めの使命:「人の腕時計、腕時計を買ってもっともっと便利、そして多くの選択。この業界で時計を比較的独立し、閉鎖、消費者にとっては情報が Says:

    万表網の創始者まで肖晓谈創立万表網の初めの使命:「人の腕時計、腕時計を買ってもっともっと便利、そして多くの選択。この業界で時計を比較的独立し、閉鎖、消費者にとっては情報がとてもの非対称。スイス時計ブランドでほとんどスウォッチ、历峰を二大グループ傘下の情況の下で、フランス、ドイツの時計ブランドは比較的ばらばら広めシステムも弱いいくつか。」

  8. 隣に立っているが、最も確かでない影のウブロウブロ1、2はその前作より大きく、おそらくもっと野心的です。 ミュウミュウバッグスーパーコピー それはあまりにもきれいなカットを提案 Says:

    隣に立っているが、最も確かでない影のウブロウブロ1、2はその前作より大きく、おそらくもっと野心的です。 ミュウミュウバッグスーパーコピー それはあまりにもきれいなカットを提案するウブロ2」の優れた「ウブロ1に対して、むしろこの新しい造りサイト展開をウブロ彼らが適当と考えて、彼らの建物の責任を分割するのを可能にします。

  9. n品 品質 bbs Says:

    人気新作ブランドコピー財布、腕時計、雑貨、小物商店

    日本的な人気と信頼を得ています。
    激安、安心、安全にお届けします.品数豊富な商品情報HPはこちら!!どしどしご来店ください!!!
    商品数も大幅に増え、品質も大自信です(*^v^*)
    日本では手に入らない商品も、全て卸売りします。
    価格、品質、自信のある商品を取り揃えておりますので、
    当店の主要な経営のブランド:ヴィトン ディオール
    シャネル グッチ コーチ ロレックスなど.
    当店は主に経営する商品:かばん.バッグ .財布 .キーケース. 手帳.腕時計など.
    当店の商品は特恵を与える。興味あれば、是非ご覧下さい
    あなたが私の店まで(へ)商品を買うことを期待して、あるいは尋ねます.(*^v^*)

  10. サングラス ブランド激安 Says:

    信用第一、良い品質
    主要取扱商品 バッグ、財布、腕時計、ベルト
    品質がよい 価格が低い 実物写真 品質を重視
    不良品物情況、無償で交換します.
    税関没収する商品は再度無料で発送します!
    ご注文を期待しています!
    サングラス ブランド激安

  11. ルイヴィトンスーパーコピーN級品 Says:

    今まで新品には抵抗があったのですが
    今回のお買い物でそれがなくなりました。
    とても綺麗で
    きっとほとんどお使いにならず
    売りに出されたんだなと思えるほど状態が良かったです。
    このバックが前から欲しくて探していましたので
    本当にいいお買い物出来ました
    大切に使っていきます
    迅速丁寧お手紙も添えてあり
    とてもよい信頼ある店舗です

  12. ブラダコピー Says:

    素晴らしいブランドコピーサイト

    毎度お世話になります
    ルイビトンのバック無事到着致しました、
    とっても綺麗な色でこれからの春に向けてぴったりです、ありがとうございました
    よろしくお願い致しますm(_ _)m
    ブラダコピー

  13. セリーヌバッグコピー Says:

    スーパーコピーブランドN級品専門店

    史上最も激安ブランドスーパーコピー-即日 配送可,100%入荷。
    当店は正規品と同等品質は品質3年保証でご注文から5 日でお届け致します。
    レディースとメンズ激安通販専門店!品質と本物は同様です。ブランドコピー時計
    全て新品、高い品質、激安 、送料は無料です( 日本全国)すべての商品は品質2年無料
    セリーヌバッグコピー

  14. スーパーコピーブランド激安通販専門店シャネル財布コピー品 Says:

