Massive Attack – Heligoland



Things that I’ve heard will (maybe) chase me to the grave






A l’instar du dernier Portishead, j’ai attendu ce nouveau Massive Attack trop longtemps. 7 putain d’années, à s’enflammer à chaque annonce, suivre ce Weather Underground annulé 3 fois, constamment repoussé, prévu depuis 2007, avec des invités annoncés de partout (de Callier, à Patton, en passant par Fraser et Tunde Adebimpe, le seul qui aboutira finalement). Je les vois en concert en 2008, les nouveaux morceaux semblent assez énormes, mais sont quasi-entierement jetés à la poubelle par 3D et DaddyG quand ils se rendent compte que les inédits se retrouvent deja sur youtube.

Il y a les rumeurs par centaines sur le nouveau disque aussi. 100thWindow s’etant pris une volée de bois vert à sa sortie, ultra critiqué et molesté par les fans, on annonce un son plus chaud, plus rond, moins neurasthénique. Perso, j’avais adoré ce dernier, mais refaire la même chose aurait pu être dommageable, donc bonne nouvelle. De toute façon, Massive Attack a toujours changé sa musique d’un album à l’autre, défrichant un nouveau terrain pour le groupe.














L’artwork fait quand même drôlement peur. Heuresement, on peut choisir 4 couleurs de disque, histoire de limiter au plus les dégâts sur la cornée, mais quand même, l’agression visuelle est de mise. Surtout quand on voit les très beaux artworks qui se faufileront sur la version deluxe de l’album, on peut clairement se persuader que 3D a du bien ruiner le mini-bar avant de faire son choix. Reste que l’on trouvera les lyrics dans le livret, excepté pour les morceaux Rush Minute et Atlas Air, qui ont été oubliés, dixit le booklet lui même. (Je crois que les morceaux de 3d n’ont jamais leur lyrics, à confirmer…)






Alors évidemment, HeligoLand, c’etait d’abord l’Ep Splitting The Atom, excellente mise en bouche, premier marche pied assez exceptionnel, annonçant en quelques titres un album qui sentait la grosse claque. Commençons par ses derniers, puisque le majestueux Pray For Rain ouvre le disque. Morceau dingue, il m’avait tué sur place à la première écoute, il y a bien 5/6 mois. Percussions tribales rampantes, piano lugubre, et surtout cette voix de folie, ce filet fragilo-melancolique de Tunde Adebimpe, le chanteur de Tv On The Radio, dont je suis l’une des groupies officielles. Le titre se déroule sur presque 7 minutes, passent par trois phases, dont une complètement renversante à partir de la 3 minutes, progression lumineuse, montée quasi orgasmique, soutenue par des synthés electro et guitares shoegaze à crever, un truc qui t’etouffe et te fracasse la gorge. Surprise, on attend que le tout te pete à la gueule, mais ça débouche sur une steppe pop aérienne un peu bizarre, avant de revenir au galop vers le coté tribalo-mortuaire du départ. C’est superbe, c’est un diamant noir de folie…

…Avec son pote Splitting the Atom, cristallisant tous les espoirs de revoir un Massive Attack plus laidback, plus hiphop, plus lazy. Parfait morceau je-m’en-foutiste, ce Splitting the Atom hypnotise illico grâce à son beat rond et sédatif. Regroupant la formation actuelle de M.A autour du micro (3D, DaddyG et Horace Andy, toujours considéré comme un semi membre à part entière), on se délecte forcement de la voix grave et pesante de DaddyG, qui surclasse tout le monde. Profitons-en, car c’est le seul moment où l’on entendra le bonhomme sur le disque, bien dommage (je m’attendais à l’entendr eun peu plus, comme sur Mezzanine). Horace Andy habite parfaitement le refrain, et 3D balance son petit verset dépressif pour conclure le morceau d’une façon encore plus détachée. On imagine parfaitement les 3 mecs affalés sur un sofa, à siroter une bière et fumer leurs clopes, chantant les versets de la chanson à moitié défonçés/endormis, en regardant ce qui se passe dans la rue d’un oeil morne. Ce morceau est une réussite totale.

