Clark – Turning Dragon



Ceramic is the Bomb





Clark. Apres un Body Riddle absolument fabuleux, j’attendais ce nouveau disque comme le messie. Body Riddle , outre une beauté et une force à couper le souffle, dégageait une vraie perfection sonore d’un point de vue strictement technique, séparant d’un gouffre ce disque avec toutes les précédentes sorties dans la musique électronique. (Voir musique tout court). A vous dégoûter de passer des heures à travailler la texture d’un son, d’une nappe, d’un rythme. Ecouter Body Riddle , c’est comme prendre des cours de production, mais avec les yeux embués de larme vu le sublime du tout.

A successeur annoncé, prières déclamées, Ep retourné. Le Throttle Promoter a étonné. Résolument dancefloor, avec une couleur presque cheesy, il désarçonne. Dérange. Mais on s’y fait, pour deux raisons : Des pistes ultra bien foutues. Mais surtout une signature sonore toujours présente, avec des basses et une profondeur de champs absolument énormes. Mais un tout assez anecdotique au final, surtout comparé à ces anciens travaux.

Alors la nouvelle livraison arpente t’elle le même chemin que cette mise en bouche ?

Aucunement. Car si Turning Dragon tabasse dur, il va le faire avec une noirceur, une puissance et une dimension plus qu’inattendue.













Les artworks du disque ne vont pas faire dans la dentelle. Apres vous avoir arraché le coeur, Clark va vous déchirer les oreilles. Et en montre la bonne marche façon Van Gogh, en se sectionnant ces dernieres avec un sécateur. Ce qui ne donnera pas vraiment d’explication à la créature de la cover, qui est inspirée des dessins de Dope Pope pour l’artbook Metalman project. Excepté un semblant de malaise.









Vous arracher les oreilles. Dès les premiers secondes. Le titre ouvrant le disque, New Year Storm est gigantesque. Un rythme martial. Colossal. Etouffant. Un vrai coup de poing en pleine face. A peine a-t-on retrouvé ses esprits que Clark pousse le vice de rendre le tout encore plus puissant. Un vrai attentat sonore. A la première écoute, on imagine simplement qu’un boeing s’écrase sur notre tête. Que l’objectif n’est ici que de nous retourner comme une merde, de nous exploser en mille morceaux. Mais il est évident que ce petit génie des textures nous réservait quelque chose de plus subtile. Apres avoir encaissé le choc, en se penchant un minimum sur la construction de cette violation de notre intimité sonore, on se rend compte de la complexité du titre. Tout est fait dans la superposition de textures, de saturations. Le pied, ultra-massif, balaye tout sur son passage, mais cache une forêt de crissements qui balayent l’espace d’une façon plus qu’affolante. Alors que l’on saute déjà de tous les cotés en se cassant les vertèbres contre nos murs, Chris Clark décide de faire muter le rythme techno en Hip-hop protéiforme, hésitant à repartir de plus belle devant ce lit de synthés sombrant de plus en plus sur des notes mélancoliques, avant de s’abandonner dans un torrent de mélancolie et de retenue. Sur Body Riddle , Clark faisait pleurer ses morceaux avant de les faire plonger dans le chaos. Ici la démarche est contraire. On commence dans une Free-party, on fini en sanglots dans les égouts.
Ce titre est écrasant, d’une violence, d’une frénésie et d’une beauté rare. Ecouter New Year Storm, c’est se complaire dans la perversité d’un Windowlicker d’Aphex Twin sodomisé par un Manu le Malin, devenu fou après une écoute intensive de Rollin&Scratchin’ des Daft Punk. Je vous jure, je n’avais pas eu une telle envie de faire trembler mon immeuble depuis un bail. Quand au sempiternel couplet sur la profondeur du son de Chris Clark, il est inévitable ici. La puissance du tout est absolument dantesque. A vous faire sentir le “souffle” à l’autre bout de votre pièce. Même les morceaux de mecs comme Das Glow semblent avoir été enregistrés en mono sur un I-pod première génération à coté de cet ouragan.

