Rone – Spanish Breakfast



Je vais me noyer







Un terrier, du thé, des obligations, des turpitudes et paradoxes en rafales. Un lièvre de Mars plus con qu’en Mai, mais moins intelligent qu’en Avril. Devenir petit et grand en bouffant de la bouffe, bouffi en biffant la ponctualité d’une cérémonie sans but, perdu en trouvant la sortie. Un jeu de carte dans un château de carte qui obéit à une grosse carte qui exprime ses plus vils penchants en voulant crucifier une jeune fille en tulle bleu culotte blanche, qui n’a rien trouvé de mieux que de suivre ad nauseam un sourire sans chat. Ou un chat sans sourire, je ne sais plus. Ca fait tellement longtemps, les détails m’échappent. Par contre, ce dont je suis sur, c’est que la demoiselle coursait un lapin blanc paniqué a l’idée d’arriver en retard à son recrutement. Il courait, il courait, il courait, il courait, il courait, il courait, la bleuette sur ses talons.

Comme Alice, le français Rone cavale derrière le rongeur. Ce dernier lui a piqué ses lunettes. Chez Rone (à ne pas confondre avec Lone, et son excellent album de l’année dernière), il y a toujours des tasses géantes, des lapins et des terriers. Mais aussi des grosses fraises, des poules qui pondent des oeufs qui pondent des poules qui pondent des oeufs qui pondent des poules, des vaches à lait, des cascades de dominos, des femmes nues en mode néon rose et un poster de “parle avec elle”.
Et surtout un premier maxi chez Infiné, le label d’Agoria, hébergeant les sorties de Clara Moto ou Apparat. Et une apparition dans le très bon At The Controls du Lyonnais. Le petit dej’ espagnol est ajouté au menu. Nous permettant de basculer.















Derrière la jolie pochette cartonnée et après le très beau titre d’Intro, se profile Spanish Breakfast premiere incursion derrière le miroir de Rone, cristallisant parfaitement ce que l’on trouvera dans l’album. Et se permettant de nous lancer un beau coup au coeur, avec cette mélodie candido-divine à la Plaid, égrenant clochettes et boites à musique tunées sur un lit de synthés vaporeux. 1 minutes de musique, et l’on se dit déjà que le disque va être énorme. Break, chute, les murs se désagrègent, les échos dansent, se marrent, vrillent. Un synthé plus dance fait surface, une myriade de percussions déboule de l’horizon pour nous caresser l’oreille. Le cliquetis d’une horloge devenue folle, se transformant en un million de fourmis revenant du boulot. Et c’est là que le titre devient renversant, (Ce moment m’hypnotise à chaque fois dans la vidéo) quand les synthés reviennent, paraboles sublimes, on plane sur ce lit de dominos rythmiques, la mélodie s’immisce en nous par tous les pores de la peau, berceuse techno. Paradoxalement, le temps se dilate et s’étire en s’enroulant autour des claviers, mais s’empresse, se hâte à cause du métronome. Et tout ça en trois minutes. Bonheur.

Je commence à regarder par la fenêtre. Belleville sera plus guillerette, avec cette mélodie lumineuse, pilonnée par un beat techno binaire, rapidement accompagné des handclaps de rigueur. Petit à petit, des notes se libèrent, perlent sur la structure, goutte d’eau tombant sur nos tympans, avec échos, ondes et tout le toutim. Joli morceau d’electro presque ingénue, conviant le jardin public, l’herbe trop verte et les parties de football avec des potes que l’on ne voit plus depuis longtemps.

