Citrus – Pits Are The Pits (25 Gold=Rare=Debris) Complete discography



The gold and the debris
















Ceci n’est pas un article à proprement parlé, mais une petite update de l’article du 6 Novembre 08, traitant de Citrus.




Les japonais ont du entendre par télépathie mon appel désespéré dans la conclusion de l’article parlant de Citrus, groupe à la carrière bien courte, se résumant à une poignée d’Ep et moins d’une heure de musique, en presque 10 ans de carrière. Ces nippons font parti depuis 8 ans des affres d’une amnésie collective nébuleuse, trop bizarres pour être portés aux nues, et discographie trop rachitique pour être gravés dans les indispensables japonais (au contraire des Boredoms ou de Cornelius, ce dernier aillant d’ailleurs propulsé Citrus grâce à son label)


Hasard assez énorme (j’en suis encore étonné !! ), un peu plus d’1 mois après avoir posté mon article, j’apprends qu’un Complete Discography du groupe est annonçé, et doit sortir le 21 janvier au japon. Hop importation en urgence, détournement d’avion postal, papier bulle traumatisé, la bête est reçue, estampillé d’un titre qui pue la classe : Pits are the pits (25 Gold=Rare=Debris). Yeah. Cela change des The-very-best-of-the-essentials-of-and-I-love-you-thanks-you-public…. Le tout sur un livret cartonné epais qui se déplie en poster moche, que personne n’osera accrocher au dessus de son lit. On s’étonnera aussi du verso de la pochette, présentant le disque ensanglanté et crucifié au mur avec violence.









La compilation confirme déjà une chose : la discographie du groupe tient tranquillement sur une seule galette. Avec des inédits en plus. Et encore, il reste de la place. On a donc la majorité des morceaux des 3 ep traités précédemment, et l’intégralité de l’Ep Splash en plus, ce qui est une bonne nouvelle, ce dernier étant impossible à trouver. Le son développé par Citrus sur ce Splash y est assez intéressant, beaucoup plus éthéré et apaisé que les autres productions. Le punk hystérique noyé dans les malabars et les beats électro débiles s’effacent, et laissent place à un rock shoegaze, plutôt mélancolique, mâtiné de belles envolées et pétris par un mur persistant de guitares électriques. Tuesday Sunday, Lazy Jaz peut même se prévaloir d’être le plus long morceau de toute la carriere des japonais (tenez vous bien, un morceau de 5 min 30 ! quand on dépasse quasiment jamais les 2 min 30, c’est à peine croyable, ils ont du prendre des drogues ce jours là. Ou ne pas en prendre justement) et déroule un Shoegaze planant et plutôt beau, parcouru de cuivres toujours aussi Toys ?r us. Sinon c’est évidemment un peu bordélique, semblant être enregistré entre la salle de bain et les toilettes, tout en ayant un charme branquignole assez fou.


Mais outre cet Ep et les autres galettes traitées dans l’article de Novembre, le disque est bourré de morceaux super rares (les morceaux lambdas étant déjà utopiques à trouver, imaginez le truc), glanés au grés de vinyles ultra limités, de mini enregistrements lives réalisés en mono dans la cave d’un immeuble tout pourri de Shibuya et de split-ep retrouvés au fin fond d’un magasin niché entre deux love-hotels.
Les quelques inédits sont dans l’ensemble vachement apaisés, beaucoup moins dingo-débiles que les titres présents sur les Ep, et jouant moins sur la surprise, même si Crane Crystal Thunder in the Wonder Safari pourra convaincre les derniers réticents que la came, c’est vraiment mal. J’hésite entre le jingle de karaoké, la croisière s’amuse remixée par des barges et la pub Téléachat faussement niaise.

Le meilleur essai reviendra à l’énorme Hivernate Under The Ground, pourtant très court, morceau Punk rageur et cradingue qui va se transformer en ritournelle super belle, avec violons qui volent vers le ciel, beat techno cheap et nappes de synthés toutes jolies. Dans le pur style Citrus. Ça donne envie de courir partout en ouvrant les bras, en tournant sur soi même et allumer des feux d’artifices, après avoir démoli les murs à coup de guitares.










Bref, ce Pits are the pits (25 Gold=Rare=Debris) ( la classe ce titre, vraiment ) a le mérite, en plus de m’apprendre que l’on peut dire debris en anglais aussi, de compiler un groupe qui était condamné à l’oubli, derrière une poignée de Ep rachitiques disséminés pendant la décennie précédente. Et de me donner la possibilité d’écouter l’ep Splash, que j’ai pas mal cherché en arpentant le monde. Le disque est au final vachement bien calibré, alternant morceau calmes et pépites punk-techno-pop (facette la plus exposée du groupe), pour un tour d’horizon… plus qu’exhaustif du groupe, par la force des choses, vu que ce dernier peut se prévaloir d’avoir accouché de moins d’une heure de musique sur disque. On a donc les indispensables comme la totalité de l’ep Wispy, No Mercy, Colo colo Meets the stripes, les Rockin’ cruise et autres Every song landed near by his fire place

Un vrai petit trésor en gros, un testament parfait pour un groupe completement cramé, ayant peu d’équivalent, dans le fond comme dans la forme. Qui donnee nfin la possibilité d’écouter le groupe autrement qu’en cherchant ad vitam eternam des Ep quasi introuvables, et à prix d’or.