Dans l’Ep Splitting The Atom, il y avait aussi deux versions alternatives de morceaux qui se retrouveraient dans l’album. Psyche était superbe, sorte de Dub glacé sublimé par la voix de Martina Topley Bird. Arg, qu’ont-ils fait de cette version ?!? le Psyche (Album version) troque son instrue en diamant contre une espèce de boucle de guitare épileptique et rachitique, qui tourne en rond à n’en plus finir. Je suis tout colère. Attention, le titre reste très bon, c’est d’ailleurs le morceau que j’ai le plus écouté pour le moment sur l’album, tant il est entêtant, et le chant bien placé. Mais merde, quand même, la version de l’Ep était grandiose, comparée à cette comptine expérimentale conduite par un guitariste semblant souffrir d’hyperactivité, laissant peu de place à la voix de l’ancienne muse de Tricky.
Tout le contraire de Bulletproof Love, qui est renommé Flat Of The Blade sur l’album, qui ne m’avait vraiment pas captivé sur l’Ep. Et là pan, Massive attack te balance le morceau craqué de l’album, l’instrue post-nuke, reminescences Autechre-iennes en train de crever. Tu voulais du moite sur la nouvelle galette des anglais ? tu aurais de l’expérimental décharné, cancéreux, gisant dans sa propre bile…
Ce morceau est vraiment beau, bien que difficile à ingérer à la première écoute. Le rythme n’en est presque pas un, simple crissement irrégulier et métallique, sursautant au grès des élucubrations de Guy Garvey, et parasité par un gros bleep drogué. Les robots ne se soulèvent même plus, la révolte est terminée, tout le monde se nécrose dans un grincement de limailles d’après combat. Pourtant, le morceau va allumer le Luminou grâce à un synthé au moins aussi clamsé que ses potes du dessus. Sauf qu’il est d’une beauté incroyable, que la voix de Garvey s’élève, semble porter le morceau vers le soleil, aidé par des cuivres étouffants… avant de retomber tranquillement vers les craquements neurasthéniques du départ. Grosse hallucination torturée de la part du groupe, mais belle aventure au final.

En parlant de cuivres qui t’écraseront la gorge, Girl I Love You remplit parfaitement son office. Longue montée crasseuse et sombre, habitée par un Horace Andy toujours aussi énorme (j’adore la voix de ce chanteur), le morceau n’est pas sans rappeler certains exercices de Mezzanine, avec sa bassline caverneuse, ses “fausses fausses notes”, cette progression mi-mélancolique mi-dépravée. Horace Andy devient dingue petit à petit, le morceau aussi, invitant des cuivres rageurs qui se greffent graduellement au tout, avant de suicider tes tympans sur la conclusion. Petit malaise à la fin de la première écoute, pour au final se convaincre de la grandeur du morceau.
Tiens sinon, il y a Babel, et sa drum’n bass en fin de vie, permettant à Martina T.Bird de chanter sans se faire bouffer par les machines, tout en profitant d’une ligne de basse bien foutue. Encore une fois, le morceau est tout cassé, super désabusé, surtout quand le tout semble s’arrêter, pour finalement partir dans une attaque électronique clinique, froide, saturée, mais vraiment bien foutue.








Heureusement, il n’y a pas que des morceaux cliniques et dépressifs sur Heligoland (oh mais attendez… ce n’était pas le contraire qui était prévu à la base ?) La demoiselle Hope Sandoval pose lascivement sur Paradise Circus premier single de HeligoLand, avec un clip spermatique qui avait fait pas mal de malheureux employés, se croyant à l’abris des regards d’un boss pernicieux. Bon je ne vais pas tourner en rond : Paradise Circus est pour moi l’un des plus beaux morceaux pondus par Massive Attack. Carrement. Et ceci n’a aucun rapport avec la vidéo. Non, vraiment, un chef d’oeuvre, morceau de trip-hop sensuel parfait, avec les meilleurs handclaps entendus depuis des années, une mélodie divine, et une voix… cette voix… et surtout cette montée de violon bordel. Superbement dosée, cette montée finale donne tout son sens à un morceau tout en retenu, presque timide, mais juste sublime. LE morceau que je voulais entendre de la part de Massive Attack. Certains trouveront le tout gnangnan, trop lisse ou autre, mais ils n’ont pas de coeur, ils sont tous méchants. Au départ, j’étais un peu déçu que Live With Me avec Terry Callier ne soit pas sur l’album, mais au final pas grave, on a son alter-égo féminin, avec Paradise Circus, qui frôle la perfection auditive. (Bon, ce n’est pas encore au niveau de Group Four, le meilleur morceau du groupe tous disques confondus pour moi, mais quand même). Sinon le remix de ce morceau par Gui Boratto est sublime aussi.