Le tout débouche sur le titre le plus enlevé du disque, Aya Ama, assez proche de certains exercices de Popnoname, pure track techno qui se confond amoureusement dans des teintes nuageuses, diffuses et cristallines. On a envie de danser, mais le cerveau prend le pas sur le reste, se déconnecte, nous envoie dans nos souvenirs la bave aux lèvres et la gorge serrée. Ouaip danser sur ses souvenirs, les piétiner gaiment, se perdre dans les hautes herbes, courir avec le ciel bleu devant soi. J’ouvre une bière. Le break presque Noise nous tire violemment vers la réalité, comme si une rame de métro venait violer nos songes, avant que la cavale extatique reprenne de plus belle.
Et malgré le nom, ce n’est point l’envie de sauter dans un plumard qui nous tenaille sur Interlude To The Bed, avec ces synthés mélancoliques qui vont partir peu à peu dans un trip bien classe. Et, je radote, beau. (Raaaah mais pourquoi n’en faire qu’un interlude ?!? trop d’injustice ici bas. Rone est peut être justement trop haut perché dans son ciel). Je pose mon cul sur une chaise et je continue de regarder par la fenêtre.

Ciel et mer, c’est le contraste offert par Poisson Pilote, noyade en règle, océan de reverbs peuplé de mélodies fragiles, se démultipliant à chaque note dans nos oreilles. Une grosse ligne de basse bien grave, cradingue et grésillante secoue le tout, mais la plénitude reste totale, à en crever. Difficile de décrire le trip. C’est Plaid qui se noie. Plaid qui se noie en slow-motion. Plaid qui se noie en slow-motion après avoir pris trop de drogues. Noyez-vous avec le casque. Histoire de vraiment perdre le souffle.










Pour ceux qui auraient peur de ne pas pouvoir remonter à la surface, il y a la solution de l’isolement. De l’abandon, du grand voyage. Into the wild et tout pleins d’autres machins. Bora. Etonnante incursion vocale de Alain Damasio, l’auteur de La Horde Du Contrevent, qui s’était justement coupé du monde pour écrire son bouquin. Alors il va nous expliquer le processus. Son départ, son envie de création, sa “necessité d’être”. La musique de Rone, toute en ascension, est parfaite. Et si au début, on ne peut s’empêcher de se dire Il me fait chier ce mec avec ses “putains de merde isole toi merde putain quoi fais pas de concession…”, le tout devient rapidement mirifique. Les paroles résonneraient presque comme le discours d’un prophète poussant l’humain à tout lâcher pour vivre à poil dans un coin de paradis. Et contrairement au discours de Damasio, Rone ne veut pas nous lâcher, ne veut pas nous laisser partir. Graduellement, ses synthés nous enveloppent, nous portent, nous étouffent. Tu veux te barrer, tu veux prendre un avion, tu vois les plages se dessiner devant les yeux, mais rien à faire, la mélodie, le rythme flirte de plus en plus avec la grâce, te piège, te flingue, te matraque. On te martèle la nécessité de s’échapper, mais on t’étrangle dans le même mouvement.

Le pire, c’est que le tout déboule sur le meilleur titre du disque, Tasty City, qui s’ouvre sur une pagaille de bruits citadins, avant de partir sur un rythme techno mutant, mi-organique mi-métallique. Mais ce sont clairement les claviers, sublimes, qui portent le morceau. Mais genre qui portent le morceau dans la stratosphère, voir plus haut, je ne sais même pas où. Oubliez les échelles, sortez les fusées. Rien de spécial, le tout est presque linéaire, et pourtant c’est le pied ultime. Et je ne parle pas du moment où les synthés se parent d’une teinte mi trance-pute, qui m’écrase l’échine en mille, avant de breaker et de partir sur un écrin plus sombre et retenu, mais tout aussi fascinant. A la première écoute, j’ai cru que le métro déraillait au ralenti, avant de s’envoler en spirale vers l’espace, avec le feu autour de la carlingue, les gens qui se font aspirer dans le vide par les portes grandes ouvertes et les nuages qui s’écartent pour laisser passer ce convoi hurlant… mais tout en étant le seul à m’apercevoir de tout ce bordel, le casque vissé sur les oreilles.

