Tha Blue Herb – Sell Our Soul



From Sapporo To Everywhere







On tâtonne. On découvre petit à petit. Dj Krush, en élément fondamental du hip-hop Japonais, on le sait depuis longtemps. Surtout qu’il est déjà aidé par un statut d’incontournable au niveau international. Mais quand on est littéralement béat devant le travail d’un musicien, on s’interroge forcément sur son entourage, sur les apparitions qui parsèment ses albums. Alors on tend l’oreille. Et l’on entend un petit gars sur Code4109 et Zen. Qui impressionne. Avec une diction, en japonais, qui fascine. On est complètement hermétique au sens de ses mots, et pourtant chaque syllabe semble résonner au plus profond de notre âme, sautillant sur chaque son, chaque changement de rythme. Ce mec, « Ill-Bosstino », est directement issu de son groupe, Tha Blue Herb complété par « O.N.O », producteur de génie. (Et récemment enrichi d’un troisième larron, Dj Dye).

Auteur de 3 albums (et un quatrième en préparation), un label avec une démarche et une identité indépendante assumée voir exacerbée, le groupe crie haut et fort venir tout droit de Sapporo et non de Tokyo, étant fier de montrer qu’il y a une alternative évidente à la musique sortant obligatoirement de la capitale. Sell Our Soul ? Une pierre angulaire dans le Hip-hop Japonais, et un album unique pour moi.











Tha Blue Herb fait tout avec son label, et le fait bien : superbe packaging cartonné épais, aux photos sobres et classieuses, avec un livret comprenant lyrics en Kanji et anglais.
Tout pour nous aider à pénétrer dans l’univers dense de Tha Blue Herb.

Et des l’écoute de Shine On You Crazy Diamond, on sent que le groupe va avoir peu d’équivalent. Sorte d’incantation lointaine comme un petit groupe de personne chantant et claquant dans leurs mains au coin d’un feu, cette scénette va s’étendre sur 2 minutes, avant de se faire littéralement balayer par une instrue rêche, métallique et rampante, comme si une parabole tournait autour de votre tête, permettant au MC de poser les bases du disque d’une façon bien énergique. Car dès ce titre, on sent que l’ambiance ne va pas être à la rigolade. L’univers sera sombre, âpre, électronique, s’autorisant toutes les incartades dans l’expérimental et le Hip-hop convulsé. La preuve nous est fournie des le deuxième titre, The Plan Of Splitting The World In Two (Bon ok cela doit mieux le faire en jap) et son instrue complètement concassée, broyée, oscillant entre claquement indus, nappes inquiétantes et instruments traditionnels non indentifiables. Impossible à dompter pour le commun des mortels. Mais la langue japonaise à la chance d’être faite pour le Hip-hop. Le flow haché d’Ill-bosstino/Boss the Mc sied à merveille au titre, saisissant chaque aspérité, chaque convulsion (dé)construite par O.N.O sans jamais se dépareiller de son ton grave et soutenu. L’atmosphère est étouffante, certes, mais tout aussi fascinante par sa densité.

A dire vrai, celle qui impressionnera réellement, survolant le début de l’album, c’est Hitokiri (Mainkillers) : Beats roulants comme des pierres dévalant une colline, tapis rocailleux pour un flow du même acabit, profitant de chaque interstice pour nous foutre une claque. Mais c’est une nappe de synthé, discrète, fragile, sur le fil, qui illumine le tout. Elle porte le morceau, tente de le prendre à bras le corps pour s’envoler vers le ciel, avant de s’éteindre et faire retomber violemment ce dernier dans l’âpreté des premiers instants. Elle s’y reprendra à plusieurs fois, sans jamais réellement y parvenir, mais chaque tentative flirte avec le superbe. Comme si l’on écoutait la bande son d’une fillette courant dans des rues crades et mortes au beau milieu de la nuit.