Un album de Massive Attack ne serait pas complet sans les complaintes narcoleptiques de 3D. Au menu, un très bon Rush Minute, rock glacial, décharné, qui s’enrichit tranquillement, pour finir sur une très belle levée de guitares, de lamentations et de sons passés dans tous les sens.
Mais c’est l’épique Atlas Air qui retiendra toutes les attentions, en culminant du haut de ses 8 minutes. Débutant sur un synthé tout cheap, le morceau va vite se faire ronger par une bassline imparable, un chant toujours aussi morne mais hypnotique, et un rythme qui va peu à peu se greffer dans notre cortex. Les effets pleuvent de partout, ça monte à n’en plus finir, en se permettant même de lâcher une espèce de ligne electro-acid bizarre. Le morceau va passer par un interlude presque ambiant, avant de se déchainer dans une tornades electro bien méchante. On n’atteint pas les épiques sommets de Antistar qui concluait le précédant album, mais ça reste de haute volée.

Pour la piste Japonaise bonus, on nous accorde un inédit, Fatalism, remodelé par Ryuichi Sakamoto (rien que ça) & Y.Takahashi. Guy Garvey revient pousser la chansonnette, mais se retrouve haché menu, dans une electronica IDM bien expérimentale, avec au milieu des ruines, le Piano de Sakamoto qui se promène. A chaque fois que la voix tente une amorce, des beats acérées déboulent, et Garvey voit se prend constamment du verre pilé rythmique en pleine gueule. Pourtant, au milieu de cette fresque opaque, la voix va finalement percer, chanter un refrain vraiment beau, avant de se retrouver de nouveau avalé par les glitchs sautillants.

Au final, sur Heligoland, seul Saturday Comes Slow fait un peu la tronche. Attention, c’est un bon morceau, plutôt beau et bien foutu, avec Damon Albarn au micro (qui a bossé sur d’autres titres du disque d’ailleurs) qui chante parfaitement cette pop tristounette (à la montée réussite). Mais je ne sais pas, je trouve qu’elle ne cadre pas des masses avec l’album, que le morceau fait vraiment “hey les mecs, on a Damon Albarn sur notre album, on va lui concocter un morceau à la Damon Albarn”. Dommage, une ambiance beaucoup plus Massive Attack aurait été intéressante.











Bon, au vu du texte, cet album sent le carton plein, la bonne réussite, le retour que l’on attendait. Pour sur, je ne suis pas déçu. Reste que cet album soulève quelques interrogations. Deja les annonces précédant l’album : 100thWindow s’est tellement fait ramoné par les critiques et les auditeurs, que le groupe anticipe le tout en annonçant un “retour au sources”, avec un son clairement chaud, rond, chaleureux, avec une électronique au second plan, bref, à mille lieux de la galette précédente. On croirait presque à l’opération de sauvetage d’un label qui flippe de se retaper les réactions post-100thWindow, et qui balance à tout va des “WHOUHOU LE NOUVEAU MASSIVE ATTACK VA ETRE SUPER CHALEUREUX, C’EST DEJA L’ETE DANS TA TETE, TROP LA FETE SOUND SOUNDSYSTEM A BRISTOL COMME AU BON VIEUX TEMPS ne pas avoir peur, achetez le disque s’il vous plait, 3d a déconné ya 7 ans, ne vous inquiétez plus” histoire de rassurer un peu tout le monde.


En écoutant le disque, puis en lisant pas mal de chroniques officielles, je me demande pas si la majorité des medias ont pas un peu trop cajolé le communiqué de presse, comme bien souvent. On lit donc partout, et avec les même tournures de phrases (ahem…) que le groupe revient a un son moite, vibrant, presque convivial, à l’opposé de 100thwindow…… Le retour aux sources on vous dit !
Perso, quand j’écoute ce disque, j’ai dans les oreilles un truc malade, électronique, expérimental, froid, et surtout bien dépressif. Alors oui, comme le disent si bien les chroniques, Paradise Circus, Splitting The Atom et Saturday Come Slow font revenir Massive Attack à un son plus rond, plus chaleureux, plus trip-hop. (et encore, pour Saturday, c’est pas vraiment Ibiza hein.) Oui aussi, le son est clairement plus dépouillé et direct que les cathédrales de la précédant galette. On identifie enfin les différents éléments qui composent le morceau.