Enfin, si Rone a clairement du apprécier Alice et son pays rempli de dégommés, il a peut être été aussi happé plus jeune par Mysteres et compagnie, avec les maisons qui saignent, les pommes trop mures en lévitations et autres chats télépathiques qui buttent tout le monde parce qu’ils n’ont pas eu leur mou. Car avant une belle Outro assez Blade Runner, c’est La Dame Blanche qui aura le privilège de partir pour une danse sur plus de 7 minutes. Longue montée électro hypnotique au rythme sec, qui va rapidement accueillir un étrange saxophone, jouant quelques notes avant de se fondre dans le noir, en effectuant ce va et vient tout le long du morceau, pendant que la structure de ce dernier devient de plus en plus massive. Coup de grâce, un orgue se greffe au tout, transforme l’escalade en pèlerinage mortuaire, casse la colonne vertébrale quand les deux instruments continuent de jouer alors que la techno se mue en silence, avant de repartir de plus belle, les beats pilonnant violemment, histoire de bien nous encastrer la mâchoire contre un mur.











Etrangement, ce Spanish Breakfast est un album assez court pour le genre, avec 45 minutes au compteur, adoptant presque un format pop. Mais la frustration de ne pas avoir de morceau supplémentaire est vite balayé, tant le tout se tient parfaitement. Rien n’est superflu, rien n’est foiré, tout se tient, tout s’imbrique, tout est superbe. Certes, on ne peut s’empêcher de penser que l’intro et l’interlude, étirés, auraient pu faire de grands morceaux…

Mais rien à faire, le disque est excellent, une vraie réussite, une musique qui fait copuler les rythmes de la techno avec les mélodies de l’Idm la plus mélancolique. Un album qui prend les problèmes, les préoccupations, les obligations et toute les merdes d’une journée bien rempli pour les annihiler, les écraser, les balancer hors de portée en quelques minutes. J’aimerai bien me creuser la tête pour trouver un défaut, un truc qui ne va pas. Il y en a surement. Mais je n’en ai pas envie. Car ma tête ne m’appartient plus. Le disque pousse simplement à la rêverie, à l’abandon. On divague, on se perd. Et comme Rone, on saute sur des fruits géants, on tombe dans un gouffre plein de couleurs, on danse avec des objets qui soudainement s’animent.




D’ailleurs, depuis 45 minutes, je suis toujours assis devant ma fenêtre, à ne rien faire, si ce n’est de contempler la ville… Les lumières qui s’allument, les gens qui rentrent chez eux, qui courent, qui marchent, qui rigolent, qui téléphonent. Le ciel qui s’assombrit. Les réverbères qui crépitent. Les jupes qui frisent sous le vent, les cravates qui se dénouent. Les milliers de fils électriques qui parcourent les rues. Les maisons qui s’éveillent. Certains détails semblent même s’acoquiner avec la musique perlant dans mes oreilles. On frise l’irréel. Je contemple, j’écoute ce Rone, et je n’ai rien fais d’autre pendant une heure. La conscience hors du monde. Ca faisait longtemps. Vraiment longtemps.

























10 Titres – Infiné
Dat’











  • Share/Bookmark
  1. K, visiteur Says:

    wow the morceau clipé est magnifique! merci (encore) pour la decouverte… je vais de ce pas essayer de me procurer l album
    sinon tu te plais alors ici? a part hier il fait un super temps ca fait plaisir ca donne le sourire. hanami est fini mais l ete approche! yeah

  2. Game_and_Wiitch Says:

    Le clip est très bon en effet.