    弊店では信用第一主義を徹底しており社員全員下記の方針のもとに頑張っています。
    1.不適合品を入荷しない。
    厳しく受け入れ検査を行い、お客様に満足いただける品質のいい物だけを入荷する。
    2.不適合品を出荷しない。
    出荷前に細部まで二重確認を行い、お客様からご注文頂いた商品を納期通り出荷する。
    3.お客様からのクレームゼロ
    お客様第一主義を徹底し、お客様からのお問い合わせ、苦情等に対して積極的かつ丁寧に対応いたします。

  15. 最高級ロレックスコピー Says:

    日本的な人気と信頼を得ています。
    安心、安全にお届けします
    価格、品質、自信のある商品を取り揃えておりますので、
    当店の主要な経営のブランド:(ヴィトン ) シャネル(シャネル) Rolex(ロレックス)など.
    当店は主に経営する商品:かばん.バッグ .財布 .キーケース. .腕時計など.
    日本には無い商品,日本では高価な商品,弊社のない商品,取引先を代理して製造会社を連絡することができる.
    弊社長年の豊富な経験と実績があり.輸入手続も一切は弊社におまかせできます.ご希望の商品を責任を持ってお届けします.
    当店の商品は特恵を与える。
    興味あれば、是非ご覧下さい
    財布、腕時計、バッグ一品市場

  16. 激安 ロレックス時計格安 Says:

    ガス針表その寒さ、耐高圧、堅固な精確な特徴、人類の極限スポーツにも優れた性能。
    エルメススーパーコピー1960年5月25日午前4時20分、針に伴うガス表王富洲など中国登山隊員を実現した初の東北から稜線登って標高8848メートルのエベレストの夢を発揮し、上質な夜光機能、正確に記録した神聖な歴史時刻を北麓から登頂世界人類屋根の快挙。

  17. Web Site Says:

    This is a consideration which may contribute to the achievements your business.

    If the cardia muscle won’t receive sufficient blood flow, the effect
    might be a cardiac event. Indeed, a vintage inspired house is both remarkable andd unique during
    tuese modern years.

    Here iss my web site; Web Site

  18. コピー通販販売 Says:

    (ブランド コピー 優良店iwgoods):主にブランド スーパーコピー 年ルイヴィトン厳選アイテム LOUIS VUITTON コピー通www.iwgoods.com/buranndo-52-c0/販販売のヴィトン コピー,ヴィトン スーパーコピー,ヴィトン コピー 激安,ヴィトン コピー 代引き,バック,財布,時W5T1Pv.copyhim.comオークリー スーパーコピー™計,メンズファッション,服,靴,ベルト,メガネ,iphone ケース カバー,メガネ,サービス品,ジーパン パンツ,ジーンズ,アクセサリー物,女性のお客様靴,雑貨小物などを提供しております,品質保証,安心してご購入ください!公式サイト: 年ルイヴィトン厳選アイテム LOUIS VUITTON

  19. Jill Says:

    The creation of the collection increased the opportunity to get completely original works of art. This was achieved through the creative approach http://livecustomwriting.com/blog/papers-editing-services-and-self-education.

  20. حساب جيميل جديد Says:

    سكرابز حروف عربية مزخرفة
    حساب جيميل جديد

  21. صور غرفة معيشة Says:

    فوائد حبوب المورينجا
    صور غرفة معيشة

  22. خطوط فوتوشوب انجليزي Says:

    كلية البيان السودان
    خطوط فوتوشوب انجليزي

  23. صوركلاب بوليسية Says:

    كم عدد ايات القران الكريم وكلماته وحروفه
    صوركلاب بوليسية

  24. خلفيات للتصميم والكتابه عليها Says:

    تصميم دعوة زفاف جاهز للتعديل
    خلفيات للتصميم والكتابه عليها

  25. ملحقات فوتوشوب cs6 Says:

    صور خلفيات ورود
    ملحقات فوتوشوب cs6

  26. هل تعلم قصيره وسهله Says:

    خريطة دول اسيا
    هل تعلم قصيره وسهله

  27. مواعيد فصول السنة Says:

    ملف psd
    مواعيد فصول السنة

  28. http://1800flightfares.com/sitemap.xml Says:

    ルイヴィトンサイフメンズコピー
    http://1800flightfares.com/sitemap.xml

Leave a Reply