Et même si le terme de ce premier titre s’enlise dans une noirceur dépressive, on entend pointer en sa toute fin un semblant d’ambiance délurée, d’une ivresse collective. Comme quand vous vous retrouvez, ivre mort, le nez dans les poubelles d’un club qui vient de vous éjecter manu militari. En tentant de s’affranchir d’une brume alcoolisée épaisse comme trois murs, on perçoit d’une façon ultra étouffée les basses, les cris, les synthés stridents s’échapper de l’interieur de l’établissement. Alors on prend son courage à deux mains, on se lève tant bien que mal, on se fraie un chemin entre deux videurs à l’ouest et on accède une nouvelle fois au saint graal dancefloor : Les portes s’ouvrent, les lumières éblouissent des pupilles déjà bien dilatées, le deuxième titre s’enchaîne directement, la musique vous saute à la gueule. C’est Volca Veins, espèce de tube défoncé, à la rythmique Trance / Jungle folle, épileptique, chapeauté par une voix putassiere qui distille des paroles difficilement intelligibles, à base de “Ooooh baaaby” “I hooope you machin love” et autre “Feel craaazyyy”. Ok, Clark fait de la Dance/Rave de fin du monde, en se permettant de rajouter des sirènes, des lasers et des “Piou Piouuuuu” pour bien enfoncer le clou. Jouissif comme jamais. Evidemment, la fin va encore se nécroser sur elle-même et s’éteindre dans une ligne sourde et grésillante.









Loin d’être sur les rotules, Clark donne l’impression de convier Mr Oizo sur le complètement barré Truncation Horn. On se croirait presque dans Moustache (Half a Scissor) avec ce beat concassé, semblant bugger, déraper, foirer sur certaines mesures, chapeautant des voix hachées dans tout les sens. Mais la comparaison ne tiendrait pas une seconde si il n’y avait pas le Mojo funky de Oizo, concrétisé ici par une nappe synthétique affolante, agressive, sortant des enfers. Monstrueux.
Tout clubber ravagé jusqu’à la moelle creve un jour ou l’autre. La musique se fait plus dure, on flirte avec la Techno minimal et sombre. Les basses sont sèches, les zébrures métalliques fusent. L’orientation est toujours aussi rentre dedans, mais le titre For Wolves Crew hésite, malade, nauséeux, entre la techno de cave et l’oppression complète. Si l’on démarre sur les chapeaux de roue, attaqué encore de plein fouet par un rythme bourrinant les tympans, on perd rapidement la raison, on tressaute assailli par les beats lentement effacés par de longues plages planantes et sublimes. On est rapidement transporté dans l’univers cotonneux de Boards Of Canada avec ces nappes discordantes, qui montent, nous enveloppent, rendent le rythme secondaire, effacé, presque inutile. Les saturations, impressionnantes, tentent encore de vous réveiller, de vous tirer de ce songe dissonant, sans succès. On se laisse happer, petit à petit, dans une longue chute semblant aléatoire, nous offrant des paysages complètement différents à chaque clignement de paupières, devenues plombs avec l’abus de psychotropes.
Violenl tente le dernier sursaut, le spasme final d’un début de disque ultra agité, mais cale au beau milieu de sa cavalcade crasseuse, avec ce martèlement presque indus qui va se faire avaler peu à peu par des synthés paraboliques, au goût très Autechre, façon sanglots d’androïdes survivant au chaos.