  3. funky5, visiteur Says:

    très belle musique,fait avec amour, ces sons superbes(même si au fond j’aurais aimé qu’il soi un peu plus couillu agressif par moment)

    il va falloir prévoir un budget cette année avec les sorties prévues plaid qui ce fait attendre tout bientot venetain filth,the black dog connaissais pas convextion further,nathan fake hard islands et même un aphex pour jsais pas quand
    ça me fait saliver d’avance(j’espère que t’en chroniqueras quelques un)

  4. Mikelevoisin Says:

    Hello

    Toujours un grand merci pour les chroniques, c’est de bons achats à chaque fois. Et j’ai bien adhéré à ce disque de Rone :)
    Pour info, il est dispo sur Itunes à juste moins de 6 euros avec un 11e titre qui est une version rallongée de de Spanish breakfast (8:31)

  5. Dat' Says:

    Funky5 ==> Si je ne parle pas du Plaid à sa sortie, c’est que je suis mort entre temps. Ou sourd. Dans les deux cas, ce serait assez embetant pour moi. C’est sûrement le disque que j’attends le plus cette année (et aussi l’année derniere, et meme l’anée d’avant), et cela depuis un bail ! Tellement que j’ai un peu peur d’etre deçu d’ailleurs. Pour le Aphex Twin, il parait que les rumeurs se confirment, j’aimerai bien avoir une vraie date, ce serait énorme aussi un nouveau Aphex. u_u L’année de folie. Nathan Fake je n’étais pas au courant, bonne nouvelle ça !

    K ==> Ouaip l’album est excellent. Tu devrais pas trop avoir de mal à le trouver en magasin d’ailleurs. Sinon oui, tout se passe bien nickel !

    Mikelevoisin ==> OH, une version de S.Breakfast de 8minutes !?! il faut que j’ecoute ça, merci pour l’info !

    Game&witch ==> Yep d’ailleurs, histoire de le crediter, le real/dessinateur, c’est Vladimir Manouvia-Kouka…

  6. Nelerum, visiteur Says:

    Plaid quezako ?

  7. janvier18 Says:

    j’hésitais… maintenant grâce à toi j’hésite plus lol 😀

  8. El_pingouino Says:

    Je suis mitigé sur ce disque.

    Beaucoup de morceaux assez quelconques.
    Répétitifs, qui ont du mal à décoller, patine dans
    la semoule.

    Et finalement assez froid. Tasty City par exemple est un bon morçeau mais j’ai le sentiment d’avoir déjà entendue
    cela chez un artiste comme Nathan Fake.

    L’effet de surprise n’est pas là.

    2 morçeaux que je retient qui se dégage nettement
    du lot: Spanish breakfast et Bora.

    Spanish breakfast est inventif, bien écrit, on se laisse transporter, c’est très sympa.

    Bora, beau et remplis d’espoir, les paroles en fonds n’y sont pas pour rien et le fond musicale accompagne bien et même sublime l’impression.
    C’est du plus belle effet pour moi.

    Si je devais retenir un 3ème morceau se serait la dame blanche, efficace, assez pêchu et hypnotique. Je le trouve
    un peu long à démarrer et je dirais qu’on à vue plus
    originale.

  9. funky5, visiteur Says:

    El_pingouino “on a vu plus originale”
    tu connais des albums dans ce style des exemples s.t.p

  10. El_pingouino Says:

    salut funky5, c’est “la dame blanche” que je trouve peu originale. Autrement le disque possède 2 énormes morceaux
    très originaux, reste que le reste m’a pas convaincu plus que ça.
    Des noms comme ça, ça ne me vient pas, certaines fois j’ai pensé à Nathan Fake et son “Drowning in a sea of love.

    Difficile de rapprocher des disques comme ça.

    Des disques comme celui de Trentemoller (The last resort) ou encore Isolée (We are monster) par exemple dans un genre un peu différent me semble plus consistants oui :-)

  11. Dat' Says:

    Nelerum ==> Hein ?

    El_pingouino ==> Pour le coup je suis vraiment pas de ton avis, même si je comprends tes griefs. Pour l’originalité, je ne vois pas trop ce que tu veux dire. On pense toujours à quelqu’un d’autre en écoutant un disque. Rone peut faire penser à Fake qui lui faisait penser à… qui faisait penser à…
    Des disques originaux, qui se démarquent totalement du reste en renouvelant quelque chose, il y en a pas des masses au final. Des disques de qualité par contre, oui, et pour moi, Isolée, N.Fake comme Rone en font parti. Je trouve Tasty City absolument énorme perso ^^ !