La nuit, la rue. C’est le thème principal de l’incontournable, ou plutôt du monument, par sa densité comme par sa taille, (15 minutes) de 路上 (On The Street).
Ce morceau se détache de toute contrainte. C’est une histoire, un poème. On nous compte, en s’approchant du Spoken Word, comment un homme va mourir à la fin de la nuit.
According to karma, I’ll die by mistaken identity (en japonais dans le texte)

Une histoire que l’on va ressentir, toucher, voir, tant l’habillage sonore y est taillé à la serpe, palpable, lourd, colossal et surtout écrasant. On démarre sur un simple discours, qui va petit à petit se voir accompagner d’une rythmique épaisse, encore une fois déstructuré, mais en retrait. Un instrument traditionnel japonais, (shamisen ?) complètement démantibulé de sa quintessence d’origine, essai tant bien que mal de tituber en suivant le tout. Et l’histoire se déroule. On ne comprend rien, mais on se laisse emporter par le récit. On se perd, on ferme les yeux. On pénètre au plus profond de la diction d’Ill-bosstino. C’est fascinant. Il arrive que l’allocution fleuve soit interrompue par une incantation lointaine, semblable à une plainte emplie de tristesse, de désespoir, voir de total renoncement. Comme si un vieillard contemplait un corps gisant sur un trottoir, sous la pluie, les bras ballants, en chantant faiblement, pour rendre hommage. Parfois le morceau s’emballe, le compteur s’enflamme, l’instrue se soulève. Le tout avec une grande retenue. Mais surtout, principal effet du long quart d’heure servi ici, on perd toute notion du temps. Le langage nous est inconnu, la rythmique est hypnotisant. 7 minutes? 10 minutes ? La question ne se pose plus. On marche dans une impasse entre prostitués, dealers, sans abris et rats filant se cacher sous les poubelles en entendant vos pas. Les réverbères peinent à éclairer notre chemin. On imagine son propre film. Sans prévenir, des japonais se mettent à invectiver en votre direction. Voitures au loin. Coups de feu. Il ne reste plus rien, à part ce petit vieux qui balance sa complainte, rapidement rejoint par un autre, au chant plus appuyé, moins désintéressé, moins désespéré… Ce morceau, c’est un court métrage musical. On s’en fout de ne rien comprendre. On se laisse juste embarquer dans cette histoire, semblant être dictée pour nos errements nocturnes. Le texte en lui-même ? Il suffit de lire le livret, la traduction parle, dans les grandes lignes, d’une sombre histoire de deal dans un quartier en perdition, d’une spirale vers la mort. Tous les détails sont décrits, lire le texte en revient aussi à se forger des images sans faire d’effort. Mais au final, a-t-on besoin d’une traduction ? Le morceau se suffit à lui-même, tant le tout est magistral, stupéfiant. Evidemment, il demandera ses conditions pour être apprécié. Au casque, dans son lit ou en marchant au milieu de la nuit, le résultat touchera mille fois plus qu’en fond sonore à son travail ou sur son ordinateur en prospectant sur e-bay.
Il faut être prêt à s’investir, et surtout à se perdre, à s’abandonner.








Hors de cette fresque, on continue le voyage dans le Hip-hop expérimental défoncé avec S.S.B, ou le Mc n’a visiblement pas envie d’arrêter de fumer de l’herbe, ou l’excellent Still Standing In the Bog, qui sous couvert de ses ambiances japonaises, nous pilonne la tête avec des beats méchamment appuyés, en changement continuel de structure, permettant au phrasé d’impressionner encore une fois par sa capacité d’adaptation presque mutante. La séance de scratch permettra d’enfoncer le tout, avant des chants en choeurs rappelant l’ouverture de l’album, pour un morceau en béton armé.







