Seekae – +Dome


J’ai toujours rêvé d’être un…



Je vais reprendre une intro écrite il y a peu, car je ne peux qu’introduire le disque de Seekae de la sorte. Mount Kimbie nous a balancé une moitié d’album et font les fainéants avec un ep grenier. Jamie Xx nous a balancé un Lp de remix d’une demi-heure. Zomby vient de sortir un (plutot bon) album d’interludes. James Blake fait de la (bonne) electro-pop. Darkstar fait de la (moins bonne) electro-pop. Woon fait de la (cool) electro-pop-soul. SBTRKT sort un (bon) court album electro-pop. Jacques Greene, Deadboy, Burial restent coincés sur les Ep. FaltyDL aurait pu sortir un vrai truc solide, il se foire. Name dropping ? Oui, mais on va bloquer sur Mount Kimbie. Mount Kimbie. Mount Kimbie. Mount Kimbie. Le Lp Crooks & Lovers, mal fini, incomplet, court, rachitique en enlevant les morceaux superflus, provoquait pourtant une fascination presque aveugle chez l’auditeur, grâce à une poignée de morceaux parfaits. Ce qui devait être un album défectueux et inachevé se révélait finalement être un petit diamant. Mal taillé le diamant. Mais drôlement beau quand même. Alors on écoute seulement 5 ou 6 morceaux, mais on les écoutes dur. A les siffler dans la douche, à claquer des doigts dans le taxi, à chanter ça mollement après trois bières, à beatboxer Before I Move Off en bavant partout tout en faisant de la cuisine (sisi). Et puis de Mount Kimbie, il y a aussi les précédents Ep. Avec Maybes qui explose la centaine d’écoutes sur Itunes. Tu cherches Maybes dans les Karaoké, il n’y a pas, t’es dégouté, tu fais une drôle de tête, tu te rabats sur du Chris Isaak. Blue Hotel, on a lonely highwaaaaaay.


Je ne sais pas si en Australie, Mount Kimbie est connu. Si le disque a traversé la planète. Si les Australien écoutent Before I move Off en faisant du surf sur des vagues bleues tout en claquant des doigts (le pied ultime vous admettrez). Si vous êtes en vacances en Australie, n’hésitez pas à me le faire savoir. Les mecs de Seekae, ils viennent donc du pays des Kangourous. Et dans leur garage, en buvant des bières et en triturant leurs guitares, ils ont du écouter du Mount Kimbie à n’en plus finir. Eux aussi, ils doivent siffloter Crooks & Lovers en allant faire leur courses. Mais bien plus encore :

Bienvenu dans le premier Lp nu-uk-garage complet, long, carré, varié, et parfaitement exécuté.








Packaging classe et sans fioriture, et annonçant 3 japanese bonus tracks, le disque débute sur Go. Guitare électrique seule dans les échos, c’est cradingue, c’est noise. Tu te demandes si tu n’es pas sur le nouveau disque de Envy. La mélodie de la gratte, mi-blues mi-émo, chiale sa mère, trop seule, à se débattre dans la saleté. C’est beau, c’est fragile, ça prend de l’importance, tu as déjà la colonne vertébrale en petits morceaux, tu sens que le truc va exploser avec ces saturations qui se profilent. Et vlan, silence. Puis la vague revient. Tressaute. Disparait à nouveau. Meilleur intro de 2011. “Hey, c’est du post-rock cradingue, ce n’est pas du uk-garage !”. Ouai. Et sur 3 (Three), morceau suivant, l’intro est aussi rock-ish. Guitare qui lâche ses notes en mode mélancolie. Rythme sourd qui tonne au loin. Rien d’autre. Ah, si, un synthé planant qui boulote graduellement le tout. Tout s’arrête sauf le clavier, et des claquements de doigts qui déboulent. C’est top. Tu marches dans la rue, lunettes de soleil, tu te sens pimp. Et là, PUTAIN DE PUTAIN, un rythme 2step, mâtiné d’une mélodie folle déboule et te tabasse. C’est énorme. La mélodie grossit, devient dingue, c’est jouissif comme la mort, frein à main, juste la litanie guillerette qui survit. Déjà, tu te dis que le morceau était réussi. La guitare repart, tes cheveux se dressent, et le rythme 2step revient accompagné d’un chœur fantomatique pour 30 dernières secondes qui m’ont laissé sur le carreau à la première écoute. J’ai cru que j’allais hurler à ce moment là. Et le plus drôle, c’est que tout le disque est aussi bien, T-O-U-T le disque.

