Programme – Agent Réel



La situation d’urgence est devenue la situation tout court






Bon, on ne va pas se mentir, l’écoute du précédant album de Programme, parfaitement intitulé l’Enfer Tiède, fut un traumatisme. Difficile de prendre avec le sourire ce flot de griefs incessants, cette description clinique et violente de l’humanité, ses travers, ses vices. Nous expliquer que tout est défaite, avortement, fuite. Critique sèche en sourdine, réel dégout en pleine gueule. De part ses textes splendides, Michniak chiait sur le monde, spectateur résigné en symbiose totale avec la musique de Damien Bétous, stridences expérimentales et autres réminiscences acousmatico-industrielles. Hiphop, electro, rock, expérimental, on ne sait pas trop. Un peu de tout ça en fait.

Alors évidemment, pour beaucoup, Programme, c’est le rejeton salace de la formation française Diabologum, qui s’est séparé après l’indispensable/culte album #3. Du rock noisy, Michniak est passé à la peinture sociale ultra sombre et dépressive. La musique de caniveau, sang sur le bitume, accords bruitistes, textes parlés/marmonnés, sans venin. Juste dégoulinant de sa bouche comme du vomi de toxico en train de crever dans une impasse. Alors forcement, après avoir atteint le paroxysme, l’équilibre parfait sur l’enfer tiède, le groupe à du se demander ou aller. Voir même pourquoi continuer. Tu viens de découper un cadavre, tu ne vas pas en chercher un autre le sourire au lèvre, sauf si t’es un gros taré.
Chez Programme, on n’est pas fou, on dissèque les gens simplement parce que l’on a marre de descendre les poubelles et se mêler aux ordures. Alors après un Ep de commande bien foutu, et vraiment expérimental (Bogue), le groupe se sépare un peu, histoire de reprendre du souffle, de remonter à la surface.

Michniak revient à quelque chose de plus rock et direct (enfin toute proportion gardée) avec son Poing Perdu, Betous se demande de quelle manière il pourra écraser les neurones sur la prochaine galette. 6 ans donc, et Programme revient, tout le monde est drôlement content, on va pouvoir enfin redire que la vie c’est tout pourri en aillant l’air cool. Ou tout du moins halluciner sur des fresques musicales écrasantes, chevauchant devant des textes de folie.














Une chose qui n’a pas changé, le soin apporté au packaging. Même si un peu moins avenant que celui de l’Enfer Tiède, (car tout en noir et blanc) ce Agent Réel rempli son contrat avec un livret comprenant les textes du disque en intégralité, et toujours imprimés dans tous les sens, à l’envers et en diagonale. Et si les lyrics étaient important sur les Programme de la veille, tant les paroles méritaient une vraie lecture, ce nouveau recueil est peut être encore plus important, vu le concept du disque :

Oubliez le Programme qui dissèque le quotidien au scalpel. Oubliez le Programme lucide et détaché, donnant un coté implacable, ultra réfléchi et résigné aux textes. Sur Agent Reel, c’est l’histoire d’un type qui pête les plombs. C’est l’égo-trip d’un Schizophrène. On ne saura pas vraiment si c’est Michniak qui parle, ou ce fameux “Agent Reel”. Tout ce que l’on sait, c’est que les paroles ne seront pas, cette fois, débitées avec froideur et recul. Non, ici, on va nous cracher des bouts de phrases, des accusations (au premier abord) sans queue ni tête, on a l’impression que le mec est en plein burn-out. Il a trop pris sur lui, il explose. C’est un autiste qui se révolte, c’est un hikikomori qui sort enfin de chez lui et qui ne peut s’empêcher de flipper, de vomir. Bon déjà, 80% des fans de Programme font la gueule. Mais attendez, en plus Michniak, ces phrases, il ne les parle plus en mode dépressif-roulé-en-boule-sous-son-lit. Il les rappe ! il les scande ! Il a l’air vénère, moins détaché ! il invective ! Et hop on monte à 90%. C’est pas fini, j’en ai encore une en stock. On écoute le premier gros morceau du disque, Agent Reel justement, et on se rend compte que la musique a changé aussi. Betous semble avoir arreté de faire des instrues genre réacteur d’avion en train de mourir (comme sur le splendide Il y a) qui font piouuuuuuuuu scriiiittchfzzzzz prrrrrrrrrrrrrr. Non, là c’est un espèce de rock mutant, tordu, électronique, qui te casse la gueule, les hanches, la colonne. Un truc presque tubesque. Pan, sanction, la barre est à 95% de déçus. Programme, c’est fini, c’est mort, je suis triste.
Hey mais attendez. Un instant. Elle défonce cette instrue. Les guitares, les beats, la bassline ahurissante en fond sonore. C’est crade, ça tabasse. C’est jouissif. Et Michniak qui fulmine par dessus, la symbiose est parfaite. Les phrases, elles se terminent à chaque fois en leur milieu, ça donne une structure bizarre, éclatée. Mais bordel, ça tabasse. Le mec, il te donne envie de lever les bras, de gueuler Agent Reel, et de filer un coup de pied dans ta porte pour taper tout le monde. Le dernier album de Programme, c’etait il y a 8 ans. Ce nouveau Porgramme, semble prendre la facette plus rock du solo Michniak, avec une musique plus electro-experimentale.