Mais je parlais plus haut de se laisser à l’abandon sur certains morceaux. Smile With Tears est de ceux là. Voir LE morceau de l’album. Il prend les entrailles, immédiatement. Cette instrue lourde, métallique comme jamais, qui se fracasse sur vos oreilles comme des vagues sur un rochet. Elle s’enroule, se concasse, se broie directement dans votre tête. Et ce synthé, frêle, timide, qui tente de survivre au milieu de cette ambiance suffocante. Rien d’impressionnant, ni de tape à l’oeil. Mais tout se tient magistralement, avec une classe et une précision remarquable. Un bijou de construction sombre et sans rémission. Deux notes de piano, le Mc arrive. Le ton est grave, profond. Encore une fois, on ne saisi pas une seconde le contenu des mots. Et pourtant tout est clair. On ressent, on en est sur, il parle de quelque chose de terriblement triste. Le sujet ? Impossible à savoir sur l’instant. Pourtant, à la première écoute, cette piste m’a broyé l’échine. On sent une solitude, un désespoir perler de tout ça. Le clavier rachitique, se soulève par moment, et quand la voix se tait, une sorte de choeur fantomatique se montre en arrière plan, comme pour habiter le tout avec une aura encore plus funeste. Le texte, on ne veut pas le lire en anglais, on ne veut pas que notre interprétation soit biaisée par une traduction quelconque. Pour l’anecdote, une connaissance japonaise m’avait confié que ces lyrics étaient « intraduisibles, car trop réalistes, désabusés » Les mots sont cherchés, mais aucun ne convient. Ils n’ont pas assez de poids, de force. Le japonais à son vocabulaire que l’anglais, ou le français, n’a pas, et vice versa. Alors on laisse cette piste dans son écrin, et on la subit comme telle. On se prend un coup dans le ventre, et l’on se laisse étrangler par le morceau. Une sensation d’étranglement, c’est tout à fait ça. Quand Ill-bosstino appuie chacune de ses fins de phrases, on a l’impression qu’il nous assène une vérité en pleine gueule, qu’il veut nous arracher les larmes, nous remettre les idées en place. On parle d’un déchirement, quel qu’il soit. Puis l’homme se retire, sobrement, nous laissant méditer sur le fracas discret des machines d’O.N.O. Ce morceau est absolument magistral.
Vous allez tomber dessus, et ne pas l’apprécier, voir pire, le trouver banal ? J’en ai strictement rien à foutre. Il m’a arraché le coeur, les tripes, j’en serais presque jaloux que cela en soit de même pour tout le monde.









A dire vrai, on pourrait en pondre un livre sur ce disque, il vaut mieux se brider et arrêter là.
Reste un disque de Hip-hop unique, dans la forme comme dans le fond, avec des textures sonores qui s’éloignent des schémas traditionnels plus que de raison.
Le travail d’O.N.O aux machines est remarquable, et permet au MC, à l’aplomb fascinant, de tisser ses toiles d’ambiances, ses images noires et torturées.

Pour se faire une idée, ce disque pourrait être placé à coté du Psykick Lyrikah ou d’Abstrackt Keal Agram, ou le « Labor Days » d’Aesop Rock en plus expérimental, moins direct, et en Japonais évidemment.

Mais il est difficile au final, de trouver un équivalent direct à ce groupe, qui pond, avec Sell Our Soul un des disques de Hip-hop les plus singuliers qu’il m’ait été donné d’entendre, dans le rap japonais comme international.




Mais plus que singulier, ce disque est un vrai diamant, un album incroyable, toujours en haut de ma pile de disque.









12 Titres – Tha Blue Herb Recordings
Dat’





  • Share/Bookmark
  1. wony, visiteur Says:

    salut! je suis nouveau sur ton blog et ca me pose un gros problème.

    t’as vraiment une manière de décrire les Cd que j’en ai déjà rajouté 6 à ma liste de son à acheter.

    rien ne va plus rien ne va plus rien ne va plu

  2. wony, visiteur Says:

    sais tu comment on peux se procurer ce disc?? je n’y arrive pas!!!

  3. Dat' Says:

    mmm Essai Amazon.com ou .jp

    Sinon commande chez un disquaire indépendant…

  4. Atarô, visiteur Says:

    Belle chronique pour un fort bel album, j’ai justement passé la soirée d’hier avec Boss et Ono pour fêter la sortie de leur nouvel opus “Life story”. A mon avis, tu vas adorer, il est encore mieux que les précédents, c’est dire.
    Je te laisse un lien vers mon blog, il y a peut-être 2 ou 3 trucs qui t’intéresseront.
    Bonne continuation
    http://inton.over-blog.com/categorie-764189.html

  5. aynn Says:

    3 ans apres mais, je suis retombé par “hasard” sur cet album récemment, j’ai reprise une claque démentielle avec Smile with Tears. Au point que c’est peut etre bien le morceau qui me touche le plus (meme si j’en comprends encore qu’ a peine le 1/4 des paroles). L’instrumental est une perle; o.n.o a un vrai don 😉
    quel groupe ….