Je parlais de Mount Kimbie. Il suffit d’aller sur Blood Bank pour se convaincre de l’influence certaine qu’ont eu les anglais sur Seekae. Et ces zozos leurs rendent bien. Blood Bank, c’est beats coolos, voix puputes qui expirent, et teintes ambiant-dubstep chères aux Crooks & Lovers. On est obligé de hocher de la tête, de frapper dans ses mains. Et ce n’est pas le break lunaire avec montée de synthés Warpiens à t’arracher le cœur qui va me contredire. Tu imagines faire l’amour au milieu des néons, c’est malin. Le néant ? Non, mais on a néanmoins Reset Head qui se la joue Fields / Maybes avec cette lente montée technoïde, club sous psychotrope, basses en slowmo. Des voix pitchées se font entendre, étouffées par la chape de plomb, handclap, ça va parfaitement. Le sous-sol cradingue se transforme presque en terrasse ensoleillée. Réveillé, le titre bascule en sa moitié, brutal changement pourtant si logique, avec gratte électrique qui se joue du soleil couchant, cactus, paille dans la bouche et uk garage dans les nuages cotonneux. Plus loin Two se la taillera tout aussi Kimbie, avec un 2step tellement cool que tu as envie de passer sur TF1 pour dire que ton secret, c’est d’écouter Seekaé.





Bon ok, tu veux une autre claque, mais quelque chose de moins référencé, une grosse baffe administrée avec passion, ration electronico-épique entre deux morceaux 2step irrésistibles. Il y a Mingus. Ca débute dans une église. Reverbs sur voix d’anges, rythme sourd qui approche des tympans en tonnant, ça prend la gorge, intro de plus de deux minutes. Le morceau se déplie, tu penses que cela va encore être une balade dans les cieux, ce rêve bleu, tu y crois c’est merveilleux. Ca monte tellement que cela en devient intenable, saturation, vlan, tunnel noir et sombre. Ca se traine par terre, c’est les caniveaux, l’impasse, le creux de bras sans veine praticable. Et tout explose, synthé dingue, mélodie à s’en éclater le palpitant, c’est épique et dérangeant avec ces voix spectrales, pieds massifs, on te plaque à terre.

Tu as le chelou Gnor aussi, qui démarre en mode tribalo-rigolo, sorte de Plaid bricolé en mode artisanal. Le titre laisse une basse rock et une vraie batterie pénétrer le tout, cela ne dépareillerait presque pas sur le dernier Battles. C’est déstructuré, enjoué, facile d’accès. Milieu de morceau, ça saccade, ça bug, ça se cabre. Mélodie belle et candide, rythme ciselé qui arrive sans crier gare, lame en acier qui découpe le tout. Les jouets s’emballent, la batterie s’arrache, on part dos de cheval sauver le monde, l’épée en bois vers le soleil, près à sauter sur les colosses de papiers. La charge est brève, épique, c’est gagné.

Il y a le gros (toutes proportions gardées) bourrin et jouissif Yodal, sorte de pendant vénère vénérant Blind Night Errand, sortant les lignes de basses énooooormes qui feront vibrer les vitres de ta bagnole quand tu rouleras au ralenti dans le centre-ville pour effrayer badauds et volatiles. Cela fait du bien au milieu des fresques plus ralenties du Lp, car parfaitement placé. Les dernières 30 secondes sont tellement épiques qu’elles rendraient un R-Kelly jaloux.

Il y a des moments plus calmes sur ce disque. Tout en retenue, les interludes font retomber la pression avec succès, entre les violons tire-larmes de Underling, et le solo de gratte apaisant (à l’envers) de Rock’s Performance, assez classe. +Dome fera office de 2step presque popisant, ultra émo avec son chant mélancolique passé à la moulinette effets, mélodie à chialer tellement qu’elle est belle et cristalline, et guitare étirée qui a le blues. Un petit bijou. You’ll mettra carrément la gratte acoustique au premier plan. Mais ici, point de remplissage, car la mélopée accompagnée d’un chant fragile se fera graduellement bouffer par un synthé électronique à te raidir la nuque.

