Tessei Tojo – My Little Beautiful


It’s not me, it’s you



Cela peut sembler bizarre, mais je me fais un peu de soucis pour la musique électronique japonaise, tout du moins celle présente dans les magasins de disques à Tokyo. Il y a certes un terreau hallucinant de producteurs japonais electronica-ambiant dans les net-labels, ou des mecs balançant une musique de haut niveau en arpentant toutes les salles de concert underground de la capitale. Mais malheureusement, ce n’est pas cette musique électronique qui intéresse les japonais, et à fortiori les rayons de disque.

Car à Tower Records et compagnie, 95% des disques du rayon Electro sont en fait des horreurs lounge-world-chill à base de piano et teintes champêtres façon musique d’ascenseur. Alors que l’electro jap d’il y a 3 ans souffrait d’un mal tout aussi grave, aka le copier coller des recettes Ed Banger, on assiste aujourd’hui à une lente nécrose des rayons (pourtant toujours bien fournis), tendant vers l’apathisme le plus total. Oh, certes, des mecs comme Geskia!, Aoki Takamasa, Ametsub ou Daisuke Tanabe sont toujours bien mis en avant, mais ils deviennent des exceptions, là où ils étaient norme il y a 6 ou 7 ans.

Alors d’une part, l’achat à l’aveugle, qui était ma discipline favorite à l’époque, est devenu bien trop dangereux. Et surtout, on peut passer 1 heure dans le magasin à écouter des merdes avant de tomber enfin sur le petit bijou tant attendu. Autant casser le suspense tout de suite, ce My Little Beautiful de Tessei Tojo fait parti des belles surprises.








Que les Japonais soient traumatisés par le rap US ou la musique électronique française est un fait, et cela se ressent dans la majorités de leurs releases. Mais le label Warp a lui aussi fait son petit bonhomme de chemin chez les nippons, en inspirant bien des carrières. Pour Tessei Tojo, point d’innovation, impossible de ne pas avoir des références en pleine tronche quand on écoute ce My Little Beautiful. Recette déjà arpentée donc, mais rondement menée, assurément. Le label Progressive Form tient une place importante dans l’évolution de l’electro japonaise, mais sur cette release, les influences sont évidentes.

Ambiguous Reality démarre le LP à fond les ballons : superbes nappes pas étrangères du vieux Warp en guoguette, mais martyrisées par un rythme electronica complètement peté, entre acid anglais et relents de juke mutante. C’est drôlement beau, superbement maitrisé, flirtant avec le fan-service. Mais quand c’est parfaitement branlé, on ne va pas faire la gueule. Quand Innocence démarre, on a envie de s’exclamer “hey mais c’est du Squarepusher!”. Clairement, on nage dans le Tom Jenkinson de la grande époque (et non pas celui du dernier album) avec les quasi-même claviers utilisés. Ici aussi, c’est mélodie cristalline qui n’en fini plus de s’envoler, c’est rythmes electronica qui fourmillent de détails, et surtout un coté épique vs fragilité qui fait tant défaut à un bon nombre de productions d’aujourd’hui. D’autant plus que le japonais s’amuse à mettre l’accent sur une mélodie qui n’en finit plus de chialer, plutôt qu’à tenter l’esbroufe du rythme impossible à capter.

Indivisual Truth sera encore plus atmosphérique, avec une bassline dantesque, un rythme plus lourd, et un chapelet de synthés toujours enclins à broyer les cœurs. La base du morceau vrombit à n’en plus finir, tandis que les mélodies s’occupent de chasser les étoiles. Parfait morceau oscillant entre cauchemar pour les voisins et litanie electronica belle à en pleurer. Tessei Tojo est haut, très haut. Et même si la fin est un peu abrupte, décidant de se dérober après trois petites minutes, on ne peut qu’en ressortir le cœur léger, avec des ailes d’anges plantées dans le cul en bonus.

Mind Game sonnera la charge, en dévoilant une facette plus agressive du Japonais. Vrombissements à faire trembler un immeuble, longue intro à base de claviers tubesques complètement fous, le rythme pachydermique et déstructuré ne déboulera qu’après deux longues minutes dissonantes et belles comme la mort. Cette fois, on se prend une grosse claque de 5 minutes, tunnel techno épileptique qui hérisse les poils et malaxe la colonne. Et même si l’attaque est héroïque, Tessei Tojo n’en démord pas, sa musique garde ce coté hypnotique et étouffant inhérent au LP. Une sacrée claque.





Que la scène Juke mise en lumière ait marqué le Japon, impossible de le contester. Dans les magasins Tokyoites, chaque sortie Juke est placée en tête de gondole, et Planet Mu dominerait presque les rayons electro “import”, avec ses compilations Footwork (Bangs and Works Vol I& II) bénéficiant d’encarts publicitaires cartonnés aussi grands que le dernier Rihanna ou Frank Ocean. Et on croise de plus en plus de musiciens s’attaquant aux rythmes épileptiques made in Chicago dans leurs albums, live et dj set. Ici, on sent que Tessei Tojo a du se prendre une jolie claque en posant une oreille sur ce mouvement tant Opposite Side sent le Footwork tuné à la Blade Runner façon Severant (encore un !). Comme depuis le début, c’est nickel, impressionnant de maitrise, super épique.