Oui, ces deux titres impriment une vraie rupture au sein d’un disque qui va replonger dans les teintes plus évasives et pétries d’émotions de Body Riddle . Et le titre qui représente au mieux cette volte-face est bien le mirifique Arch Of The North. D’une beauté pétrifiante.
L’amorce du titre est pourtant assez effarante, vous plongeant dans un véritable tunnel à une vitesse folle, avec ce son pesant et presque imperceptible, comme le bruit du vent pour seul témoin d’immensité d’une plaine désertée… Dans ce tunnel défile des zébrures de synthés, fantomatiques, tonitruants, parasités par la dimension de l’écrin.
Comme écouter un live avec les oreilles enfoncées dans du ciment. Ne percevoir qu’un brouhaha incessant, percé de stridences versatiles. Apres une brève incursion Acid, le titre va basculer sur une mélodie sublime. Un synthé cristallin, qui chiale et qui vous fais chialer avec lui. Qui vous arrache les tripes à pleines mains afin de sécher ses sanglots. Gémissements divins. Le tunnel se transforme en gouffre insondable. Avec pour seul compagnon de chute, une détresse, une mélancolie impossible à déchiffrer. Ca vous prend la gorge, et cela ne vous lâche qu’au moment ou votre corps gît inanimé, disloqué au fond du trou. L’un des tout meilleurs titres de Clark. Difficile d’en dire plus.








Il essaiera bien de nous amuser, nous rassurer avec Hot May Slides, son beat syncopé et sa petite mélopée guillerette, mais rien à faire, le morceau va encore s’échouer sur des nappes lugubres, fragiles, arpentées par des coups sourds. Mercy Sines, c’est aussi de la mélodie avant tout. Ce sont des nappes décharnées qui tournent à n’en plus finir, saccagées par un rythme ramassé, sale. Qui se muent en voix, en complainte, avant de repartir dans de subtils carillons.

Le fétard torturé des premières heures est en train de errer dans des rues crades, le visage trempé par les larmes. A la recherche d’un semblant de lumière. Un vrai bad-trip. Il va trouver son salut avec Beg. Comme un dernier sursaut d’orgueil. Il se jette corps et âme dans cette cavalcade Rave dantesque, avec cette introduction de fou furieux. Une vraie salve pour psychotique. Un mur de claviers ultra agressifs, un rythme hardcore, le sol tremble. Mais la fureur est factice. Elle se mortifie encore, devient pale, assourdie. Elle se perd dans les échos. Elle s’efface même devant une mélodie tristounne, fluette, presque trop candide comparé au viol sonore la précédant.

Dernière marche, dernier rempart, Penultimate Persian. On ne se cache plus. On balance la machine, les synthés les plus beaux que l’on a en stock. On pense irrémédiablement à la série Analord d’Aphex Twin. Par ce que c’est trop beau. Trop puissant. Trop maîtrisé. C’est la pop song électro parfaite. Le truc trop bizarre pour être apprécié, et trop évident pour être ignoré. Quand au clavier débarquant sans prévenir vers 2minutes 30, c’est le coup de grâce. Le truc qui sublime le morceau. Qui le sanctifie. La simplicité extrême jumelée avec la grandiloquence totale. Qui peut se prévaloir d’une telle conclusion pour un album de musique électronique? On est au paradis. Avec “Turning Dragon”, Clark nous a fait visiter les Raves anglaises, les rues crades, les gouffres puant la mort, et nous envoie ici directement au septième ciel pour méditer sur tout ça. A crever de bonheur.











Allez. J’ai longtemps cogité sur une conclusion du genre : Quel est le meilleur des deux albums entre Body Riddle et Turning Dragon ? Le premier est tellement impressionnant d’un point de vue production, mais cette nouvelle galette marque un tel changement de cap dans la façon d’aborder la musique de Clark.

Mais on pourrait tourner des heures en rond, impossible d’en tirer une conclusion valable. Il est clair que Body Riddle ne sera toujours pas dépassé en terme de puissance et de qualité de son. Même par son propre successeur. Il a aussi une “force” émotionnelle presque unique. Mais Turning Dragon est gigantesque. Il est plus tape à l’oeil, indéniablement. Ca rutile, ça bastonne, ça crache de tout les cotés. La qualité sonore, même si elle est un peu plus en retrait, reste impressionnante. La puissance du tout est époustouflante.