  6. Dat' Says:

    Ben c’est simple, pour moi, Smile With Tears est le plus beau morceau du Hiphop japonais…!
    C’est marrant que tu en parles aujourdhui d’ailleurs… Stay tuned cette semaine sur le site ahah.

  7. DORM Says:

    j’ai découvert cet album en 2002 (histoire assez folle, mon poto de graff, compositeur kaisen kanban qui était dans le même délire musical, dj krush, dj clock..et qui était bien sûr un grand admirateur de leur travail leur avait écrit par mail via leur site pour leur dire, en anglais bien sûr qu’il adorait leur univers, en se référant aux deux premiers albums etc…et Ils ont répondu, mc the boss ou ONO aucune idée, en lui demandant son adresse postale (avignon à l’époque), et à sa grande surprise quelques temps après il a reçu un carton avec une cinquantaine d’albums “sell our soul” et la même quantité du maxi “front act cd”. un peu paniqué il leur a écrit de suite pour leur dire qu’il y avait erreur, qu’il n’était pas un distrib.. ils lui ont rep que c’était un cadeau, qu’il en file à ses potes en France… ce qui m’a valu d’avoir les 2 en double , l’album et le maxi, au cas ou… :) trop content sur le moment car introuvables sur le continent à l’époque.
    tout ça pour dire que ces mecs en + d’être intègres artistiquement ont tout compris, ça fait plaisir de voir que sur ce continent lointain le hiphop est encore ce qu’il était à l’époque d’or, pur, non contaminé.

  8. Dat' Says:

    Alors là, pour le coup, c’est une excellente anecdote… Merci pour ton commentaire. J’envie ton pote et en même temps, technique ultra intelligente de TBH !

    Merde moi quand je leur avais ecris un mail, j’avais rien reçu ahaha

    dat’

  9. Karolyn Says:

    So generally to successfully treat acne on the indication stage you want
    to eradicate as much of the stated actions inside the creation of acne.

    my blog post natural acne remedies for adults (Jane)

  10. cerita porno indonesia Says:

    It’s wonderful that you are getting ideas from this article as well as from our dialogue made at this place.

  11. www.facebook.com Says:

    They should not let this addicting games control themselves,
    it should start between them. You can also contract out the work from offshore companies to get a new application in a very less sum.
    You can surely buy puzzle games in order to acquire numerous benefits.

  12. Felipe Says:

    Tɦis piece off writing wіll hel tҺᥱ іntегnet реⲟρⅼе
    fог cгeаfіng neա ᴡеƅ ѕіtе
    ߋг еνеn a blοg
    fгom ѕtɑгt tߋ еnd.

    Alѕⲟ ᴠiѕit
    mү ѡеbsіtе;
    Ԁгаinaցе ϲoνег (Felipe)

  13. hypnotiser quelqu un Says:

    Pretty component to content. I simply stumbled upon your weblog and in accession capital to claim that I get actually enjoyed account
    your weblog posts. Any way I will be subscribing for your augment or even I
    achievement you get entry to consistently quickly.

    Check out my webpage – hypnotiser quelqu un

  14. Pure Garcinia Elite weight management supplement Says:

    Highly descriptive blog, I loved that bit. Will there be a part 2?

  15. Eric Gibson Music Says:

    Eric Gibson is an Austin, TX recording artist who writes,
    performs and produces his own unique brand of Alternative music.
    Eric was born in Richmond, VA, and raised in the mean streets of Gainesville, FL.
    He has been playing guitar, a variety of stringed instruments and keyboard since the early 90’s.
    He has performed music, theatrical poetry readings, and performance art in venues all over
    Florida, DC, and Virginia. His first exposure to
    Alternative music was when he was 13 after his parents gave him the Pixies album Bossanova they had gotten off of a subscription service.

    They had given it to him as a means of discarding it, but after hearing this
    strange new music Eric immediately decided he wanted to play guitar.

    After pleading with his parents they purchased a 30
    dollar acoustic guitar at an Art Festival. When he had proven his natural ability, eagerness and
    willingness to learn he was given an electric guitar for Christmas the following year.
    He still uses the same guitar to record to this day.

