Paulie Jan – Humian EP


Your Path To Divinity



Bon, C’est sympa le r’n’b pour midinette, la pop mignonette et la techno ambiant pour toucher craquette… Mais il y a des fois où tu veux du synthé bien crade. Un truc qui te vrille les oreilles, qui te fait secouer l’anus tout en te plantant des papillons dans le ventre. Ce Paulie Jan, je ne le connais ni d’Ève ni dedans. Juste un sacré zozo qui s’escrime à appuyer sur des claviers pour faire hurler des mélodies, histoire d’accoucher d’un funk robotique futuristo-vintage qui grogne dur. Un truc épique, qui colle des baffes et bifle des bouilles. Qui te fais hésiter entre le générique de Cosmos 1999 et une soirée dans l’appart de Crystal.
Paulie Jan, inconnu au bataillon, mais, en écoutant sa musique, je vois un gros mec poilu, avec des rouflaquettes plein le visage, qui appuie sur ses synthés en tressautant du bassin. Et derrière son dos, un écran, d’où jaillissent les étoiles. Le kaléidoscope façon il était une fois la vie, c’est le fluo, c’est plein de couleurs, il y a des constellations partout, comme un clip d’Aphrodites Child tourné aux Chandelles. Voilà, le mec, en écoutant Humian EP, je suis sur que c’est Demis Roussos coincé dans un porno High budget.








Alors tu te dis, “ouai mais bon, des synthés qui copulent à n’en plus finir, on ne peut pas faire mieux que Emeralds”. Et tu as surement raison. Sauf qu’ici, on n’est pas dans la fresque contemplative, mais plutôt dans le passage à tabac au bord d’un fleuve. Et sous le pont, à mon avis les gnons sont beaux. Lance Gestified,  pour comprendre que le mec n’est pas là pour rigoler. Qu’il te sort une mixture, genre Depth Affect vénèr qui voudrait te casser la gueule au détour d’une rue sombre, en t’écrasant la tronche dans les poubelles. Merde, cette montée finale, cette progression façon canasson de l’enfer qui cabre et part au galop vers le soleil couchant, c’est beau. En fait Paulie Jan, c’est le guitar héro du synthé. Tu entends comme ça gueule sur la dernière minute ? La tornade, le traumatisme, la déraison. Te donner envie de sauter en hurlant contre les murs de ta maison.

Oh, il sait y aller délicatement, avec prestance, tension presque étouffée sur This, qui tient plus du film à suspense qu’à la cavalcade hallucinés des 4 cavaliers grecs, 666. Ce morceau, il est superbe. Ces bleeps hypnotiques qui s’enfilent sur un rythme décalqué, claudiquant, en bout de course, qui file ad nauseam vers l’espace, en te balançant des graines d’étoiles opales plein la gueule. Et puis ça grince de partout, ça bourdonne dans tous les sens, te donnant l’impression de regarder les astres depuis ton spationef, avec des machines déréglées qui n’en finissent plus d’imploser. Avec ce bordel, on ne risque pas de revenir sur terre. C’est un tube ce This. Un putain de tube.
Le terme est galvaudé il paraît, mais Minski Palace, ça commence comme une sacrée baffe abstract hiphop. Ce morceau, c’est un sacré truc de mac. Manteaux de fourrures, gros chiens en laisse et relations délestées d’amour chienne, tu en chies et ne prévoit pas, à partir de 2minutes, que ça va être baffes sur baffes : techno turbine qui n’explosera jamais, et qui préfèrera faire couler le miel, via rythmes pachydermiques imparables et arpèges de synthés te foutant dans un club emplie de donzelles en stilletos et porte-jarretelles.

Bon, on a eu les pimps, on a les barbus crados, et les mélodies épiques façon BO de super héros. Mais les humains blafards plantés devant leurs ordis, on en fait quoi ? Ben on leur banane un morceau presque IDM avec Dogjxnzkc, rejeton gueulard et groovy d’une expérimentation tout droit sortie d’un bunker des cornouailles. Ca gicle dans tous les sens, ça fourmille de détails, c’est bonheur. Pour ceux qui pensaient que je partait trop loin en parlant de voyage intersidéral, le musicien me mâche le travail en explicitant l’utilisation du terme dans The Hum Of Your Spaceship (moins indispensable que les autres tracks peut-être). Mais je vous promets que j’avais collé ces métaphores avant de lire le titre. Il se serait appelé “a angry cow fucking your hosepipes” que j’aurai pensé pareil.