Mais à part ça, entre la drum nécrosée de Babel, la boucle épileptique et squelettique de Psyche, la drill décharnée de Flat Of The Blade, l’electronica ultra hermétique de Fatalism, le désert glacé de Pray For Rain, la complainte neurasthénique de Atlas Air… j’ai devant moi un album quasiment aussi froid, électroniques et désabusé que 100thwindow…… Ce qui détache Heligoland de son précédant, c’est des compositions plus abruptes, plus live, plus dépouillées. Et surtout une variété bien plus grande d’un morceau à l’autre, 100thWindow étant forcement assez linaire, grand bloc glacé qu’il était.
Mais attention, pour moi, c’est loin d’être une critique, et au final, je suis plutôt content que Massive Attack ne se transforme pas en fête foraine comme le laissait suggérer les premiers échos. J’aime ce son froid, désabusé, lancinant, électronique, tout comme j’aimais le Massive Attack rond et Triphop d’antan. Reste que beaucoup ne trouveront toujours pas leur compte dans Heligoland, qui est très loin d’etre le contre-pied annonçé de 100thwindow…… Au mieux, une simple continuité, plus ouverte, moins repliée sur elle même. Plus accessible peut être, bien que toujours aussi au bout du rouleau.


Si HeligoLand n’est pas pour moi une révolution, ni un album ultime, il est très bon, et comble plutôt bien mes attentes. Certes un peu inégal, certes pas vraiment incontournable, mais de qualité. Au final le disque souffre de trois défauts, pas forcément en lien direct avec la musique :


– Le disque peut se prevaloir un peu du syndrome Best-of, avec certains titres renvoyant à différentes périodes du groupe (le traumatisant Girl I Love You ou Rush Minute qui lorgnent vers Mezzanine, Atlas Air et Flat Of The Blade vers 100thWindow, Splitting the Atom et Paradise Circus vers les premières galettes du groupe). Pas foncièrement gênant, mais cette variété sonore prive Heligoland de la force qu’avaient ces prédécesseurs, véritables machines de guerres monolithiques.

– Heligoland donne clairement l’impression que le groupe a tiré ses meilleures cartouches en premier (Splitting the Atom, Paradise Circus et Pray For Rain étant pour moi clairement au dessus du reste, et se mettent au niveau de ce que le groupe a pu créer de mieux) ce qui fait que la première écoute du disque désoriente quelque peu, quand on se retrouve dans se marasme glacial et désabusé, et que l’on ne retrouve pas les hauteurs promises par les premiers extraits.

Massive Attack prend le risque indeniable que l’album soit éclipsé violemment lors de la sortie prochaine du Heligoland entièrement remixé par Burial, comme prévu depuis quelques mois.




Reste un album qui contient son petit lot de morceaux dantesques (les trois précités juste au dessus et Girl I Love You). Contrairement à Blue Lines, Mezzanine (l’album ultime) et 100thWindow, Heligoland brille par ses individualités, et moins sur son ensemble. Personnellement, cela me suffit amplement…













Massive Attack – Splitting The Atom











Massive Attack – Paradise Circus











Massive Attack – Flate Of the Blade












11 Titres – Virgin
Dat’









  • Share/Bookmark
  1. HOD Says:

    “Le disque peut se prevaloir un peu du syndrome Best-of”

    En effet, je crois que c’est ce qui me dérange le plus avec cet album, on peut y entendre des réminiscences de l’ensemble de la discographie du groupe, alors que justement avant cela il y avait quatre disques très différents mais très homogènes dans leur conception. Heligoland a du caractère, mais ne distille pas la même ambiance tout au long de l’écoute, contrairement à ses vénérables ancêtres (j’ai Mezzanine et Protection en tête), c’est certainement son principal défaut.
    Pour moi c’est un très bon album, mais c’est aussi l’occasion de constater que les anglais et leur style assez foutraque s’accommodent mal d’un medley musical comme celui-ci.

  2. WeirdLittleMan Says:

    Bon pour moi, c’est une déception ! Par contre, c’est clair que le remix de Boratto est terrible ! Et je pense que Burial ferait mieux de bosser sur un nouvel album !^^

  3. Swoosh Says:

    Pour ma part je suis assez d’accord avec toi, peut-être en ayant moins attendu cet album. J’avais bien aimé 100th Window, et en l’écoutant à nouveau je trouve qu’il est totalement dans la continuité du groupe, tout comme cet Heligoland. Mais mon opinion est peut-être un peu biaisé du fait que je n’ai que très peu écouté Protection, et moyennement aimé Blue Lines, j’ai commencé avec Mezzanine et c’est assez difficile d’aller vers leurs premiers morceaux je trouve (mais ça fait longtemps que je n’ai pas essayé, ça a peut-être changé).
    La grosse différence à mes oreilles est que 100th Window crée une sorte de cocon musical ouaté qui enveloppe totalement lorsqu’on l’écoute, certainement à cause d’une basse en sourdine mais très présente. Alors que Heligoland est plus ouvert je trouve.