C’est fini ? Non, car il y a trois bonus tracks pour le Japon ! Alors certes, il y le sempiternel morceau qui ne sert à rien (Salad. Il faudra m’expliquer pourquoi 50% des bonus tracks electro pour le Japon se limitent à des grincements). Mais il y a aussi Altise Lament, 2step bien cool, avançant à pas feutrés, avec réminiscences Jazzy bien classes, qui se feront bousiller par un simili-xylophone cristallin et une grosse saturation. Joli boulot. Mais le top est matérialisé par Face Facts, à se demander pourquoi ce morceau n’est qu’un titre bonus. Techno mortelle, bolide lancée dans un tunnel bardé de néons multicolores, le morceau se déroule en bon autiste, tapant avec des beats sourds et neurasthéniques. C’est la cave, le dancefloor pour camé et les escaliers en bétons. Et dans ce tunnel étouffant, des voix puputes se font entendre, au loin, fatiguées, suppliantes. C’est à devenir dingue tellement c’est beau, le titre s’est transformé en Uk Garage incroyable, superbe, parfait. Ce moment ne dure même pas une minute, mais c’est à en chialer tellement c’est bien amené.






Ce +Dome est mortel. Je ne m’y attendais pas, acheté mollement, presque au hasard. Clairement, sur une demi-douzaine de morceaux, c’est du Mount Kimbie enhanced, les australiens ont méchamment écouté le groupe. Mais hey, pour faire un bon disque du genre, il vaut mieux avoir trop arpenté les deux anglais que Rebecca Black. C’est du Uk Garage, du beau, magnifique, avec des morceaux qui évoluent tout le temps, avec une petite teinte d’electro Warpienne ou de Rock-émo gratouillé avec la larme à l’œil. Ca débouche sur des titres magnifiques, pleins de rythmes fous et mélodies mélancoliques, avec bleeps facétieux et litanies parfaites (Go, 3, Blood Bank, Mingus, Face Facts, Reset Head, Yodal… il y en a trop. Tous en fait… pas un seul raté sur ce disque !)

Certes c’est ultra référencé. Clairement influencé. Seekae n’invente pas grand-chose, mais bon en même temps, ils font peut être ce genre de musique depuis 10 ans, je me plante complètement, aucune idée. Mais bordel de merde, avec +Dome, on a ENFIN un album de Uk-garage-2step-electro-émo complet ! Beau comme la mort, avec des titres qui t’arrachent la gueule avec leurs mélodies et leurs rythmes ! Ce petit frisson que j’ai eu à la première écoute de Maybes, ce sourire que l’on ne peut contenir, je l’ai eu plusieurs fois en écoutant ce Lp des australiens. A vouloir sauter sur ma chaise, remuer du cul dans la rue, claquer des doigts dans le métro. Ce sentiment, génial, qui te rappelle à chaque fois pourquoi tu aimes la musique.

Un album discret, mais superbement exécuté, beau à en crever. Fan service total. Pour les friands du genre, pour les frustrés des groupes cités en intro, ce +Dome de Seekae pourra se placer dans les albums de l’année, sans forcer.

Indispensable, énorme coup de cœur.






Seekae – 3

Ce morceau putain ! Ce morceau !





15 Titres – Rice Is Nice Records

Dat’

Facebook



  • Share/Bookmark
  1. Skowz Says:

    J’ai vraiment bloqué sur “Before I Move Off”, mais j’ai du déjà le signaler ici.
    Et tu me fait découvrir cette album. Je te fais confiance les yeux fermés !
    Et puis faut dire que “3” est absolument mortel, tout ce que j’aime dans le genre.

    Merci, merci, merci. Ah et j’allais oublier : Merci !

  2. Anonymous Says:

    OMFG ! Excellent!

  3. Neska Says:

    Hello,
    Bon, j’ai déjà bien fumé l’album, plusieurs fois, retourné dans tous les sens, écouté dans ma chambre, sous la douche, dans les chiottes… bref, tout le monde sera d’accord pour dire que l’album est génial. Bref, passé les commodités, j’ai tout de même trouvé quelques petits bémols sur l’album. L’intro déjà, certes magnifique et tout ce qu’on veut, mais qui n’a rien (pour moi) d’une intro. Pourquoi elle est pas intercalée entre deux pistes ? Parce que perso, si j’ai failli pleurer la première fois, ca n’a plus le même effet à la 4ème écoute.
    Un autre petit “reproche”, entre guillemets, c’est les montées/descentes de l’album. Putain, j’ai décollé avec “3”, mais vite redescendu sur terre avec Reset Head qui casse le rythme. C’est molasson quoi. Alors ouai, c’est pas de la hard-tech, on est d’accord, mais putain envoyez quelque chose qui coïncide avec le début de l’album merde ! Un peu comme Mingus en fait, très lente, mais qui se rattrape foutrement bien avec les basses de malade, en mode mobb deep au ralenti et sous l’eau la bouche ouverte.
    Sinon, c’est clair que ca pue le Kimbie a des kilomètres, mais franchement c’est bien foutu. Très bien foutu.
    Bel album.