Et puisque dans la vie, il faut pleurer aussi, Pour Ont Son te balance la complainte mélancolique qui te collera toutes les lettres de tes ex dans la gueule en 4 minutes, c’est aussi poignant qu’un chant de baleine amoureuse, ça te donnera envie d’enfiler une cape et de voler au dessus de Los Angeles pour ramasser les cœurs brisés afin de les rafistoler un à un. Le truc est magnifique, à 2min50 ça tordra bien des colonnes vertébrales. Tu veux juste tirer une bagnole et partir à la conquête de la nuit, à trancher les artères de la mégalopole, balayée par néons et réverbères, à mater dans le rétroviseur tes larmes couler, en pensant au flingue dans la boite à gant.





Un pote m’a juste dis, tiens, écoute ça, c’est cool. Sale con. Ca fait deux jours que je me le balance en boucle, je ne suis pas sorti de chez moi, pas lavé, mon chat ne me regarde même plus, pathétique. Je fixe cette page word, j’étais parti pour une petite brève chronique, couplée à un autre album. Ca sera pour une autre fois. Sérieusement, cet Ep est bon. Cet Ep est grand. Là je suis parti sur une chro un peu à l’arrache, sans réfléchir, je ne sais pas si le mec a fait des trucs avant, s’il a un album de prévu ou autre. Il est peut être déjà connu d’ailleurs. Aucune idée. On verra ça après. Là on savoure, en prend sa baffe, et on décolle.

L’Ep est parfait, pas une foirade en 6 titres (même si The Hum Of Your Spaceship a moins d’impact et de personnalité que les autres peut être), pas un faux pas, et pourtant ça balaie les genres, ça balaie les gens, tornade de claviers pour titres magistraux (je ne me remet pas de This, Gestified et Pour Ont Son). La seule petite remarque que l’on pourra faire à Paulie Jan, c’est qu’il aurait du tenter un ou deux titres avec des vocals dessus. Une minette qui chuinte des phrases cyprinées, ou un mec vocodé qui baragouine des incantations robotiques (ça aurait pu grave coller sur l’excellent Minski Palace par ex). Attention, je ne dis pas de faire du Kavinsky vs Abstract Keal Agram feat Ginette au mic. Non. Mais un truc qui aurait autant sa place dans un bar à striptease que dans le vieil autoradio d’une Cadillac lancée à fond les ballons sur le périf’.

Paulie Jan balance un EP de folie, un 6 titres indispensable qui pue le foutre et l’apocalypse. Peignoir rose et vieilles chips. Haut talons, néons roses, la grande classe, j’insiste.






Pauli Jan – Pour Ont Son





PS : Restez branché sur les Chroniques Automatiques, un gros gros truc arrive dimanche (si je ne crève pas entre temps). Teasing, stay tuned.





6 titres – Fin De Siècle

Dat’

FACEBOOK



  • Share/Bookmark
Tags: , , ,
  1. Ropearound Says:

    Joli!

  2. Jarod Says:

    Merci pour la découverte et surtout merci pour tes chroniques toujours aussi passionnées!Le titre “Pour Ont Song” me rappelle beaucoup “The sky was pink” de Nathan Fake.En tout cas pas mal,à surveiller…

  3. Draught Says:

    Superbe chro, super découverte j’ai acheté l’ep direct. Merci copain.

  4. Skowz Says:

    Hello ! Pareil, je t’ai fais confiance les yeux fermées, je l’ai pris. Je regrette rien, ça tabasse vraiment. C’est vrai que c’est bonheur pour ceux qui aiment les synthés ! Merci, maintenant, y’a plus qu’a attendre le gros gros truc d’aujourd’hui. Ton teasing est alléchant.

  5. mr patate Says:

    Merci pour la découv ! (haha)
    Sinon, comme je t’ai dis, j’aime particulièrement la piste 4, qui me fiat penser au meilleur de KG dans les sons utilisés :)

  6. rbd Says:

    merci la chronique 😉

  7. Fin De Siècle » FDS004 – Paulie Jan, « Humian EP » – OUT NOW ! Says:

    […] « Paulie Jan balance un EP de folie, un 6 titres indispensable qui pue le foutre et l’apocalypse. Peignoir rose et vieilles chips. Haut talons, néons roses, la grande classe, j’insiste. » sur Chroniques Automatiques […]

  8. Amano Says:

    Sympa cette track, difficile de trouver sur le net…
    Je te balance un truc qui j’espère va te faire kiffer.
    Un mec qui s’appelle Tourist. J’en sais pas grand plus, juste ce qui parait etre son premier EP
    Placid Acid

    http://www.youtube.com/watch?v=Q_PfS-J4YQ0

    Il y a une boite de message sur ton site, je n’aime pas trop m’incruster sur une chronique pour envoyer un lien.

    Enjoy!

Leave a Reply