    Et je suis tout à fait d’accord pour dire que Paradise Circus est LE morceau de l’album, il est complètement envoutant, et quelle voix !

  4. janvier18 Says:

    Ben écoute super chronique, j’aurai pas dis mieux :)
    Perso, c’est “splitting the atom”, qui est pour moi le sommet du disque :).
    Par contre je dois être un sans coeur et un méchant (ha ha ha), car je n’aime que moyennement “paradise circus”, que je trouve pour le coup, justement, totalement dans la redite et l’aspect “best of trip hop” (voix, basse, cordes, etc…), et ce même si ça reste tout de même un bon morceau, je le reconnais.
    Concernant l’album , pour moi il manque de “tenue” je dirai, de fil rouge en effet, mais il reste bon, malgré quelques pistes dispensable (mais comme tout MA pour moi 😉 ) et perso, comme je n’en attendais rien, j’ai été plutôt agréablement surpris : MA se fait en effet plus accessible, plus ouvert, mais sans devenir inintéressant, même si les prises de risque sont minimes.
    Un bon album au final, pas un indispensable, mais j’ai bien aimé, et le pakaging est juste sublissime :)

  5. Dat' Says:

    HOD ==> Homogène… C’est le mot que j’ai cherché dans ma tête pendant toute l’écriture de ce truc, sans jamais pouvoir le pointer. Voila. Ce que HeligoLand n’est pas vraiment.

    WeirdLman ==> Je m’insurge ! Non mine de rien, je suis drôlement curieux de ce que pourrait faire Burial avec ce disque. Ses remix de morceaux avec vois ont toujours été des merveilles (Where is Home et Wayfering Stranger en tête), je suis sur que l’album de remix pourrait être vraiment vraiment bon…
    Enfin c’est sur, un nouvel album de Burial ne serait pas de refus.

    Swoosh ==> mmm on va dire que pour moi, Protection a un probleme, c’est qu’il est moins en “bloc” que les autres, moins homogene (ahah). Je trouve qu’il a des hauts et des bas, là où les autres gardent toujours, ou presque, une constance. Blue Lines/Mezzanine/100thwindow déboulent tous d’un coup et te laisse pour mort l’heure d’apres…
    Effectivement, 100thwindow (mais aussi Mezza) forme un vrai “cocon”… C’est aussi ce qui est bizarre avec HeligoLand, qi glisse tranquillou sans réellement encercler, étouffer.

    Janvier18 ==> Tu es un méchant ! Mais bon je suis aussi ok avec toi pour Splitting. Sinon yep, je suis tout a fait d’accord avec toi et ton commentaire… Effectivement, bon album, pas indispensable, par contre je suis sur d’écouter certains titres de ce disque pendant pas mal de temps !

  6. janvier18 Says:

    nooon je suis pas méchaaaant !!! ^^
    d’accord avec toi sinon, quand j’ai découvert “splitting the atom”, il a tourné pendant 2 jours en boucle chez moi 😀

  7. Miaw, visiteur Says:

    héla, ça faisait presque longtemps !

    personellement, j’aime cet album.
    En fait, j’avais un peu laché M-A depuis un moment, même si j’avais toujours en tête Mezzanine, mais j’avais suivi d’assez loin 100thwindow.
    ça m’avait fait ça pour bjork, avec Medulla, la grosse surprise (alors qu’avant bjork bof), et j’ai fait marche arrière pour re-découvrir ses autres oeuvres.

    Bis ici, Heligoland m’a lancé à la figure tous les autres albums paf fous toi la tête dedans arrête de respirer pendant 2 jours que tu prennes ton pied à fond l’eau dans les poumons c’est ce qu’il y a de mieux.
    Mais je lui trouve une finesse, un côté bancal hyper attirant qui lui donne de la narration, de la vie. Comme si un album se devait d’être d’un bloc, homogène et fermé sur lui-même (ce que je ne critique pas, mais on pourrait croire que c’est presque une norme imposée)

    Splitting the Atom me fait dresser les poils sur les bras, Paradise circus aussi, mais dans l’autre sens…

    Enfin, ça ne sert à rien que je m’étale trop sur la description, tu le dis mieux que moi, sensiblement et auditivement parlant (copieur !)