An Imperfect Spring ravira les esgourdes, mais frustrera gravement aussi, avec ce sublime morceau d’abstract enfumé qui ne durera que… 2 petites minutes. Le sacrilège. Deux fois plus longue, on tenait le bijou absolu. La grosse erreur du LP. Bon, on pourra se dire qu’il suffit de se passer le morceau deux fois d’affiler, mais quand même, impossible de ne pas grincer des dents devant ce chef d’œuvre avorté. Heureusement, Child Song partira vers des territoires encore plus brumeux, avec une ambiant passée à la moulinette purée de pois. Petite mélopée toute fragile qui se fraie un chemin dans ses synthés sortant du brouillard, c’est beau, ça prend tout le temps nécessaire pour se déplier avec grâce et candeur.

L’album continuera sa mutation dans des univers plus ouatés et apaisés avec Kikori, morceau façon caverne de glace, bourré de détails, de mélodies accouchant de mélodies, de synthés sortant de nulle part, s’amourachant les uns les autres sans être perturbés le moins du monde par un rythme glitché et irrégulier certes, mais presque mutin, en position de retrait. Au final, seule l’avant dernière track, Bass, partira dans un trip plus caverneux, tout en sensibilité, délaissant les nuages pour un essai ambiant mélancolique…  En conclusion, My Abstract refera la part belle aux synthés taquins, ambiances Warp rétro et arpèges de synthés émo, pour un exercice très candide, que l’on aurait aimer voir s’envoler pour de bon sur la fin, mais qui restera une jolie façon de clore le débat.

Deux remixes bonus agrémenteront le CD, et si la refonte d’Innocence par Nyolfen est loin d’être indispensable, celle de Indivisul Truth par Fugenn & The White Elephants impressionnera par la “consistence” du son, décapante dans la dernière minute. Le morceau devient encore plus épique que l’original, et se paiera une conclusion folle furieuse, en mode Drill’n’bass vs claviers à chialer, qui m’a littéralement scotché à la première écoute. C’est rare qu’un remix placé en fin de disque me fasse autant d’effet, et celui-ci se glisse même dans les indispensables du LP.






Alors oui, en écoutant ce disque, on pense méchamment à Squarepusher, un peu à Clark, et l’on voit constamment un gros WARP RECORDS qui clignote en mode gros néon rose dans ta face. Ici, on ne cherche pas ici l’innovation, le disque qui casse les limites. Mais les mélodies, superbes, sont là. Les rythmes déstructurés aussi. Impossible de ne pas prendre de plaisir en écoutant ce My Little Beautiful qui se complait certes dans le fan-service, mais qui le fait avec talent. Et justement, au moment où pas mal de légendes Warp se mettent à la guitare folk ou tentent des comeback fallacieux, il est appréciable d’écouter un disque qui fait de l’electronica comme “avant”, et qui le fait bien, un peu comme Yimino il y a quelques temps.

Bien qu’un peu court, et ultra référencé, ce petit LP de Tessei Tojo contient certains des plus beaux morceaux electronica entendus cette année. A ne pas louper.






Tessei Tojo “Innocence” from yuma saito on Vimeo.






12 titres – Progressive Form

Dat’

FACEBOOK





  • Share/Bookmark
Tags: , , , , ,
  1. nil Says:

    A en juger le teaser, pas très original mais joli !
    Juste pour la référence, My little beautiful c’est aussi ça : http://www.youtube.com/watch?v=3NgyaySiDto

  2. Dat' Says:

    Oui pas original pour un sou, mais tellement bien fait !!

    AH bien joué, je suis passé à coté de cette référence… Ca en rajoute encore plus au fait “fan-service” du disque ahah

    dat’

  3. d... Says:

    salut dat’ ,
    je suis toujours fasciner par les quelques rare mecs qui réussissent a faire de vrai bonne chroniques de disques ! .
    je connaissais se blog (en surfant au hasard) que je reconnais par la photo de la pile de cd’s , mais je m’étais jamais donner la peine de lire les articles ( je zapper les sons proposer puis je me casser vite fait bien fait , com d’hab ).
    hors là je suis retomber sur ton blog en cherchant des interviews d’Autechre en français , histoire de trouver un moyen de patienté de manière un peu digne jusqu’à la sortie du double lp EXAI , car après presque 30 ans de vie obsédé par la musique électronique , seul la sorti annoncer d’un album d’Autechre parviens a m’exciter encore comme au premier jour . oh c’est pas que je soi blaser , je suis juste devenu hyper exigent ! …mais cela est juste normal , quand on a étais nourri par la musique électronique de gens tel que :
    Brian Eno / klaus schulze / pete namlook / as one / b12 / Autechre / Aphex Twin / Polygon Window / black dog / LFO / the Orb / Larry Heard / Marshall jefferson / master c&j / derrick may / carl craig / ryoji ikeda / cabaret voltaire …
    on ne peu que difficilement se contenter de se qui se fait depuis 10 / 15 ans . en tout cas il n’y a gère pour moi que
    des trucs club qui m’ont réellement exciter ces dernières années : theo parrish / omar-s / seth troxler / wolf + lamb records / audion (aka matthew dear) / ricardo villalobos …et l’incontournable label Perlon records .
    mais je m’éloigne du sujet ( faut pas que je me laisse aller ) , donc en lissant ta chronique de l’album untilted , qui ma carrément scotché ! , t’a même réussi a me donner furieusement envie de réécouter se disque qui est le seul album d’autechre que je n’aime pas . du coup je me suis mi a lire une bonne dizaine de tes chroniques disques et franchement j’hallucine , quelle classe ! , tu parviens a extraire l’essentiel des morceaux ( leurs coeur ) et a faire partager cela , chose au combien difficile ! ( moi j’en suis parfaitement incapable , mais puisque je le c’est , je m’abstiens ! hors combien d’autres aussi incapables que moi , nous saoul avec des chroniques disques tellement vides et insignifiantes qu’ont fini par ne plus en lire du tout ).
    je peu même te dire que la plupart des disques que tu chronique ne sont pas ma came , mais c’est écrie avec tellement de justesse et de personnalité , que je les lis avec autant de plaisir que si je lisais un bon livre ! .
    donc voila ” dat’ ” bien que je ne soi rien ni personne , je te félicite et te remercie du fond de l’âme , chapeau et big respect a toi ! . Salutations , d…

    du coup je te file mon lien tracks selector , cela t’amusera peut t’être 5mn ? . bye

    http://douzirec.tumblr.com/archive

    et puis je te file aussi mon lien Mix ( soyons fou ) . re Bye

    https://soundcloud.com/douzirec

  4. Dat' Says:

    Ben ecoute mec, merci pour ce commentaire, ça me touche vraiment !
    Content de savoir que j’ai pu te faire un peu changer d’avis sur Untilted (qui est un de mes préférés !) hate d’entendre Exai aussi, d’autant plus que le groupe semble revenir vers des compositions plus “longues”.
    Merci vraiment, et si mes chroniques peuvent parfois te faire écouter des disques qui ne seraient pas ta came à la base, c’est le principal!

    Ton track selector est assez dingue au niveau de sa mise en page, ça fout le vertige ahah
    J’écouterai ta page mix pendant la période de noel c’est parfait (j’ai repéré un edit d’Autechre !)

    Merci !

    dat’

  5. d... Says:

    éLo dat’ ,
    moi j’attack ma 3 z’iéme réécoute du Untilted en deux jour et je commence a l’apprécier enfin !
    en fait je me rend compte que c’est vraiment le mastering de cette album qui m’empêché de rentrer complétement dans les compos . car en dehors des percutions métallique je trouve que tout les autres sons semblent ” replier sur eux même ” , c’est impressionnant se manque de ” relief sonore ” et cette sensation d’écoute en quasi monophonie ,
    je trouve que sa gâche la bonne écoute du travail des compositions , c’est très frustrant …cette album sonne totalement introverti .

    bye & a+ , d…

  6. Dat' Says:

    Ah oui c’est marrant, j’ai pas vraiment cette sensation à l’écoute de Untilted… Moi ce qui m’impressionne le plus dans ce disque, c’est cette rythmique folle, un truc abstrait qui devient pourtant imparable par ses rythmes. Les 3 premiers titres, c’est quand même une vraie mandale à ce niveau.

    dat’

  7. d... Says:

    oh mais tu c’est dat’ , ton article du Untilted au final aura fait un miracle ,
    car même si je suis critique sur le son ( c’est d’ailleurs la seul fois pour un disque d’Autechre )
    je peu dire tout de même que maintenant j’aime se disque ( et c’étais pas gagner ! ).

    encore merci , d…ouzirec

  8. m-salami Says:

    Je ne connaissais pas du tout l’artiste mais j’avais vu que tu avais apprécié son album… Si tu passes sur son soundcloud tu vas tomber sur un truc assez décapant pour les milieux de nuit: https://soundcloud.com/tessei-tojo/windows

    D:

  9. Dat' Says:

    Salami ==> ah excellent, je n’etais pas au courant de ce morceau ! merci du tuyaux !

    dat’

  10. Tai game Car Racing Says:

    I am really inspired with your writing skills and also with the layout for your weblog. Is that this a paid subject or did you customize it yourself? Anyway stay up the nice quality writing, its rare to peer a great weblog like this one these days..

  11. Tai game BigFox Says:

    I have been exploring for a bit for any high-quality articles or blog posts on this sort of area . Exploring in Yahoo I at last stumbled upon this website. Reading this information So im happy to convey that I have an incredibly good uncanny feeling I discovered just what I needed. I most certainly will make certain to dont forget this web site and give it a glance regularly.

  12. Tai game thien long bat bo 3D Says:

    One word informative, you broke down precisely what I have been looking for. Looking forward to reading more in the future.

Leave a Reply