Turning Dragon, c’est un peu le négatif de Body Riddle. Les deux disques explorent la même faille : Mêler chaos et beauté pure. Mais si le précédent le faisait ravagent le sublime à coup de tessitures impressionnantes, Clark va ici opter pour une recette bien plus simple. Faire exploser les structures à coup de rythmiques monumentales. Beaucoup seront désarçonnés, voir déçus, par ce choix sans compromis, et clairement inattendu au vu des précédentes livraisons. Compréhensible. Reste à s’investir, à supporter cette pluie de coup pour écouter un disque indispensable, d’une beauté et d’une violence folle.


Cette conclusion est nulle à chier. On va s’arrêter là pour énoncer une évidence :





Avec ce disque, et évidemment tous ses précédents, Chris Clark rentre dans le panthéon des plus grands compositeurs de musique électronique.















Teaser Album Sampler mp3 Part.1
Teaser Album Sampler mp3 Part.2
(Click droit / Save)








11 titres – Warp
Dat’








  • Share/Bookmark
  1. Aeneman Says:

    Wow…superbe. Et l’impatience d’avoir ce disque ne s’en fait que plus grande d’ailleurs…

    Hmm ce qui me fait penser à ce que Clark avait déclaré dans Tsugi ou Trax (je sais plus) qu’il voulait retranscrirer ces folles nuits de rave party dans un disque, il lui manquait qqch à la fin de Body Riddle (sans remettre en cause son incroyable disque) et le voilà, le Turning Dragon…

    Je crois qu’il va falloir songer à mettre Clark au pantheon de l’électro à côté des autres mastodontes que tu as déjà énoncé?
    Mais bon sang pourquoi ce genre de disques sont pas plus connus?
    Me gonfle toujours de me taper du David Guetta alors que il y a juste 1000 fois mieux quoi…
    Et une fois passé le cap Clark voilà quoi, le reste devient juste quasi transparent…

    Merci pour cette chronique une fois de plus :jap:

  2. El_pingouino Says:

    Ce disque est monstrueux, j’adore ce que fait ce mec.
    Je veux un disque, une collaboration entre Aphex Twin et Chris Clark, qu’est ce que ça pourrait être bon…

    Rhaaa merci Clark, merci Datura :-)

  3. vlad1595 Says:

    Bon j’ai pêché, mais un pote m’a proposé de me filer l’album en mp3. Je n’aurais pas accepté, s’il ne m’avait pas achevé en disant que c’était du 320kbps.

    J’ai été faible mais bon tant pis je l’achèterai quand même :nerd:

    Bref. Album écouté, je suis complètement soufflé. Abasourdi par le truc de fou qu’il vient de nous faire avec ce disque.

    La première écoute du dernier titre, Penultimate Persian, je crois que ce moment est gravé en moi à jamais là. J’étais littéralement pétrifié, pris à la gorge et aux tripes, incapable de bouger pendant que ce diamant me brisait le coeur. J’en aurais presque chialé.

    Je m’attendais évidemment à ce que l’album déchire et à tomber sur certains titres bien énormes comme il faut. Mais certainement pas à tomber sur l’un de ces morceaux qui te marquent au fer rouge, à jamais, tant ils t’ont secoué…

    Et lâcher ce monument tout à la fin, après s’être fait laminer et trainer la gueule par terre par tous les autres titres (car c’est vraiment ça, je trouve l’album très “violent”), c’est franchement salaud (et bien joué) de sa part…

    Avec tout ça je passe un peu le reste de l’album sous silence, mais vraiment c’est quelque chose. Un tout grand disque. Très loin d’être “juste” le party smasher annoncé, il va beaucoup plus loin que ça. Dans la destruction, le choatique, et de manière très violente…

  4. LordMarth Says:

    Rien à faire Body Riddle reste devant pour moi, mais tu marques un point quand tu dis reste à s’investir parce qu’à chaque nouvelle écoute j’en prend plein la gueule ^^
    Et puis y a déjà des trucs qui font date :
    new year storm est quand l’une des plus grosses claques que j’ai pris pour une ouverture de cd !!!
    Clark est devenu un incontournable, il surprend avec ce turning dragon, et en bien en plus, chapeau à ce monsieur.
    Warp peut se frotter les mains !!!