  12. El_pingouino Says:

    Ah mais au contraire c’est bien que tu sois pas de mon avis :p
    Heureux que tu prennes le temps de relever même 😉

    Oui c’est vraie que l’originalité “pur” n’existe presque pas. Pour le coup, mon raisonnement est un peu “bête”.

    La sauce à pas pris pour moi.

    Je veux dire que 2 super morçeaux sur 10 que j’apprécie beaucoup ne font pas un album inoubliable comme un Isolé ou autre par exemple.

    Je pense que tu n’aimes pas les notes, mais par exemple si je devais donner des notes Rone selon moi serait à 6 sur 10 et les autres 8/9 pour donner une idée ^^

    Attention je dis pas que la qualité est pas là pour Rone, mais pas pour 10 titres (pour exagérer, c’est rarement le cas). 4 ou 5 titre très bon voir exellent j’aurais bien plus apprécié et mis au niveau d’artistes comme Isolée ou Daft Punk ou Trendmoller ou encore N.Fake.

    Autre exemple les outro, intro, 2 morçeaux qui sentent l’inachevée, on sent le potentiel mais ça stop :-( Ils portent bien leur nom tu me diras) 2 quand même…

    Mais bon,mon avis parmis d’autre, le but n’étant pas de diminuer la portée de ton avis, que je respecte et je suis content que tu le donnes. A chaque fois que je passe ici (souvent) et que je peux découvrir un artiste grâce à toi, Merci pour ça :-)

  13. Dat' Says:

    Ahah oui justement, c’est toujours intéressant de pouvoir confronter les avis, ces pages servent aussi à cela !

    Perso pour ce Rone, j’ai du mail à morceler l’album, tout se tient bien vraiment, je ne ressens pas un seul coup d’arret dans le disque, je le trouve superbe du debut à la fin. Sinon ouip, l’intro est vraiment belle, elle aurait méritée d’etre étirée.

    Effectivement, j’aime pas du tout donner des notes par contre 😀

  14. Kafka, visiteur Says:

    l’écoute Spanish Breakfast ce couple étonnamment bien avec la lecture des bouquins de Jeff Noon(Vurt en particulier),qui d’ailleurs s’immerge drôlement d’Alice au pays des merveilles sous acide.

  15. Charmain Says:

    From next monday i’m gonna lose weight. Summer is comming guys!
    Who starts with me? I found a good way on the web and want to give it
    a try, simply type in go0gle: fitMarikka advices

  16. agen dafabet resmi Says:

    Thіѕ info іѕ invaluable.
    When cann Ⅰ find out more?

    Jangan sungkan untuk mengunjungi halaman website
    Saya demi dapatkan Fata lewbih lengkap lagi tentang agen dafabet resmi .

    Terima Kasih

  17. bandar bola online Says:

    Ԝhat’s upp friends, itѕ fantastic paragraph about cultureand completely defined, κeep
    іt uup аll tthe time.

    Ayo baca-baca ⅾi web Ane demi dapatkan Dataa lebih lengkap tentang bandar bola online .
    Terimja Kasih

  18. vr porn movies Says:

    Virtual Reality Porn Will Be Shown All Around Us, Did You Know VR Porn Is Far Better?.
    Virtual Reality Porn Stars Go The Extra Mile
    and Anybody Who Is Ready, Believes VR Porn

  19. Pasquale Says:

    Gaming is like any other activity in life, too much hamburger
    or pizza can be harmful too. In order to attain best result, people are
    advised to intake catuaba bark tea two to three times a day.
    is a great combination of the original Director’s Edition of the
    same game, as well as the expansion pack of F.