    Par contre, une petite remarque qui me semblait un chouille pertinente.
    Finalement, sans le nom en tête de Massive Attack, sans faire trop attention aux voix (et encore), justement de par ce côté “déconstruit” de l’album, les propositions variées, mais aussi l’électro décousue des morceaux, le placement des voix, le côté chelou bancal arrache tripe parfois mou et doux comme de la liqueur de citron, et ben j’avais vraiment l’impression d’écouter… un album de Leila.

    Qu’en pensez vous docteur ? c’est grave ?

  8. Aeneman Says:

    Bon.

    J’ai fini par l’acheter même si j’étais pas convaincu. Et un bon signe c’est que plus le disque tourne, et plus il me donne envie de l’écouter encore et encore.

    Te dire quels morceaux ressortent du lot…difficile ils ont tous un petit qqch.

    La perle des perles est sans doute Paradise Circus. Affolant. Comme toi, je pense que c’est un de leurs meilleurs morceaux jamais écrits.

    Pray for Rain est superbe et bien sombre.
    Splitting the Atom, profond et un peu…dubstep je sais pas dans la forme.
    Flat of the Blade me fait penser non pas à Autechre mais à Radiohead période Kid A je dirais.

    Rush Minute et son urgence justement, est également très beau et motivant.

    En fait, par rapport à 100th Window, je trouve pas du tout qu’il est devenu moins froid, ce serait même tout le contraire…il l’est à mon sens devenu encore plus.
    Des morceaux comme Flat of the Blade sont là pour l’attester. Il est simplement devenu plus résigné même si des bribes d’espoir humain subsistent ici et là (Paradise Circus). Mais Massive Attack me semble être devenu comme désespéré…

    Enfin, disons qu’en dehors de la cohérence globale du disque où je sais pas très bien où ils veulent aller, je suis plutôt impressionné.

    Certes pas autant que par le retour de Portishead mais malgré tout, c’est vraiment un disque très très classe.

    J’aime énormément. Et suis content de pas être passé à côté finalement…merci pour ta chronique elle m’a redonné envie d’y jeter une oreille, même si je l’aurais de toute façon fait. ;p

    A plus l’ami!

    Amicalement,

    Aenem’

  9. Dat' Says:

    Miaw ==> Tiens oui, c’est pas bête du tout le coup de Leila… ! je n’y avais pas pensé, mais maintenant que tu en parles, c’est une bonne comparaison oui… !

    Aeneman ==> Yep, on est assez d’accord yep… Toujours aussi froid ce Massive, ou presque… Il y a vraisemblablement un Ep de prevu vers Mai/Juin, avec des morceaux non inclus dans HeligoLand, j’ai hate d’ecouter ce que ça donne. (J’imagine qu’il y aura la version originale de Fatalism dessus…)

  10. Empregos Em Casa Says:

    Hi! Eu estive leitura o seu blog para muito tempo agora e
    finalmente a bravura para ir em frente e dar-lhe
    um grito de Porter Tx! Só queria dizer-lhe
    dizem manter a fantástica trabalho!

  11. podcast emagrecimento Says:

    Opa! Você sabe se eles fazem algum plugins para assistir com Search
    Engine Optimization ? Eu estou tentando obter o meu blog para classificar para algumas palavras-chave específicas, mas eu não estou vendo muito bom ganhos.
    Se você souber de qualquer favor partilhe.
    Graças!

  12. rooferstokeontrent59.bravesites.com Says:

    I thhink everything said was very reasonable.
    But, consider this, suppose you arded a little content? I am not saying
    your information is not good, but what if you adde something that makes people wsnt more?
    I mean Massive Attack – Heligoland Bloog Archive
    Les Chroniques Automatiques is a little boring. You ought to look at
    Yahoo’s front page and watch how they write news headlines to grabb viewers to open the links.
    You might try adding a video or a related picture
    or two to get readers interested about everything’ve written. Just my opinion, it
    could make your website a little bit more interesting.

    Also visit my web blog … rooferstokeontrent59.bravesites.com

  13. rendas extras Says:

    Bonita agradável post. I simplesmente tropeçou em seu weblog e queria dizer
    Tenho verdadeiramente apreciado navegação weblog mensagens.
    Em qualquer caso Vou para o seu rss feed e Espero você escreve novamente muito em
    breve!

  14. ilustrações para sermão sobre fé Says:

    Yesterday, while I was at work, my cousin stole my
    iPad and tested to see if it can survive a forty foot drop, just so she can be a youtube sensation. My iPad is
    now destroyed and she has 83 views. I know this
    is completely off topic but I had to share it with someone!

Leave a Reply