  5. Demosth Says:

    Oui, cet album désarçonne, mais il désarçonne parce qu’on a envie de l’écouter comme Body Riddle. Notre cervelle ne veut pas comprendre qu’une personne peut avoir ses deux côtés, et qu’elle puisse nous sortir une expérience sonore différente. Et quand on l’admet, on est soufflé oui, l’album nous tire par les oreilles pour nous faire trembler jusqu’à en bouger les fesses. Puis; il se déroule progressivement, et à chaque écoute on ne peut qu’adhérer.

  6. Dat' Says:

    “Oui, cet album désarçonne, mais il désarçonne parce qu’on a envie de l’écouter comme Body Riddle. Notre cervelle ne veut pas comprendre qu’une personne peut avoir ses deux côtés, et qu’elle puisse nous sortir une expérience sonore différente. Et quand on l’admet, on est soufflé oui, l’album nous tire par les oreilles pour nous faire trembler jusqu’à en bouger les fesses. “

    Extremement bien dit, c’est tout à fait ça !

    Lordmarth & Vlad1595 ==} c’est clair que le disque jouit d’une introduction et d’une conclusion assez hallucinantes, on ne pouvait pas mieux encadrer des titres d’un disque avec ces deux extremes…

    Aeneman ==} moui enfin il n’y a aucun rapport entre les deux, on peut apprecier les deux entités (House gaie & IDM torturée) sans aucun probleme, les deux sont diametralement opposés. Et normal de parler plus du premier vu la “notion” d’accessibilité de la musique qui est importante… C’est comme comparer Radiohead et Melt Banana, l’un n’empeche pas l’autre. Meme si on parle de l’un plus que de l’autre.

  7. Dat' Says:

    “Oui, cet album désarçonne, mais il désarçonne parce qu’on a envie de l’écouter comme Body Riddle. Notre cervelle ne veut pas comprendre qu’une personne peut avoir ses deux côtés, et qu’elle puisse nous sortir une expérience sonore différente. Et quand on l’admet, on est soufflé oui, l’album nous tire par les oreilles pour nous faire trembler jusqu’à en bouger les fesses. “

    Extremement bien dit, c’est tout à fait ça !

    Lordmarth & Vlad1595 ==} c’est clair que le disque jouit d’une introduction et d’une conclusion assez hallucinantes, on ne pouvait pas mieux encadrer des titres d’un disque avec ces deux extremes…

    Aeneman ==} moui enfin il n’y a aucun rapport entre les deux, on peut apprecier les deux entités (House gaie & IDM torturée) sans aucun probleme, les deux sont diametralement opposés. Et normal de parler plus du premier vu la “notion” d’accessibilité de la musique qui est importante… C’est comme comparer Radiohead et Melt Banana, l’un n’empeche pas l’autre. Meme si on parle de l’un plus que de l’autre.
    M’enfin c’est sur que pour le coup, Clark meriterait un encore plus d’attention…

  8. Skorn Says:

    Chronique alléchante…
    Il arrivera bien un jour chez moi… patience.

  9. trrepetae, visiteur Says:

    bravo pour ton blog!enfin quelqu’un comprend mes gouts…
    tres bonne review
    dans la serie des bonnes nouvelles novel album d’autechre dispo sur bleep.com un mois avant sortie physique! tres bon album j’attends ta chronique

  10. iowagx Says:

    Très bonne critique, je suis d’accord sur presque tous les points…

    Le duo New Year Storm / Volcan Veins (petite faute de frappe sur Volcan d’ailleurs) est vraiment LA grosse claque de l’album, d’ailleurs j’adore la transition entre les deux que tu décris très bien.

    Je suis loin d’être apte à dire lequel des deux albums est le meilleur, mais d’un point de vue purement personnel le son de ce Turning Dragon me correspond bien plus. C’est puissant, ça envoie, j’adore.

  11. wony, visiteur Says:

    les sampler en liens annoncent du lourd !