En plus il l’assume le bonhomme. Si on est pas content, il s’en bat un peu les couilles. “Si tu cherches l’explicite / Ou des trucs esthétiques / Si c’est juste pour ça / J’dis compte pas sur moi / Compte pas sur moi / Pas sur moi” “J’avoue j’dévie / Je rappe si tu veux / j’men tape / J’suis D, j’suis E, j’suis F”. l’Enfer Tiède de Programme, c’était explicite. Et esthétique. Bref, c’est fini, on n’en aura pas un deuxième. En même temps, il faut les comprendre les deux loustics, ils avaient attend la limite finale avec l’ancien album. Un truc parfait, presque indépassable dans son style. C’est un peu comme Dalek, ils savent bien qu’ils ne pourront jamais nous taper un deuxième Absence. Autant aller dans une autre direction.









Alors si au niveau des textes, c’est un virage à 180°, on pourrait presque dire la même chose de la musique. Mais là, aucun regret. Le travail de Betous est superbe. Quasi-parfait. Il arrive enfin à rendre Programme écoutable sans traumatier. Tout en gardant le projet ultra expérimental, et à mille-lieux des productions actuelles. Sincerement, les instrue défoncent. Litteralement. Ca pue le souffre, le bitume, le ciment. C’est cassé, c’est la mort, c’est des coups de coude dans la gueule. Fini les nappes dépressives, les divagations industrielles en slow-motion, laissons tomber les pianos traumatisant. (Vraiment, j’ai encore du mal à écouter Une vie sans me sentir mal)
Sur cet album, c’est du tube désincarné. Du punk concassé. De l’electro en pleine overdose. Ca tabasse, et c’est parfait, vu que Michniak nous engueule. C’est une épreuve de force, c’est la charge rock noisy énorme… qui aurait presque pu se faire une place sur #3. Si si. Guitares ultra crades, et beat de bucheron. Folie. Ya Quelqu’un ?, c’est un peu la même chose, mais découpé en morceau. La guitare fait des soubresauts incessants, comme un poisson en train de crever sur le sol de la cuisine. Le texte, on ne le pige pas trop, charge contre les medias complètement écartelée, morcelée. L’abrutissement télévisuel, ou l’abrutissement de la vue tout court. Difficile. Parce que les lyrics sont crachés de partout, ils t’arrivent dans la gueule, sans lien avec la phrase précédente. Mais ça tabasse. Encore.

Le plus étonnant, ce sera Ce n’est pas ça. A dire vrai, j’ai bien cru, à la première écoute, que le groupe tentait le morceau Techno. L’intro est folle, avec un Michniak craqué qui te balance des Ce n’est pas ça ! ce n’est pas ça qui se passe ! ce n’est pas ça ! sur un beat de folie. Tu as l’impression que ça va partir en drum’n bass, mais bon faut pas trop déconner non plus, alors on va se faire envahir par une nappe fantomatique ultra plombée, et un rythme qui reste bloqué sur sa cadence de la folle introduction. Là, le texte part en vrille, énumération d’images, d’idées, de photos. C’est ne pas savoir si c’est ça ou une action / C’est une explosion au ralenti / C’est du sang / C’est uen petite fille qui sourit / C’est une petit fille qui plante cent fois un stylo dans la tête du maitre / C’est ce que l’on ne montre pas.







