Cum On My Selector 24 : Yaporigami, Lotic, Modeselektor, 4rd, AOTOA, Lorn, Young Coco


It Never Ends



Deuxième article depuis le début de l’année, c’est Byzance! Et cela ne sera pas le dernier, je vous le promets. Un petit Selector tranquille, un peu sombre, où l’on parle de Uk Garage émo, d’electronica fragile, de Japonais enragé et de tube allemand qui pilonnent le coeur:



AOTOA – Great Ideas

Les frissons. Je ne m’étais pas pris une telle claque sur un simple morceau de UK Garage depuis des lustres. Le rythme claudiquant, les voix puputes, les synthés cristallins, tout y est. Mais l’élément déclencheur, le moissonneur de colonne vertébrale, c’est cette voix fantomatique affolante, qui déboule sans prévenir à la 44 seconde pour hanter le morceau, sans plus jamais le quitter. Cette simple chorale spectrale change un morceau de garage traditionnel (mais tubesque) en cavalcade émotionnelle, club de Londres rongé par la mort, beau à en pleurer. Et, quand après le break à 2min25, tout explose, c’est le bonheur absolu, les anges qui déboulent sur le dance-floor pour tabasser tout ce qui bouge. Ce Great Ideas, cela te donne envie de danser, de pleurer, de courir les cheveux au vent dans une ville à 3 heures du mat’. Cela se classe sans forcer dans les classiques UK Garage émo, juste à coté d’un Fukushima de Phon.O ou d’un Talisman de Clubroot. Diamant.






Lorn – Hope you’ll stay

Après avoir sorti l’un des meilleurs albums de 2018 (voir des années 2010), Lorn a sorti en catimini une belle fournée de rares & inédits. 30 morceaux datant parfois de plus de dix ans, entre esquisses non terminées, boucles crasseuses et bombinettes oubliées (Suicide Note, incroyable, qui aurait pu être facilement un single de ses anciens LPs). Evidemment, tout n’est pas à retenir, et de qualité parfois inégale, mais on trouve bon nombre de trésors Lornien dans ce bordel. Au milieu des steppes désolés, un court morceau beau à pleurer, tranchant avec le reste : Hope You’ll Stay, lancinante complainte seulement habitée par une voix à l’agonie, et une guitare en décomposition. Le chant mute, s’affaisse, se casse, se transforme, prend vie de façon aléatoire avant qu’un troisième élément apparaisse, juste le temps de quelques secondes, note stridente qui fini de t’écraser le cœur à coup de talons. Lorn vient d’inventer la pop des années 2050, quand le monde entier aura basculé dans le cannibalisme de masse, pour une population terrienne au cerveau fondu par le réchauffement climatique.






4rd – Controversial Vid Track

Ce n’est surement qu’une impression, mais entre le retour de Bogdan Raczynski, de DMX Crew ou l’ouverture du label Billegal Beats, une petite résurgence de l’IDM se fait sentir. Mais pendant que les barons de l’electronica s’octroient de longues vacances pénards entre deux disques, les petites mains et fans s’affairent et continuent de faire vivre la tradition des morceaux glitchés hypersensibles.
Dans le lot, 4rd, qui vient de sortir son LP Box Driver, est en plein dedans. Entre fan service pleinement assumé (jusqu’au titres des morceaux, comme Spruce St -> S St Bridge ou Lettuce Vibe Controversy) et artiste à part entière, l’américain balance des morceaux qui n’auraient pas fait pâle figure sur un Rephlex d’antan. En point d’orgue, Controversial Vid Track, merveille d’electronica cristalline mélancolique, aux rythmes claudicants et synthés beaux comme la nuit. Cela coule de source, cela se déplie avec une tristesse presque timide, avant de laisser échapper sur la deuxième moitié du morceau une mélodie qui va te coller une jolie colonie de papillons dans le ventre. Aucune révolution, mais parfait pour entretenir le spleen de tes longues nuits d’insomnies.






Yaporigami – We Dance Alone

Sorti de nul part, c’est le Japonais Yaporigami, qui délaisse sa techno ambiant 100% sombre pour album pur electronica Warp/Planet Mu de la grande époque, à lacher des rythmes qui se nécrosent à n’en plus finir, sur mélodies tentant de survivre au milieu du chaos. Tout comme 4rd, on sent que le tout est clairement référencé, et difficile de ne pas penser à du Autechre ou Venetian Snares sur certains essais.
Pourtant, les frissons sont là, comme sur le morceau titre We Dance Alone, parfaite track electronica fragile se transformant peu à peu en cavalcade héroïque. Derrière les rythmes âpres et violents, on découvre rapidement des synthés fragiles qui foutent la frousse et n’en finissent plus de monter. Mais le vrai choc, c’est cette mélodie aliéné toute droit sortie d’un Oversteps/Move of Ten d’Autechre (c’est le même matos, pas possible autrement), qui va mener la danse pendant tout le morceaux, à rebondir sur le chaos rythmique sans jamais discontinuer. Quand les synthés du départ viennent épauler le tout (vers 1min57) c’est beau à chialer, perfection atteinte.
Le reste de l’album est presque du même acabit, indispensable pour tout tympans en manque d’électronica lumineuse et explosée.