Je me permettrai, encore content de ce heureux hasard, de remettre ma conclusion déjà apposée à l’article de Novembre, (c’est surtout moins fatiguant que de devoir repondre une conclusion version paraphrase) qui résume bien ce que l’on peut trouver chez Citrus, et donc à fortiori dans ce Best of, vous inviter à aller sur ce dernier ( ICI ) pour des descriptions plus précises de pas mal des morceaux composant ce Pits are the pits et de mettre son tracklisting pour clore le tout :







——————————–

Conclusion du 6 novembre 08

Intéressant contraste, la musique de Citrus est hors norme, tout en se complaisant une pop mainstream, archi-usitée. Justement, ils en prennent tous les gimmicks dégoulinants pour les exploser, les fracasser. Rendre décadent, corrompu, vicié, toutes les petites fofolles en minijupe qui se trémoussent derrière un micro plus gros que leurs hanches. Citrus agis dans la régression la plus totale, celle qui vous invite à vous rouler dans un monde où les arbres se marrent, le soleil se dandine et le sol est rose fluo Tout en étant poursuivi par un malade psychotique qui veut vous bouffer le cerveau. C’est un peu Hannibal Lecter lâché dans le monde de Roger Rabbit avec un forfait 3 meurtres achetés, un 4eme offert.
Citrus est au final qu’un groupe Punk, des cinglés complets, qui, au lieu de hurler dans un micro et tout casser à coup de guitare, auraient décidés de dynamiter la pop guimauve en se noyant ouvertement dedans. Ce qui, au final, est une démarche sûrement encore plus punk que celle de balancer de l’essence sur la scène et le public, puis de jeter une allumette.


Citrus me fascine. Par sa propension à pondre des aliens invraisemblables dans le fond comme dans la forme, des trucs punk dance improbables, super courts, qui aliènent un esprit sain en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire. Puis qui vous parasitent, s’installent dans votre cortex, s’immiscent dans vos viscères, vous obligeant à chanter le refrain pourri d’une des chansons pendant que vous faite les courses ou que vous imprimez un dossier. C’est comme ça que l’on peut perdre son boulot.


Mais Citrus me fascine aussi par sa force, son entêtement dans le non-achevement, dans l’autodestruction. De sa musique tout d’abord, avec ces petits tubes pop ringards qui se retrouvent maltraités, décomposés ou étranglés par des délires difficile à assumer. Entêtement de ne jamais faire de grands morceaux, de compositions marquant au fer rouge, préférant balancer des vignettes qui se consomment en 2 minutes 30 maximum, comme le plus vulgaire des bonbons. Mais à l’instar des friandises têtes brulées de notre enfance, ces chansons passent et défoncent la langue, les oreilles et le cerveau. L’absorption n’aura durée qu’une poignée de minutes, mais l’on se retrouve avec une empreinte permanente pendant la moitié de la journée, si l’on en abuse.
Entêtement enfin sur le fait de s’être cantonné aux Ep, rachitiques, maigres, et rares, alors que le groupe avait tout pour balancer, au moins, un album completement dingue, dérouillé et candide, adulé et honnis par tous.



D’ailleurs, le groupe disait en rigolant, dans une interview, que c’était pas très punk de faire des albums, et qu’ils seraient fiers de ne faire que quelques singles, puis de se disloquer, et d’être oubliés à jamais.



Objectif accompli. Et c’est bien dommage.


Edit 29 janvier 09 : Objectif raté en fait, et c’est tant mieux.


———————–




Citrus – Pits are the pits (25 Gold=Rare=Debris, the complete discography)
01 Live In Tapes #1
02 Rhythm Waves
03 House Coach
04 Young Fidelity
05 Another World
06 Blue Mercedes (Simply Eternal Reality)
07 Rockin’ Cruise
08 “A Speeding Wheel, Speedway Wheels”
09 Another World
10 M.W.M.U.Early
11 Snog 6 / Misery
12 The Cannanes / Frightening Thing
13 Every Song Landed Near By His Fire Place
14 Freestate Watch Closely
15 Crane / Crystal Thunder In The Wonder Safari
16 Live In Tapes #2
17 “Wispy, No Mercy”
18 Colo Colo Meets The Stripes
19 Hivernate Under The Ground
20 Live In Tapes #3 / Cymbal Hit! (Like My Feelin’)
21 Cymbal Hit! (Like My Feelin’)
22 “Puff Away, Something Grow In The White”
23 Ripple In Still Water
24 “Tuesday Sunday, Lazy Jazz”
25 Your Building





Mp3 :


Citrus – Colo colo meets the stripes Clic droit enregistrer sous

Citrus – Your Building Clic droit enregistrer sous








25 Titres – Felicity
Dat’







  • Share/Bookmark
  1. wony, visiteur Says:

    haha le hasard fait bien les choses !

  2. Skowz, visiteur Says:

    Fan des deux mp3 en téléchargement !
    J’adhère totalement au style. Maintenant, va falloir que je me le trouve… et je pense que c’est une autre histoire…

    Skowz

  3. Dat' Says:

    Skowz ==} mmm il est facilement trouvable sur pleins de sites import jap… même amazon.co.jp je crois, qui peut etre basculé en Anglais…

    Ca sera de toute façon beaucoup plus facile qu’avant, quand il fallait trouver les Ep, digne d’une quete d’Indiana Jones “a la recherche des disques de Citrus perdus”
    Les deux mp3 resument bien le delire de Citrus en plus, si tu as accroché…

    Wony ==} Oui pour le coup, c’est assez énorme… ^^

  4. LacyKNegrete Says:

    This is a fantastic tip especially to the people fresh to the blogosphere.
    Short but very accurate information Many thanks for sharing this.
    Essential read article!

    Look into my weblog :: LacyKNegrete

Leave a Reply