  16. http://sgfx.co/getmyinstagramfollowers813646 Says:

    That is when you are most likely to get the finest number of remarks and likes on your images.

    my blog: 1000 free instagram followers coc hack no survey no download (http://sgfx.co/getmyinstagramfollowers813646)

  17. Gerald Says:

    In fact everyone is going to say their Bongs on the market are the perfect around, however,
    Grav Labs backs their declare with stable information.

  18. http://www.alsoretiegyesulet.hu/aktualis/phpinfo.php?a=ahrefhttpIs.gdclashofclanshackandroid820431100workingclashofclanshackusingexploitswhichfeaturesunlimitedgoldhackunlimitedelixirhackunlimitedgemshackclashofclansifileandmorea Says:

    Taking part in Clash of Clans is a check on how
    you can defend your territory by the upgraded enemy who want to crush you.

    Look at my weblog clash of clans hack tool no survey 2013 password – http://www.alsoretiegyesulet.hu/aktualis/phpinfo.php?a%5B%5D=%3Ca%20href%3Dhttp%3A%2F%2FIs.gd%2Fclashofclanshackandroid820431%3E100%25%20working%20clash%20of%20clans%20hack%20using%20exploits%20which%20features%20unlimited%20gold%20hack%3B%20unlimited%20elixir%20hack%3B%20unlimited%20gems%20hack%3B%20clash%20of%20clans%20ifile%20and%20more%3C%2Fa%3E

  19. tinylink.in Says:

    As pointed out above, website load time is an element and
    the 2 optimal tools I have used to lower image file sizes are Adobe
    Photoshop and Adobe Fireworks – undoubtedly Fireworks did the a little much better job,
    even though it was just a couple of kilobytes.

  20. Alejandro Isturiz Chiesa Says:

    Τɦat mіցҺt haѵе Ƅеᥱn ɑ tгіƄutе tо Ѕtеνе Mс – Ԛuеen аnd tɦe mⲟνіᥱ Bullitt.

    Tһіѕ ɑгtіϲⅼe wіⅼⅼ aѕѕіѕt уoս tto cоре ԝіth ɑny кіnd оοf
    teгm ρаρегѕ аnd еѕѕaүs ɑnd tο ɡеt an A.
    Hег fгіеnd һігᥱѕ Һeг fοг mⲟrᥱ
    woгκ, ԝіtɦ
    mߋге mօnnеy іnvоlνᥱԁ and Ѕarаɦ can not гeѕiѕt.

    Lοօқ іntߋ my ѡᥱЬ ѕіtе
    Alejandro Isturiz Chiesa

  21. NBDcHYW Says:

    17031 51970Interesting post. Ill be sticking around to hear much more from you guys. Thanks! 478401

  22. paintless dent removal training Says:

    767728 179555Good to be visiting your blog once far more, it continues to be months for me. Nicely this post that ive been waited for so lengthy. I want this write-up to total my assignment within the university, and it has same subject together with your post. Thanks, terrific share. 553911

  23. Iq engineer X Says:

    286950 596944I discovered your blog web site internet web site on the internet and appearance some of your early posts. Continue to maintain inside the excellent operate. I just now additional increase your Rss to my MSN News Reader. Seeking toward reading far much more from you obtaining out at a later date! 894916

  24. persyaratan calon cpns 2018 Says:

    282085 917358I dont agree with this specific article. Nevertheless, I did researched in Google and Ive discovered out which you are correct and I had been thinking in the incorrect way. Continue producing quality material comparable to this. 343862

  25. informática lisboa Says:

    560509 855592Real instructive and wonderful anatomical structure of articles , now thats user pleasant (:. 622036

  26. balenciaga shoes Says:

    I wanted to compose you a tiny remark to be able to thank you very much as before over the pretty guidelines you’ve contributed in this article. It’s quite shockingly generous with people like you to convey publicly all most people could possibly have offered as an e book in order to make some profit for themselves, most notably seeing that you could have tried it if you considered necessary. Those tips in addition served to become a easy way to recognize that most people have the identical dreams much like my personal own to know significantly more regarding this condition. I am sure there are thousands of more fun opportunities ahead for folks who scan your blog.
    balenciaga shoes http://www.balenciagashoes.us.com

Leave a Reply