Modeselektor – WMF Love Song

Je n’y ai pas cru, au retour des Allemands. Et pourtant, on avait besoin de revoir Modeselektor sur le devant de la scène, avec le fun et le kitsch indéboulonnables de leurs morceaux. Ce chaos jouissif aux synthés gras, on le voyait peu à peu disparaître des productions Moderat (et définitivement mort et enterré sur l’Apparat à venir semble t’il, qui a l’air aussi fun qu’une porte qui grince).
L’album, concentré sur 8 titres, n’invente strictement rien, n’a aucune prétention d’être un grand disque, mais est une vraie réussite, entre le tube fou Who avec Tommy Cash, l’intro 8bit toute belle One United Power, la mandale Prügelknabe ou le superbe Wake Me Up When It’s Over et ses synthés cathédrales / chair de poule.
Mais le vrai tour de force du LP, c’est ce WMF Love Song, rouleau compresseur ahurissant, à provoquer des émeutes dans n’importe quel club du monde. C’est trop dur, trop fort, trop orgasmique, bombe qui n’explosera jamais totalement, Techno bourrine aux claviers mirifiques, qui te brutalise non stop tout en restant beau à en crever. Ce truc est tellement massif, tellement motivant qu’il me donnerait presque envie de m’inscrire dans une salle de sport huppées, pour soulever des haltères en écoutant ce son à fond, jusqu’à ce que mes muscles se désintègrent dans une gerbe de sang et aillent repeindre les cartes d’abonnements à 90euros par mois.






Young Coco – Motto

La vague trap agressive x soundcloud US actuelle a évidemment salement choquée les MC Japonais, et l’on ne compte plus des mecs voulant sonner comme XXX ou Takeshi69 (qui serait passé inaperçu à Shibuya d’ailleurs).
Mais Young Coco ne veut pas juste faire le féroce sur un beat galeux. Alors il va foutre les potards à fond dans le rouge, pour hurler encore plus fort qu’un punk en montée de speed, qui vient de voir son gosse se faire percuter par une voiture. Même Daniel Hernandes n’a pas poussé le vice aussi loin dans la rage aveugle, avec une prod encore plus violente qu’un métro sur frein d’urgence.
Le mec ferait passer Siboy pour un chanteur de comptines à l’école maternelle de Lisieux, pour un morceau passera crème pendant ta lune de miel. Dans la musique, aujourd’hui, plus rien n’a de sens.






Lotic – Hunted

Impossible de t’endormir, tu tournes et te retournes dans ton lit, à chercher sans espoir le moment où ton cerveau s’éteindra enfin. Mais laminé par les somnifères et la peur de ne justement pas trouver le sommeil, ton ciboulot déconne et commence à entendre des voix, qui te susurrent des phrases inintelligibles. Tu as des vieilles mélodies de morceaux entendus ces derniers jours qui s’entrechoquent dans ta tête, pour créer un malaise étrangement réconfortant. Hunted de Lotic, c’est un peu la même chose. Un mec qui te souffle de l’angoisse sur une mélodie belle à pleurer, saccagé par des battements de cœur tribaux, et une cassure cauchemardesque dans le dernier tiers. C’est le tube radio démoli, tuberculeux, vicié. Mais c’est surtout une mandale fière, assurée, nous crachant son âme en pleine gueule.






INSTAGRAM

FACEBOOK





Dat’

Lotic

  • Share/Bookmark
Tags: , , , , , , , , , , , ,
  1. El_Kobe Says:

    Tu refais ma soirée ! encore une excellente selection j’étais en manque de bonne electronica et là c’est la teuf, merci !
    Le dernier morceau est assez ouf, les voix du début chuchotées m’ont direct fait penser à une track magnifique de Two Left Ears https://www.youtube.com/watch?v=RlvZeG1Cgig y’a moyen que ça te plaise :)

  2. Dat' Says:

    Ah mec j’adorais Two Left Ears il y a un moment.
    Tu trouveras meme un vieil article sur le morceau que tu cites dans les chros autos, genre en 2011 ou 2012!

  3. El_Kobe Says:

    Nice je vais checker ça !

  4. SunRicq Says:

    Bordel… Lorn la claque…..

    Dat’ tu connais l’album Chansons de gestes de Hecq ? un dark ambient poussiéreux… d’une mélancolie infinie… https://www.youtube.com/watch?v=6ZPcx55yM2c

  5. Dat' Says:

    J’ai beaucoup écouté de Hecq, mais pas cet album! Je vais checker ça plus longuement, ça a l’air beau sur les 15 min que je viens d’écouter la.
    Merci!

Leave a Reply