  4. Anonymous Says:

    Y a des jours où on ce dit qu on la enfin trouvé ce putain de disque que l on cherchait depuis des mois.

    Merci

  5. Dominique Says:

    Encore merci pour cette nouvelle découverte. Le disque tourne en boucle maintenant.
    Thx!

  6. Dat' Says:

    Et bien content d’avoir convaincu, merci pour vos comments !

    Skowz & Neska ==> A dire vrai, si Before I move Off est clairement superieur à tout ce que l’on peut trouver sur ce +DOME, je trouve que le Lp de Seekae est meilleur que celui de Mount Kimbie, dans son ensemble. Si le Kimbie brille par ces Before I move Off ou Carbonated, Seekae balance un énorme disque sur toute sa longueur. (d’autant plus avec la version jap donc)
    Neska, perso, je trouve Go toujours aussi belle. Et Reset Head and co, c’est cool au contraire, ça pose un peu plus l’ambiance, c’est là où le disque est clairement à fond Mount Kimbie-isé d’ailleurs ! ^^

    Dat’

  7. Shoy Says:

    Etant un grand fan de Mount Kimbie, j’ai vraiment apprécié cet album. Je me permet donc de vous conseiller un autre EP qui m’a bien fait vibrer et qui est un peu dans la meme veine: Increases EP par Slime.

    http://soundcloud.com/slime-music

  8. Draught.fr Says:

    “Avec Maybes qui explose la centaine d’écoutes sur Itunes. Tu cherches Maybes dans les Karaoké, il n’y a pas, t’es dégouté, tu fais une drôle de tête, tu te rabats sur du Chris Isaak. Blue Hotel, on a lonely highwaaaaaay.” Excellent!
    A ce soir mec 😉

  9. konfuciuz Says:

    La chro’ donne vraiment envie d’écouter l’album, et 3 et vraiment un putain de morceau. À cause de toi je vais devoir écouter tout l’album haha, merci pour la découverte !

  10. staphi Says:

    bien bon ce disque. j’aime fortement ce genre de sons mélodifs, notamment couplés à ce genre de rythmes euh…rythmesques?

    A propos de sons mélodifs, on dirait que l’album de Plaid va ENFIN sortir, et que cette fois c’est vrai, et tout et tout. Il a intérêt à être génial sinon je porte plainte auprès du groupe !! (c’est vrai quoi, ça se fait pas de faire attendre les gens comme ça.

  11. Dat' Says:

    Shoy ==> Merci pour le conseil, je vais aller ecouter ça!

    Konfuciuz ==> Mais il faut ecouter tout l’album ! et plusieurs fois même ahah !

    Staphi ==> Oui j’ai vu pour Plaid, meilleure nouvelle de l’année, j’ai vraiment vraiment hate de poser une oreille dessus… !

    Dat’

  12. Jean-Do Says:

    Ouah putain, 3, la CLAQUE !!

    ACHAT, VITE !!

    (et en passant : la date de sortie du nouveau Plaid approche, hé hé hé)

  13. Dat' Says:

    Et encore le Plaid version Cd sort 2 semaines avant dans mon pays avec un titre bonus niark niark

    Dat’

  14. Armand Says:

    Super découverte, ce disque déchire tout ! Merci !
    Mais, sur “Rock’s Performance” c’est du piano !

  15. Cathedrale Says:

    Splendide, cette chro’ ! autant que l’album, d’ailleurs.

  16. Lupita Says:

    Payoneer Account Registration earn free 25 $ with
    best payment processor in the world.

  17. LesUWitchard Says:

    This is the right website for anybody who wishes to find out about this topic.
    You realize so much its almost tough to argue with you (not that I really will need toHaHa).
    You certainly put a brand new spin on a topic that has been discussed for years.
    Great stuff, just wonderful!

    Stop by my web-site; LesUWitchard

Leave a Reply