Michniak, on le sent au bord de la folie, de la folie tout le long du disque, mais c’est sur le superbe Nettoyage Ethique qui lâche littéralement les freins. Les paroles sont jetées en l’air, les phrases ne se terminent pas, Michniak bégaient, bafouille, bouffe ses mots, repete dix fois des passages. Tu as l’impression qu’il devient fou, ça fait flipper, c’est hypnotique. Vous avez bien travaillé / Vous m’avez bien bourré le crâne / Vous etes des bons bourreurs / C’est de la bonne bourre comme il fallait / C’est bien ça qu’il fallait / Vous avez bien bien bien travaillé / et c’est normal d’etre bien bien récompensé / quand on a bien bien travaillé. Ok, on a envie de lui envoyer des pilules, mais ça reste fascinant.
Sur cet album, Michniak, en plus de vouloir, semble t’il, parler comme un damné, a peut etre adopté l’écriture automatique. Les mots semblent sortir en direct, sans réel lien, simple autoroute d’idées misent en commun. C’est le A Milli de Lil’ Wayne de l’underground asile pour psychotiques. Là, sur ce morceau. Il fait flipper. Tu as un cramé dans les oreilles. Sur une superbe compo de Bétous. Pas de quoi se plaindre. A dire, vrai, le seul titre qui renvoie directement aux précédants travaux de Programme, c’est Bruit Direct, brulot Noise (vraiment) faisant copuler murs de bruit blancs et guitare éviscérées sur rythme hardcore. On n’est pas loin des travaux d’ Otomo Yoshihide, ça fera flipper un immeuble entier, jouissif. Et en plus le texte est clairement intelligible pour une fois.

Le seul gros regret de l’album, c’est Nous, fresque bruitiste de 30 minutes ( !!!), longue pièce quasi improvisée qui aurait pu être géniale, mais qui tombe clairement à l’eau à cause de passages un peu dommageables (le long triturage de gratte entre la 6eme et la 12eme minute notamment, qui revient après) malgré une intro dantesque(Tsunami noise en mode bruit blanc). Les paroles, au milieu du bordel, sont encore plus découpées, écrabouillées, bribe de mots, milieux de phrases, syllabes déssossées. Mais ça ne renverse pas, ça ennuie surtout.
Heureusement la fin de l’album remettra les pendules à l’heure avec un méchant N.A.M, charge rock-indus militaire. Et lyrics simili-écriture automatique, toujours jetés à la gueule, à nous de faire notre tambouille, nos liens, nos constatations. On comprend pas, mais tant pis, Michniak ne veut plus nous mâcher le boulot.










Même si l’on se doute que le duo s’en bat la nouille, Programme prend de gros risques avec cet album. Car tout en continuant d’exasperer ses détracteurs, (qui vont d’ailleurs s’en donner à coeur joie sur ce nouvel album, Michniak etant peut être encore plus horripilant pour certains ici) Programme va se mettre à dos sa fan-base, qui ne vas pas aimer la mutation du projet, passant de la description clinique des travers de notre société à la simple révolte d’un allumé. Pas de textes explicites, pas de musique neurasthénique, pas (ou presque) de phrases chocs. Ici, c’est un gros bordel de mots balancés à tout va, de pétage de plombs, de crises de nerfs.
Comme je disais plus haut, ce n’est presque pas étonnant. L’Enfer Tiède, c’était tout. C’était la limite absolue. C’était le paroxysme, le but, le point final. Surement le disque français le plus extrême, le plus violent, le plus désenchanté, le plus lucide, le plus traumatisant. Tu veux faire quoi après ? A part une redite frêle et bancale. Un truc qui renverrait forcément à son précédant. Il le disait bien Michniak, tout était déjà fini, raté avant d’être abordé, limite on se demande pourquoi les mecs ressortent un autre disque maintenant. A quoi bon continuer de décortiquer quand on sait que tout est déjà mort. Autant perdre la boule. Non ce n’est pas forcément indécent de parler de soi. Ni d’avoir l’air d’un fou. Parce que dans les textes d’Agent Reel, on a vraiment l’impression d’avoir affaire à un aliené, à un mec incohérent, qui se plante devant toi en débitant des phrases sans queue ni tête, te postillonnant dessus en agitant les bras. Michniak, sur Agent Réel, il est un peu comme ça. Ca me plait bien. D’autant plus qu’il est superbement accompagné par les compos de Betous :


Il y a un glissement intéressant dans Programme. Premier album, mon cerveau dans ta bouche, la musique était encore bancale, là ou les textes étaient déjà acerés. Deuxieme plaque, symbiose totale, parfaite, entre une musique déraillée, excessive, et des textes parfaits, cisaillés à l’extrême. Troisième disque, les textes sont cette fois en retraits, là où la musique de Bétous est enfin parfaite. D’ailleurs, j’ai plus vraiment envie de réécouter l’Enfer Tiède. De le lire oui. De l’écouter, plus vraiment. Il est trop, il me fatigue. J’ai fait un peu la gueule à l’écoute de ce nouveau disque, forcément. Mais rapidement, j’ai été soulagé. A quoi bon recommencer. L’enfer Tiède, je l’ai déjà. Et merde, la musique sur Agent Reel, cette fois, est parfaite. L’équilibre absolu entre expérimental et brulot jouissif.