  20. ghost caught on tape vine video Says:

    You could see the location exactly where the reside cat landed on the bed
    and the location where the ghost cat landed on the bed.

  21. edutravel.by Says:

    Thanhk you for thе auspicious writeup. Ιt іn truth ᴡaѕ ߋnce
    a leisure account іt. Glance advanced
    tߋ fɑr ɑdded agreeable
    from уоu! By thhe way, howw could
    ѡe қeep іn touch?

    Jangan lupa untuk Kunjungi site Sayaa untuk dapatkan Info
    Menarik mengenai edutravel.by .
    Thankks ya

  22. anti rayap jakarta Says:

    I relish, result іn I discvered еxactly
    ѡҺat I used tߋ bbe ɦaving
    a ⅼօօk fⲟr. Ⲩοu’νᥱ ᥱnded
    myy 4 daay ⅼong hunt! God Bless youu man.
    Have а nice Ԁay. Bye

    Ayyo baca-baca ddi situs Aku demi dapat
    Info lebih komplit mengenai anti rayap jakarta .
    Suwun

  23. How To Burn Fat Youtube Says:

    I think this іs one of the most vital info for me.

    And i am glad reading yߋuг article. Bսt want tο remaгk on some gᥱneгal things, The web ѕite
    style is wonderful, the aгtіcles is really great : D. Good job,
    cheeгs

    Here іs my homepage … How To Burn Fat Youtube

  24. หมา ตั้ง ท้อง ดู ยัง ไง Says:

    Everything is very open with a very clear explanation of the challenges.
    It was truly informative. Your site is very helpful.
    Thanks for sharing!

  25. เบอร์ - รับ - โชค Says:

    It’s actually a cool and useful piece of information. I am glad that you shared this helpful information with
    us. Please keep us up to date like this. Thank you for sharing.

  26. bangkok taxi for 1 day Says:

    Howdy! I’m at work browsing your blog from my new apple
    iphone! Just wanted to say I love reading through your blog and look forward to all your posts!
    Carry on the fantastic work!

  27. จักรยานยนต์ honda pcx 150 Says:

    I am genuinely delighted to read this blog posts which contains plenty of valuable information, thanks
    for providing these kinds of information.

  28. EricHWohld Says:

    I needed to thank you for this excellent read!! I absolutely enjoyed every little bit of it.
    I have got you saved being a favorite to check out new stuff you
    post

    Here is my weblog :: EricHWohld

  29. เรื่อง ไม้ ดอก หอม ของ ไทย Says:

    I quite like reading through a post that will
    make people think. Also, thanks for allowing for me to comment!

  30. RogelioKBobb Says:

    Im not too a great deal of online reader in all honesty yet
    your sites really nice, make it up! I’ll go on and bookmark your
    site to come back in the future. Many thanks

    Also visit my weblog; RogelioKBobb

  31. NinfaJSowell Says:

    Hey I am so delighted I found your webpage, I really found you by mistake, while I
    was browsing on Digg for something else, Nonetheless I am here now and would just like to say thank you for a remarkable post and a all round thrilling blog (I
    also love the theme/design), I dont have time to go through it all at the minute but I have book-marked
    it and also included your RSS feeds, so when I have time
    I will be back to read a lot more, Please do keep up the great b.

    Here is my web blog :: NinfaJSowell

  32. NigelUBasbas Says:

    Im not too much of a internet reader in all honesty however, your sites very
    nice, ensure that is stays up! I’ll just bookmark your site to
    come back down the road. Cheers

    My homepage; NigelUBasbas

  33. qiZW2qUHd7jS0 Says:

    582565 417070I enjoyed reading your pleasant site. I see you offer priceless information. stumbled into this site by chance but Im positive glad I clicked on that link. You undoubtedly answered all of the questions Ive been dying to answer for some time now. Will undoubtedly come back for a lot more of this. 369718

Leave a Reply