    Ils ne l ont toujours pas recu à la fnac de chez moi, il y aurait un retard venant du label ou je ne sais quoi, bizarre quand je vois tout les commentaires ici… m’enfin, j ai plus qu a attendre

  12. Demosth Says:

    Petit post parce que j’avais envie d’insister sur le fait que cet album tue.

    Il est ultra ultra jouissif. Merci Chris Clark, décidemment, il est plus que talentueux, réussir le coup Body Riddle puis Turning Dragon dans un lapse de temps aussi court, ça tient du génie de l’électro. Parcours en formats longs sans faute pour ma part.

  13. sixthree, visiteur Says:

    pareil ils l’ont pas reçu chez mon disquaire (pas du tout préféré) qu’est la Fnac… J’en peux plus, je le veux !!!!!

  14. Dat' Says:

    wony & Sixtrhee = Oui la sortie semble assez aléatoire. Mais le label a deja envoyé les exemplaires achetés directement, et il est dispo sur Bleep.com

    Perso j’ai choisi de l’acheter sur Bleep.

    iowagx ==} ouip effectivement je vais corriger ça. Pour savoir quel est le meilleur, aucune idée aussi, mais qu’un mec, en un an, face deux bombes tirant sur deux directions aussi differentes, avec autant de reussite, c’est assez sidérant…

  15. wony, visiteur Says:

    c est bon, il est enfin sorti je suis allé l acheter tout a l heure. Grosse grosse claque ! mais je le trouve pas télement différent de boddy riddle moi… enfin si pour ce qui est des beats c est bien plus ‘boom boom’ mais sinon je toruve que ca se reconnait au premier coup d’oreille !

  16. Hoger_24, visiteur Says:

    Ho le gros sample de Daft Punk sur Truncation Horn…pinaise j’arrive pas à me souvenir de quelle track il vient.

  17. Hoger_24, visiteur Says:

    Ha si voila trouvé, petit sample guitare sur Technologic :)

  18. Dat' Says:

    What? serieux? o_O j’ai aps fais gaffe pour le coup (faut dire que le dernier album des Daft Punk, j’ai tenté de l’effacer de ma mémoire…)

  19. Hoger_24, visiteur Says:

    Ha non putain, c’est sur le live avec Touch it / technologic, mais en fait c’est un sample de voyager…oulalala fallait le chercher celui la. Hey ben. Ca m’étonne pas il l’avait dit qu’il était un fan des daft Mr.Clark

  20. K, visiteur Says:

    Je sais pas moi j aime de moins moins…. je crois que je suis rest bloqué sur le fabuleux, le merveilleux, et enfin l unique Clarence Park. D album en album ca m attriste de voir qu il s en eloigne
    :(

  21. SmlPk, visiteur Says:

    Salut a tous !
    C vrai ce disque est tres bon !
    Mais ça m'a fait penser a Amon tobin (pour la melancolie)
    Suis je le seul ou vous ne les considerez pas dans la meme categorie ?

  22. pamparachutiste Says:

    Mais quel cd, bordel ! quel cd ! Merci pour la découverte…

  23. Dat' Says:

    Yeah ! Je l'ecoute toujours autant, il me fout une claque à chaque fois… Ce disque est montrueux…

  24. WileyMHovell Says:

    Hello, i think which i saw you visited my weblog thus i arrived at return the favor.I am seeking
    to find things to improve my website!I suppose its ok to work with a few of your thoughts!!

    Feel free to visit my web site; WileyMHovell

  25. DirkUBhaskar Says:

    Good day I am so glad I found your blog page, I really found
    you by mistake, while I was searching on Askjeeve for something else, Anyways I am here now and would just
    like to say cheers for a remarkable post and a all round thrilling blog (I
    also love the theme/design), I dont have
    time to browse it all at the moment but I have bookmarked it and also added your RSS feeds, so when I have time I will be back to read a lot more, Please do keep up
    the excellent work.

    My weblog; DirkUBhaskar

  26. JamelISanker Says:

    I would like to to thanks for this great read!! I certainly
    enjoyed every bit of it. I’ve got you saved like a favorite to look at new stuff you post

    Also visit my page :: JamelISanker

Leave a Reply