Maintenant, Programme est énervé, Programme tabasse, Programme ne s’enferme plus dans son appart, il invective, il crache, il bafouille. Il se tord dans tous les sens en donnant des coups au hasard, sans distinction. On ne le pige plus trop, on a envie de l’enfermer dans une pièce pour l’entendre et le regarder gueuler en se jetant contre les murs. Il donne enfin envie de serrer les pognes, là où il poussait presque au suicide auparavant. Programme fait du rock electro bruitiste, presque facile à écouter. Des mélodies, il y en a. Il ravive quelques souvenirs (#3, un peu) mais surtout, en l’écoutant, on prend son pied. Des morceaux comme Agent réel, Ce n’est pas que ça ou Il y a quelqu’un, ce sont des tubes. Viciés, concassés, cancéreux. Un peu juvénile aussi, c’est indéniable. Mais ça fait du bien. 8 ans après, ils ne veulent plus se rouler en boule en geignant, ils veulent donner des coups de poings à tout le monde. On peut regretter les textes, la posture d’antan. Mais pas trop, pas longtemps, car en écoutant Agent Réel, je trouve qu’ils ont fait fort.








Programme – Agent Réel (Soundcloud)

Programme – Bruit Direct Teaser










9 titres – Ici d’ailleurs
Dat’










  • Share/Bookmark
  1. wony, visiteur Says:

    Du peu que j’en ai entendu, c’est claire que ca a changé.
    Mais je te rejoint sur le fait que la redite aurait été inévitable.

    Je doit me procurer ce disque, me faire mon propre avis.

    Trés bonne kro.

    wony

  2. ShinobiOfGaming Says:

    C’est bien hargneux comme musiques dans tes extraits, mais après avoir lu ton billet, j’imaginais “encore plus” hargneux. Ca a l’air sympa, pas très apaisant mais sympa à écouter!

  3. Grolandais, visiteur Says:

    Très bon ça, ça me fait penser à NONSTOP (fabuleux album Road movie en béquilles)

  4. Neska, visiteur Says:

    J'ai hésité environ une demi seconde en me demandant si j'allais l'acheter. Et oui, il le faut, ce disque a l'air dingue.

    Mais bon, c'est du Programme, tu n'as qu'un avis par personne. C'est tellement fou… enfin bref, belle kro.

    A+

    Neska

  5. Mikelevoisin Says:

    Je ne trouve pas ça si changé… pas plus de "l'enfer tiède" ne l'était de "mon cerveau dans ma bouche"… juste l'impression que des mecs travaillent et avancent… et t'as juste envie de leur dire merci, de dire que ça fait vraiment du bien de savoir que "Programme" peut toujours sortir des disques.

    D'ailleurs, 20 euros avec un T-Shirt sur
    http://www.diva-music.com/catalog/

  6. Dat' Says:

    Wony ==> Merci. Yep effectivement, le mieux est de prendre le disque, de s'y plonger et de ce faire un avis. Et surtout outrepasser cette "premiere ecoute" qui peut clairement être radicale vu le petit changement opéré.
    Mais je préfère clairement ça à une redite.
    Et sincèrement, à partir du moment ou l'on arrive à intégrer que ce disque est plus rock/direct, je trouve qu'il y a de vraies bombes dedans.

    Shino ==> Ben on va dire que le morceau "Agent Reel" est surement le plus normal/rock du disque. le Reste est quand meme bien bien hargneux, bien que franchement moins violent (dans les textes) que le disque" L'enfer Tiede"

    Grolandais ==> Je crois bien (mais je me trompe peut etre) que Nonstop etait lié à Programme à un moment? Michniak a posé avec lui, et le premier disque de Nonstop avait été pas mal mis en parallèle avec Programme… Mes souvenirs sont flous, ça fait un bail que "road movie" est sorti ahah…

    Neska ==> Ahah bien dit "c'est du Programme, tu n'as qu'un avis par personne" cela aurait pu etre une parfaite conclusion à l'article.

    mikelevoisin ==> Ben, plus que changement, on peut parler d'évolution, que je trouve non négligeable quand même… C'est plus les mêmes fresques, même si les fondations communes sont encore bien apparentes… Et effectivement, c'est bien que Programme se remette en marche…

  7. Mikelevoisin Says:

    Je crois que Nonstop et Programme ce sont des potes surtout… Au souvenir, il y a le gars de NonStop parmi la bande qui se trimballe dans le film de Michniak, mais je dis peut-être une connerie…
    En tous cas, une certitude, et ça s'entend, ils viennent tous les deux de Toulouse !

    Pour en rajouter sur le lien entre les deux, j'ai eu droit à un cd 2 titres de Nonstop pour ma commande du disque de Programme…

  8. Blooguear Says:

    Programme ce sont bien eux qui font plus des expériences sonores ?

    Je me rappelle d'un album comme ça, avec une "chanson" comportant un mot se mixant dans le temps qui le changeait.

  9. Dat' Says:

    Mikelevoisin : Yep, effectivement, vu l'accent des deux bonhommes, on sent qu'ils viennent de la même ville !
    J'ai eu un 2 titres de nonstop aussi, mais c'est des vieux morceaux par contre.

    Blooguear ==> alors là, aucune idée. Je sais que leur Ep/mini album bogue est un peu considéré comme une expérience sonore, et c'était un travail de commande d'ailleurs… mais je n'en sais pas plus…

  10. Mikelevoisin Says:

    "Bogue" a effectivement une chanson dans le genre : "Je veux trop" – avec "je veux trop" et "crier" qui se répètent…

    Sinon Dat' pourquoi tu dis que c'est un album de commande "Bogue" ? Il me manque l'info …
    Je sais que "génération finale" c'était une boucle pour une installation lors de la biennale de Lyon… mais Bogue, jamais trop cherché…

  11. Dat' Says:

    Yep c'était un travail de commande pour France Culture à la base, et finalement ils ont décidé de le sortir en disque aussi… !

  12. Neska, visiteur Says:

    @Mikelevoisin, @Dat : effectivement, je ne crois pas qu'il y a un lien direct entre Programme et Non Stop, mais ils se connaissent, c'est sur. Et oui, j'ai le DVD de Michniak, et le mec de Non Stop est dedans (me souviens plus de son nom…)

    enfin bon, vu les musiques qu'ils font, ils ne peuvent que se connaitre et se cotoyer. En plus, ils sont tous de Toulouse.

  13. SunRicq Says:

    Album de Michniak sortit l’année dernière : “Pour qui sonne le tilt”. La claque. La claque..
    http://www.michniak.org/

    Suivi d’un EP début 2013

  14. Havoc Says:

    Pas l’impression en lisant votre chronique que vous ayez vraiment compris qui ou ce qu’était l’Agent Réel.

    Vous confondez avec l’album Bogue, qui correspond effectivement à votre description d’un narrateur schizo.

    L’Agent Réel n’est pas du tout schizophrène, il est complètement mégalo et il a raison parce qu’il a gagné.

  15. SunRicq Says:

    Comment ça il a gagné ?

  16. Tai ola chat sex Says:

    Aw, this was a very nice post. In concept I want to put in writing like this additionally taking time and precise effort to make an excellent article but what can I say I procrastinate alot and by no means seem to get one thing done.

  17. Tai game Talking Tom Cat Says:

    Hi, Its hard to find knowledgeable people on this topic, but you sound like you know what youre talking about! Thanks

  18. Tai game do sat mobile Says:

    Im impressed, I have to admit. Really rarely must i encounter a weblog thats both educative and entertaining, and let me tell you, you have hit the nail around the head. Your thought is outstanding; the thing is an issue that inadequate people are speaking intelligently about. My business is delighted i always stumbled across this within my find something relating to this.

  19. Tai game bay ga xam lang Says:

    Me nevertheless prepared to youll. This can be the type of hand to get certain do that your current difficulties false information absolutely electronic many blogs and forums. Be thankful for very own berbagi this method top doctor.

  20. Google Says:

    We prefer to honor several other world-wide-web sites on the internet, even if they arent linked to us, by linking to them. Below are some webpages really worth checking out.

  21. VivaDMosburg Says:

    This is the right website for everyone who wants to find out
    about this topic. You realize a whole lot its almost
    tough to argue with you (not that I actually will need toHaHa).

    You certainly put a brand new spin on a topic that has been discussed
    for years. Wonderful stuff, just great!

    My website VivaDMosburg

Leave a Reply